Maladies cardiovasculaires : se tester pour réduire les risques

Fort logiquement, la première étape pour réduire ses facteurs de risque cardiovasculaire est de connaître son état actuel afin de pouvoir agir en conséquence. Ainsi, arrêter de fumer, manger plus sain, faire plus de sport... sont d’autant d’actions connues et reconnues pour réduire son risque de maladies cardiovasculaires. Partant de ce constat, la Fédération Française de Cardiologie (FFC) propose un nouveau test pour évaluer son profil cardiovasculaire. Explications.





On le sait, avec ses 400 morts par jour, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes et les personnes de plus de 65 ans. Bref, un véritable fléau qui s’avère pourtant évitable dans 80% des cas !
 
La première étape à suivre, c’est d’évaluer ou faire évaluer son risque cardiovasculaire. Cela permet de savoir où on en est. Pas toujours simple d’affronter la vérité en face, mais c’est le seul moyen.
 
« C’est un point de départ essentiel mais pas toujours suffisant car de nombreuses personnes ne savent pas comment interpréter les résultats du test et agir pour diminuer leur risque de faire un accident cardiaque » rappelle le Dr François Paillard, cardiologue et vice-président de la Fédération Française de Cardiologie.
 
Dans ce contexte et pour remédier à cette situation, la FFC a développé un outil accessible via Internet qui se présente sous la forme d’un questionnaire qui évalue votre risque cardiovasculaire.
 
Comment ? Grâce à un questionnaire, l’utilisateur abouti à un résultat quelques soient les informations de santé dont il dispose :
- Soit l’utilisateur connait sa pression artérielle systolique, son taux de cholestérol (cholestérol total et HDL cholestérol) et peut répondre par oui ou non aux autres questions. Dans ce cas le résultat est précis et présenté sur la base du modèle SCORE 2 de la Société Européenne de Cardiologie : le test donne le risque en % à 10 ans de survenue d’un décès d’origine cardiovasculaire, d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC) ;

- Soit l’utilisateur n’a pas pu dans un premier temps renseigné ces informations et ne répond qu’aux questions par oui ou par non. Dans ce cas le résultat est qualitatif (risque faible, intermédiaire ou élevé), et se base sur un modèle développé à but pédagogique par les experts cardiologues de la FFC. L’utilisateur peut refaire le test après la mesure de sa pression artérielle et de son taux de cholestérol.
 
Plus concrètement, ce test a pour objectif de sensibiliser l’utilisateur sur sa situation cardiovasculaire et de le conseiller avec des actions simples à mettre en place pour agir. « La consultation du médecin traitant ou du cardiologue doit être privilégiée pour toutes les situations spécifiques » souligne le Pr Alain Furber, Cardiologue et président de la Fédération Française de Cardiologie.
 
Le questionnaire est décomposé en 3 parties avec des conseils spécifiques pour améliorer son score :
• Mon profil (âge, sexe poids taille, hérédité)
• Mes facteurs de risque liés à mon mode de vie (Tabac, Activité physique, Alimentation, Stress, Alcool)
• Mes autres facteurs de risque (HTA, Augmentation du cholestérol, Diabète, Syndrome d’apnée du sommeil)
 
Il est également possible de modifier certaines informations renseignées et de visualiser l’évolution du bénéfice qui serait alors obtenu sous la forme d’un pourcentage : par exemple, si j’abaisse mon taux de cholestérol à un niveau normal, je réduis mon risque de X %. Point important : ce test ne s’applique pas si vous avez déjà présenté un accident cardiovasculaire.
 
« Il y a quelques jours, un patient me disait en consultation qu’il voulait se prendre en main et mieux manger pour gérer un taux de cholestérol trop élevé, mais il ne savait pas comment s’y prendre. Je l’ai encouragé à essayer, même si ce n’est pas parfait dans un premier temps car nous savons que l’essentiel, c’est de le faire » déclare encore le Pr Alain Furber.
 
Dans le même esprit, la FFC lance sa campagne nationale de rentrée du 21 au 30 septembre 2022 afin d’encourager le grand public à agir pour réduire leurs facteurs de risques.

En tout, 5 films, en format 20s réalisés par le réalisateur Pierre-Edouard Joubert, seront diffusés sur les chaînes TV (TF1, M6, C8, BFM TV, TMC, NRJ 12…) et sur les réseaux sociaux sous #peuimportelamanière. Les spots seront également relayés sur les écrans vidéo à l'intérieur de 6.000 taxis en partenariat avec DooH it.

Article publié le 27/09/2022 à 01:00 | Lu 2031 fois