Minimum vieillesse 2021 : le point avec la DREES

La DREES (ministère de la Santé) vient de publier une mise à jour des données référant au minimum vieillesse pour l’année 2021, ainsi que le profil des bénéficiaires par sexe, âge et statut matrimonial. En voici les grandes lignes sachant que ces résultats seront analysés plus tard, de façon plus détaillée dans Les retraités et les retraites à paraître au printemps prochain.





Selon la DREES, fin 2021, la France comptait alors 664.150 personnes percevant l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse (ASV) ou l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), soit 4,5 % de plus qu’en 2020.
 
Il faut savoir que pendant pratiquement une décennie, jusqu’en 2017, le nombre de bénéficiaires de ces aides de l’état était resté assez stable : entre 550.000 et 575.000 après avoir fortement baissé entre la fin des années 1960 et le début des années 2000 en raison de l’amélioration du niveau des pensions.
 
Pour autant, depuis cette date, depuis plus de cinq ans donc, le nombre d’allocataires est reparti à la hausse, en particulier sous l’effet du plan de revalorisation de 100 euros en trois ans du minimum vieillesse (la dernière revalorisation exceptionnelle étant intervenue au 1er janvier 2020).
 
Cependant, toujours selon les données de la DREES, la progression enregistrée au cours de l’année 2021 s’avère un peu plus modérée que celles des deux années précédentes.
 
Rappelons que le minimum vieillesse a été revalorisé de 0,4% en janvier 2021 (comme les pensions de retraite), puis de 5,1 % en 2022 (+1,1 % en janvier et +4,0 % en juillet).
 
Fin 2021, les allocataires recevaient en moyenne la somme de 422 euros mensuels pour l’ASV et 473 euros pour l’Aspa (l’ASV étant l’ancienne prestation, encore servie à 151.620 bénéficiaires et l’Aspa la nouvelle, rentrée en vigueur en 2007).
 
Toujours selon la DREES, plus de la moitié des titulaires (51%) sont des femmes seules (célibataire, veuve ou divorcée). Par ailleurs, les personnes isolées représentent plus des trois-quarts (76%) des allocataires. Et enfin, les allocataires du minimum vieillesse sont en proportion plus nombreux dans les DROM (hors Mayotte), en Corse et dans le sud de la France.
 
Fin 2021, 61.440 nouveaux allocataires recevaient l’Aspa (flux d’entrée dans le dispositif), soit plus du quart (28%) de plus qu’en 2020, ce, alors que la prestation n’avait été revalorisée que de 0,4%.
 
Cette augmentation pourrait s’expliquer par des retards de recours à la prestation probablement liés à la crise sanitaire : en effet, de nouveaux bénéficiaires du dispositif en 2021 auraient pu être déjà éligibles en 2020 mais auraient retardé leur demande de prestation.
 
Parmi les nouveaux allocataires, un gros tiers -38%- a moins de 65 ans et se trouve donc dans une situation particulière : inaptitude au travail, ex-invalidité, handicap, ancien combattant, etc.

Article publié le 06/04/2023 à 05:29 | Lu 5776 fois