Sommaire
Article publié le 20/02/2020 à 01:00 | Lu 654 fois

M&H : le whisky venu d'Israël




De la Suède à la France en passant par l’Italie, désormais chaque pays veut avoir son whisky. Maintenant c’est Israël qui intègre ce club des étrangers producteurs de whisky. M&H, pour Milk & Honey, voilà la marque de ce nouveau produit. Il s’agit de la première distillerie de whisky israélien.


Installée depuis 2013 au centre de Tel Aviv, cette nouvelle maison importe le Classic qui est le fer de lance d’une gamme complète qui intègre également des gins. Une maison jeune qui affiche déjà ses ambitions.
 
Née dans une région particulièrement dynamique, cette distillerie est le défi de jeunes entrepreneurs passionnés qui sont issus des hautes technologies qui désiraient produire le premier single malt israélien. Cela en dépit des conditions très spécifiques à cette région.
 
A mi-chemin des plages de Tel Aviv et de Jaffa, la distillerie profite de la vie dynamique d’une ville moderne et de la tradition culturelle de Jaffa. Une situation géographique qui contribue à la particularité du Milk & Honey.
 
Dans un premier temps, c’est le maître distillateur Jim Swan qui est à la naissance des whiskies M&H. Sa disparition brutale n’entame en rien la détermination des deux fondateurs de la marque, les frères Kalkshtein.

Désormais, c’est Tomer Goren qui devient le maître distillateur de la marque. Un matériel moderne, des fûts choisis en fonction des règles locales, tout est fait pour que ce single malt corresponde aux meilleurs standards actuels.
 
Pour cela, Tomer Goren reprend toutes les traditions écossaises en matière de distillation. Outre une sélection rigoureuse des matières premières, les traditions locales impliquent un choix de fûts particulièrement drastique qui élimine pratiquement les anciens fûts de vin.
 
Après cette période préparatoire, la première distillation a lieu en 2015 et la première mise en bouteille en février 2016. Une fabrication qui joue sur les conditions climatiques contradictoires d’Israël. Un taux d’humidité qui varie de 50 à 90% et des températures dont les écarts passent de 16 à 40°, voilà les conditions qui vont rythmer la production du whisky M & H.
 
Si l’on ajoute que la région permet des zones de vieillissement qui offrent des conditions variées et parfois accélérées, cela laisse entrevoir de nombreuses façons d’élever ce whisky israélien.
 
Milk & Honey relève le défi de créer les premiers whiskies du pays au sein d’une distillerie urbaine, jeune et exploratoire. Du désert du Neguev aux rives de la mer Morte, les conditions sont extrêmes et apportent une maturation rapide aux 1.500 fûts qui constituent les réserves de la production.
 
Ce sont également ces conditions climatiques spécifiques qui sont à l’origine d’une part des anges (évaporation naturelle) qui va de 9 à 11% à Tel Aviv jusqu’à 25% dans la zone de la mer Morte.
 
Après s’être fait les dents avec la production de deux gins et d’une liqueur, Milk & Honey lance son Classic whisky dès le mois de février 2020 sur le marché français. Un single malt qui a aujourd’hui 3 ans d’âge et a vieilli dans des fûts de bourbon à 80%.
 
Proposé au tarif de 62 euros, le Classic de M & H passé le nez floral et boisé offre une bouche de miel et de vanille dépourvue de toute agressivité avec des notes chaleureuses. Délicat, il possède néanmoins une touche épicée qui lui apporte une pointe de vivacité.

Joël Chassaing-Cuvillier