Médecine régénérative : progrès et défis à venir

Pour cette 25e édition, l’IMCAS accueille à nouveau cette année les acteurs de la dermatologie, de la chirurgie plastique et des sciences de l’âge pour un temps de rencontres et d’échanges sur les grandes innovations actuelles et les perspectives qu’elles dessinent pour ces spécialités. Le point sur les médecines régénératives.



La médecine régénérative, à son essence, vise à restaurer les tissus endommagés en utilisant des tissus non altérés provenant du propre corps du patient.

Un processus révolutionnaire qui consiste à exploiter les composants corporels pour régénérer des cellules affectées par le temps ou les maladies, permettant  ainsi la reconstruction de tissus sains.
 
Originaire principalement de la chirurgie plastique, cette discipline a évolué à partir des premières expériences de lipoaspiration dans les années 1980. L’utilisation des tissus adipeux prélevés a conduit à des traitements ciblés, révélant progressivement la présence de cellules souches dérivées des adipocytes.
 
Ces cellules ont le pouvoir remarquable de restaurer les fonctions manquantes dans divers organes et localisations anatomiques.
 
Les médecins « anti-âge » ont également exploré des ramifications tels que le PRP (plasma riche en plaquettes) pour améliorer la cicatrisation et la qualité des tissus. Malgré des controverses liées à la légalité du PRP en France, la recherche a considérablement progressé, offrant une compréhension approfondie des mécanismes régénératifs.
 
Le recours aux propres cellules et tissus du patient, traités avec des procédés spécifiques, a émergé comme une pratique courante.
 
En effet, les tissus adipeux présentent de nombreux atouts, comme le déclare Dr Alexis Verpaele, chirurgien esthétique : « la graisse est un trésor pour restaurer les volumes contre les signes du vieillissement. Les nanofat sont une façon mécanique de concentrer et isoler les cellules régénératrices du tissu. Cette discipline très jeune va connaître beaucoup d’évolutions et de nouveautés dans les années qui viennent ».
 
Cependant, des défis subsistent, notamment en ce qui concerne les méthodes d’enrichissement de la graisse en cellules régénératives, impliquant des coûts variables.
 
Au-delà de la graisse, la découverte des exosomes, messagers intercellulaires, a donné une nouvelle
dimension à la médecine régénérative. Bien que récente, cette approche montre un potentiel prometteur en influençant directement le comportement cellulaire pour favoriser la régénération. Cependant, l’utilisation d’exosomes provenant de fœtus soulève des questions éthiques et les débats devraient perdurer.
 
Une autre approche qui se dessine actuellement consiste à utiliser des exosomes végétales ou d’origine animale, appelés hybrosomes, en dehors du cadre médical réglementé, principalement dans des produits cosmétiques.
 
Ces nanoparticules dépassent les limites cellulaires de la peau, ouvrant de nouvelles possibilités dans le domaine esthétique.

Cependant, ces axes de recherche dessinent des perspectives prometteuses, comme en témoigne Dr Michael Gold, dermatologue : « les exosomes sont des cellules de communication très puissantes et le monde de l’esthétique consacre actuellement beaucoup de temps à essayer de les comprendre. Aux États-Unis, leur injection est prohibée. Mais elle est possible dans d’autres pays et les connaissances scientifiques à leur sujet ne cessent de se développer ».
 
L’application initiale de la médecine régénérative dans les reconstructions mammaires, dès 1998, a marqué un jalon significatif. Au fil du temps, son utilisation s’est étendue à des domaines tels que la radiothérapie, la chimiothérapie, et même la médecine anti-âge.
 
Comme le résume Dr Atchima Suwantchinda, dermatologue : « bien que nous soyons encore à ses débuts, la médecine régénérative est un domaine qui est toujours en constante évolution avec des recherches continues et des enjeux éthiques, et pourtant elle offre une promesse immense pour l’avenir de l’esthétique.
 
À mesure que la recherche progresse et que la technologie évolue, nous pouvons nous attendre à voir émerger encore plus de traitements innovants et efficaces
».
 
À l’avenir, l’évolution de la médecine régénérative semble prometteuse. L’analyse génomique devrait jouer un rôle prépondérant, permettant une approche proactive basée sur le profil génétique  individuel. Cependant, il est crucial de maintenir une vigilance éthique en même temps que nous  accueillons les avancées technologiques.
Publié le 09/02/2024 à 01:00 | Lu 3143 fois




Retrouvez Senioractu.com sur
Facebook
X


Facebook
X