Sommaire
Article publié le 24/02/2021 à 08:48 | Lu 2716 fois

Mars Bleu 2021 : mois du dépistage du cancer colorectal




A l'approche de Mars bleu, le mois de sensibilisation au dépistage des cancers colorectaux, la Ligue contre le cancer a voulu alerter sur les retards de diagnostics et les complexifications préoccupantes de parcours de soins, notamment à cause de la crise sanitaire. L'association insiste par ailleurs sur l'importance du dépistage, notamment pour le cancer du côlon chez les plus de 50 ans.


Près de 93 000 diagnostics de cancers n'ont pu être établis en 2020. Ce constat alarmant est la conséquence directe de la Covid. Pour que le bilan des décès liés aux cancers ne s'alourdisse pas, la Ligue relance la mobilisation et incite les personnes concernées à se faire dépister.
 
De fait, détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10. Le cancer colorectal est le 3è cancer le plus fréquent et 2è cancer le plus meurtrier. Un test de dépistage efficace est disponible et permet de réduire considérablement le nombre de nouveaux cas et de décès chaque année.
 
Toutefois, la participation à ce dépistage reste insuffisante ; elle n’est que de 32,1% en France. En comparaison avec nos voisins européens, les Pays-Bas enregistrent un taux de participation de 71,3% ; elle est de 62.8% au Portugal.
 
Suite à un test de dépistage positif, certaines personnes bénéficieront du retrait d’un polype, leur évitant un cancer et donc le risque de décès lié. D’autres personnes se verront diagnostiquer un cancer suite à ce test de dépistage positif.
 
Le dépistage ne leur aura donc pas évité le cancer mais aura permis un diagnostic plus précoce, permettant de les guérir avec une très forte probabilité. Des décès supplémentaires seront ainsi évités. Le dépistage permet donc de diminuer la mortalité en évitant des cancers d’une part et en favorisant le diagnostic précoce d’autre part.
 
A l'occasion de l'édition 2021 de Mars Bleu, la Ligue contre le cancer lance une exposition virtuelle du côlon ! Accessible via ordinateur, smartphone ou tablette, cet outil vise à permettre une approche visuelle de l'intérieur de l'organe et donne des explications quant à l'importance du dépistage précoce et au traitement pour combattre la maladie.
 
« Nous avons déjà alerté sur les baisses de dépistage -pour tous les cancers- en 2020 mais nous devons continuer à marteler ce message pour sauver des vies. La crise de la Covid-19 ne doit pas faire oublier le cancer, un fléau qui touche près de 400.000 personnes chaque année. En 2020, nombre de rendez-vous et opérations de dépistages ont été annulés » s'inquiète Axel Kahn, Président de la Ligue contre le cancer.
 
Et d’ajouter : « le déclenchement récent du plan blanc et les nouvelle déprogrammations dans les hôpitaux nous inquiètent. Pour rattraper au plus vite ce retard, chacun doit sensibiliser ses proches quant à la nécessité de se faire dépister. La prévention et la détection des cancers colorectaux s'inscrit pleinement dans cet enjeu de santé publique. Si nous ne nous y attelons pas dès maintenant, les conséquences de ces retards se manifesteront dans les années à venir, quand il sera vraiment trop tard. »
 
Pour briser ces tabous, la Ligue poursuit ses actions de sensilisation en misant résolument sur des opérations participatives ludo-éducatives.
 
Un showroom virtuel :
- Accessible sur ordinateur ou smartphone, il se présente sous la forme d'une visite virtuelle apportant des réponses aux différentes questions concernant le cancer colorectal : les facteurs de risques, la prévention, les modalités de réalisation du test immunologique, la coloscopie et les traitements...
 
- Son but est d'expliquer l'intérêt du dépistage pour permettre un diagnostic plus précoce et, ainsi, améliorer le pronostic, limiter les séquelles et les complications du traitement chirurgical. Le dispositif souligne l'intérêt de la prévention primaire et renseigne sur les traitements chirurgicaux et médicaux.
 
La campagne #ParlonsFesses #BougezVosFesses sur les réseaux sociaux : pour briser les tabous et libérer la parole sur le cancer colorectal, afin d'encourager chaque personne âgée de 50 à 74 ans à se faire dépister !
 
A partir de 50 ans : la nécessité du dépistage pour sauver des vies !
Tous les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans sont invités, tous les 2 ans, à réaliser un test immunologique,  à domicile, par une lettre de l'Assurance maladie. Ce test, simple et indolore, est pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie. Son bénéfice est double : en détectant suffisamment tôt la détection de lésions (polypes) qui risquent de devenir cancéreuses, il permet de les traiter avant qu'elles ne se transforment en cancer.
 
Avant 50 ans : la prévention
Le mode de vie influe également sur le risque de cancer colorectal. Le surpoids, une alimentation riche en graisses animales, la consommation d'alcool et de tabac, le manque d'activité physique et la consommation importante de viande rouge sont des facteurs de risque importants. Le diabète de type 2 et le manque d'exposition au soleil pourraient également avoir un impact.
 
La Ligue contre le cancer recommande donc, à tout âge, d'adopter de bonnes habitudes de vie :
- Eviter le tabagisme et la consommation d'alcool ;
- Avoir une alimentation équilibrée et pratiquer une activité physique régulière ;
- Limiter la consommation de viande rouge et les aliments riches en graisses, comme la charcuterie.