Sommaire
Article publié le 16/07/2020 à 05:39 | Lu 3112 fois

Nuance : l'IA reconnait la voix des seniors afin de mieux les protéger




L’opérateur Telefónica en Espagne est le premier opérateur au monde (à notre connaissance) à déployer la biométrie vocale pour être en mesure de traiter en priorité et en toute sécurité les appels des personnes les plus impactées par le COVID-19. L’intelligence artificielle au service des ainés. C'est déjà demain !


En plus d’être connecté à tous les niveaux, le monde de demain sera largement équipé d’intelligence artificielle (la fameuse « IA » dans notre vie quotidienne). Et en voici un nouvel exemple qui est celui-ci, bien concret.  
 
La société américaine Nuance Communications annonce en effet, une nouvelle fonctionnalité de Nuance Gatekeeper, sa solution biométrique à base d’IA qui permet d’authentifier les clients et détecter la fraude.
 
Dans la pratique, cette nouvelle fonctionnalité permet de reconnaître les personnes âgées rien qu’au son de leur voix. Pourquoi donc ? Afin de leur donner la priorité et les protéger au mieux.
 
« C’est la première fois que des entreprises sont en mesure d’identifier les personnes de plus de 65 ans parmi les clients qui les appellent et, le cas échéant, prendre la communication en priorité, les mettre en relation avec un agent et mieux les protéger des risques de fraude » indique le communiqué.
 
De fait, alors que de nos jours, les interactions avec les entreprises s’effectuent par le biais du numérique (de l’importance de réduire la fracture numérique par ailleurs), les seniors risquent davantage de subir des tentatives de fraude de la part de criminels souhaitant tirer profit de la situation pour obtenir des informations personnelles.

Outre les fraudeurs professionnels, des personnes de leur propre entourage peuvent aussi abuser de leur confiance. On le sait, les ainés sont particulièrement à risque en la matière… Et les choses ne vont pas en s’arrangeant.
 
La technologie de Nuance permet d’authentifier les utilisateurs par leur voix, leur comportement et bien d'autres caractéristiques. Elle sait identifier les utilisateurs selon leur manière de s’exprimer, de taper à l’ordinateur et d’écrire, et aussi, déterminer s’il s’agit d’un enfant ou d’un adulte.
 
Aujourd’hui, cette couche de détection supplémentaire permet de distinguer les personnes ayant plus ou moins de 65 ans afin de permettre aux seniors d’avoir accès à leurs comptes sans devoir rentrer des codes PIN et des mots de passe, et sans être victimes de techniques d’ingénierie sociale pour tenter de leur dérober des informations.
 
Telefónica, opérateur télécom comptant plus de 356 millions de clients dans quatorze pays, figure parmi les premiers à avoir déployé ces nouvelles fonctionnalités. « L’actuelle pandémie fait que nos clients de plus de 65 ans sont plus isolés et encore plus vulnérables à la fraude. Ils ont besoin d’un service immédiat », déclare Emilio Gayo, Président de Telefónica Espagne.
 
« Avec Nuance Gatekeeper, nous prenons mieux en charge cette catégorie de population en donnant la priorité à leurs appels pour résoudre leurs problèmes dans les meilleurs délais. Non seulement le système protège ces clients plus à risque, mais il facilite leur expérience au téléphone, qui est généralement leur moyen de communication préféré. » 
 
« Nos algorithmes avancés de détection intelligente savent détecter les caractéristiques propres à une catégorie d’âge pour mieux protéger et servir les clients », explique Brett Beranek, Directeur général Sécurité de la division Entreprise de Nuance. « Nous déployons ces fonctionnalités améliorées à l’ensemble de nos clients immédiatement pour qu’ils puissent désormais faire bénéficier leurs clients les plus vulnérables de la puissance de l’IA. »
 
Rappelons que cette techno est déjà déployée dans plus de la moitié des plus grandes institutions financières mondiales et 8 des 10 plus grands opérateurs de télécommunications. Quelque 500 millions de consommateurs opèrent plus de 8 milliards d’authentifications par an et cette biométrie aurait déjà permis d’économiser plus de 2 milliards de dollars de perte en luttant efficacement contre la fraude.