Sommaire
Article publié le 09/11/2021 à 09:20 | Lu 2001 fois

Ne négligeons pas les maladies de la macula même pendant le Covid !




Comme en 2020, les 6e Journées nationales de la macula auront lieu, à l’automne, du 22 au 26 novembre 2021. Dans le contexte actuel, l’enjeu sera double : Alerter les patients souffrant d’une atteinte maculaire sur la nécessité de ne pas interrompre leur suivi médical et Dépister le plus grand nombre possible de patients à risque pour éviter tout retard de diagnostic.


On s’en souvient, au cours du premier confinement, les ophtalmologistes s’étaient inquiétés de la baisse significative du nombre de consultations en raison du risque de retentissement sur la vision des
patients souffrant d’une atteinte maculaire…
 
D’ailleurs, une étude récente confirme cette inquiétude ! Selon ses résultats, publiés en mars 2021, le retard de traitement dû au Covid-19 entraîne bel et bien une progression de la DMLA et une déficience visuelle chez les patients.
 
Dans ce contexte, pour limiter ce risque de « perte de chance », la prochaine édition des Journées nationales de la macula sensibilisera les patients concernés sur la nécessité de maintenir leurs rendez-vous chez leur ophtalmologiste et de poursuivre leurs traitements malgré l’épidémie.
 
En 2020, le contexte épidémique avait contraint à réorienter les Journées nationales de la macula en réservant les sessions de dépistage aux seuls « cas urgents » (patients ayant des symptômes d’atteinte maculaire).
 
Aujourd’hui, alors que la baisse de la pression hospitalière permet de revenir à une configuration plus « classique » pour la prochaine édition de ces journées, cette année, tous les patients à risque sont incités à prendre rdv auprès des centres partenaires durant la semaine du 22 au 26 novembre 2021, pour bénéficier d’un examen du fond d’œil.
 
Sont notamment concernés :
- les patients âgés de 55 ans ou plus non suivis ou n’ayant pas bénéficié d’un examen ophtalmologique depuis plus d’une année ;
- et/ou souffrant de diabète et ne bénéficiant pas d’un suivi ophtalmologique régulier ;
- et/ou souffrant de myopie forte (correction supérieure à -6 dioptries).
 
Plusieurs atteintes touchant la macula, cette minuscule mais primordiale zone de la rétine responsable
de la vision des détails, seront mises en avant durant les Journées :

- la dégénérescence maculaire liée à l’âge, première cause de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans en France, qui peut apparaître sans symptômes et entraîner une perte de la vision centrale si elle n’est pas dépistée et traitée rapidement. D’où la nécessité pour toute personne de plus de 55 ans de faire contrôler sa vision par un ophtalmologue chaque année ;
- la maculopathie diabétique, principale cause de malvoyance chez les personnes diabétiques qui sont exposées à ce risque de complication du diabète pouvant avoir de lourdes conséquences sur le plan visuel, en l’absence de dépistage précoce et de prise en charge rapide. Toute personne diabétique doit donc faire contrôler régulièrement sa vue par un ophtalmologue ;
- la maculopathie myopique, une des principales causes de malvoyance, voire de cécité, des personnes atteintes de forte myopie (correction optique de -6 dioptries ou plus). Causée par un étirement de la rétine qui se produit lorsque le globe oculaire de la personne est plus long que la normale, cette maladie peut parfois s’accompagner de lourdes complications. Les myopes forts doivent donc impérativement faire contrôler leur vision chaque année par un ophtalmologue.
 
Pour connaître la liste des ophtalmologistes et des services partenaires, il suffit de consulter le site
www.journees-macula.fr ou de téléphoner au : 0 800 002 426