Sommaire
Article publié le 18/05/2022 à 04:16 | Lu 3720 fois

Notre Temps, sondage exclusif : "écologie, les seniors transmettent quand les jeunes sensibilisent"




Pour les 55-75 ans, l'écologie se conjugue au quotidien et elle est une valeur à transmettre aux jeunes générations. C'est ce que révèle entre autres une étude* publiée le 17 mai, en partenariat avec le mensuel des ainés « Notre Temps » sur les connaissances et les pratiques des seniors en matière d'environnement. Détails.


Selon ce nouveau sondage, une large majorité (70%) des seniors abordent les sujets environnementaux avec leurs enfants, mais ils ne sont que 41% à les évoquer avec leurs petits-enfants.
 
D’autre part, dans les conversations entre les générations, l'environnement semble être un sujet présent sans être pour autant prioritaire.
 
En famille, la majorité des seniors parlent assez peu des questions liées à l'environnement et des risques qui pourraient peser sur les prochaines générations. Cette thématique est abordée, au détour d'un autre sujet ou bien à l'occasion d'une activité commune comme les courses ou la préparation des repas, où l'on va échanger sur le bio ou les circuits courts.
 
Toujours selon cette étude, d’une manière générale, lorsqu'ils sont abordés en famille, les sujets environnementaux (pollution, changement climatique…) font l'objet d'un consensus entre les générations.
 
Il semblerait que la quasi-totalité (80%) des seniors ai confiance dans le discours scientifique sur le changement climatique. Etonnamment, peu de climato-sceptiques. Tout en étant conscients du changement climatique, le groupe d’âge des 55-75 ans parait peu inquiets, au risque d'un certain relativisme.
 
Sans mettre en doute le discours scientifique, la plupart des seniors ne semblent pas anticiper les effets à long terme du réchauffement climatique (d’ailleurs qui peut vraiment ?). Certes, ils en constatent les effets déjà visibles comme la survenue d'épisodes extrêmes -tempêtes ou inondations-, mais ils n'en perçoivent pas clairement les causes.
 
Et globalement, ils font confiance en la capacité humaine à trouver des solutions efficaces. Seule une minorité d'entre eux établit un lien entre production de gaz à effet de serre et réchauffement climatique.
 
Pour autant, la moitié -53%- des seniors se dit particulièrement engagée sur les sujets environnementaux et même, pour 40% d'entre eux, plus impliqués que les jeunes générations. Cependant, ce groupe d’âge se sent engagé dans la transition écologique. Et presque tous disent accomplir des gestes bons pour l'environnement.
 
Dans la pratique, pour les seniors, l'écologie s'incarne avant tout dans la proximité et le quotidien. Ils sont sensibles à la pollution de l'air, à la pollution visuelle (constructions, bétonisation) qui abime la beauté des paysages, aux déchets de la consommation (plastiques, emballages).
 
Leurs gestes de bon sens sont motivés d'abord pour leurs bénéfices santé/bien-être, leur avantage économique, leurs valeurs de civisme et de sobriété, ensuite pour leur impact environnemental. Premier geste écolo des seniors, la gestion et le tri des déchets.
 
Pour une grande majorité d’entre-eux, 85%, la transmission des savoirs ou gestes relatifs à l'environnement passe par des activités partagées avec les petits-enfants : balade à pied dans la nature (80%), cuisiner des produits locaux de saison (76%), jardiner (77%), bricoler ou réparer (55%). Bref, du bon sens.  
 
Les seniors les plus impliqués dans le respect de l'environnement souhaitent transmettre les bonnes pratiques à leurs enfants et petits-enfants. A ce titre, ils se sentent investis d'une mission de transmission des valeurs civiques et morales, d'actions responsables, tout en reconnaissant être eux-mêmes sensibilisés par les plus jeunes à certains comportements vertueux comme réduire les emballages plastiques, l'usage de la voiture ou la consommation de viande…





Dans la même rubrique
< >

Mardi 20 Septembre 2022 - 01:00 Japon : Keiro no Hi, la journée des ainés !


ARTICLES LES +