Les seconds vins ou le plaisir d'un grand nom (partie 1)

Le plaisir d’enrichir une table par la réputation d’un nom et surtout, le plaisir d’offrir un flacon prestigieux, voilà sans doute l’une des meilleures justifications de l’existence d’un second vin. Si l’on rajoute des origines prestigieuses comme Saint-Julien, Margaux, Pauillac ou Saint-Estèphe, on est certain de réussir son examen de passage comme invité privilégié et cela, à un coût contenu. Voici notre sélection de vins chics qui, au-delà des apparences, sauront satisfaire des hôtes connaisseurs.


Nous commencerons d’une manière totalement aléatoire par un Saint-Julien : le La Croix Ducru-Beaucaillou.
 
Ce vin du millésime 2020 (année des 300 ans du château) bénéficie d’une année remarquable. Un début d’été chaud et sec et quelques pluies en fin d’été, ont permis une récolte qui se termine en septembre.
 
Cet assemblage de cabernet sauvignon (53%), merlot noir (44%) et de petit verdot (3%) bénéficie d’un élevage de 12 mois. Sa robe de cassis étale sa densité dans la carafe. Cassis dont on retrouve le parfum si typique dans le nez.
 
En bouche, là encore les fruits noirs sont présents avec une note de cerise noire mûre. Les tanins avec délicatesse sont soyeux et élégants. Un vin de fête qui est disponible chez les meilleurs cavistes, (49€).
 
Avec le Brio de Cantenac Brown, nous passons dans les terres de Margaux. Un Brio millésime 2018 qui a profité d’une saison favorable en dépit d’un début très humide. Les vendanges se sont espacées de la mi-septembre à la mi-octobre en fonction des cépages.
 
Ce millésime est un assemblage de merlot (50%), de cabernet sauvignon (43%) et cabernet franc (7%). Le Brio est élevé en barriques neuves (25%) et en barriques d’un an (75%), cela pendant un an. Ce grand millésime offre un vin de belle qualité.
 
La robe d’un rubis intense dévoile un nez de fruits noirs et une bouche aux tanins soyeux. Bien équilibré, il offre une belle longueur en bouche.
 
Chez les cavistes, 28€. A noter que depuis le millésime 2023, le Brio bénéficie du tout nouveau chai et des nouvelles installations du château Cantenac Brown véritable cathédrale, sa voûte en bois laisse penser à une coque de navire renversée. Le sol de terre crue offre la meilleure hygrométrie possible.
 
Restons en Margaux avec Blason d’Issan, qui est le second vin du Château d’Issan. Initié dès 1995, ce second vin est élaboré à partir des jeunes vignes du domaine.
 
Pour ce millésime 2018, on a un assemblage de cabernet sauvignon à 52% et de merlot à 48%. Une récolte marquée par un hiver et un printemps pluvieux et par un été chaud et sec. L’élevage se fait dans des barriques neuves à 35%.
 
Une robe d’un rubis brillant, un nez élégant de cerises mûres annoncent une bouche délicate et fruitée. La finale soyeuse est typique des margaux. Le Blason d’Issan est disponible chez les cavistes au prix de 33€.
 
Propriété de Jacky Lorenzetti depuis 2013, le Château d’Issan fait partie avec le Château Pedesclaux  et le Château Lafon-Rochet de la galaxie viticole du propriétaire du Racing 92.
 
Avec Les Pélerins de Lafon-Rochet, nous abordons le terroir de Saint-Estèphe. Egalement propriété de Jacky Lorenzetti, le Château de Lafon-Rochet est un domaine viticole de 45 hectares d’un seul tenant qui réunit à la fois une parcelle graveleuse et une parcelle argileuse.
 
Comme c’est souvent la règle, ce second vin est élaboré à partir des vignes les plus jeunes et permet d’appréhender le grand cru classé de Saint-Estèphe dans une sorte d’initiation. Un second vin qui bénéficie de toute l’expérience apportée au grand vin.

Pour ce millésime 2020, la météo fut assez classique avec un hiver pluvieux, un printemps à facettes et un été caniculaire.
 
Pour Les Pélerins, on a un assemblage merlot (35%), de cabernet sauvignon (52%) et de petit verdot (13%). Après une vinification en cuves béton et inox, l’élevage se fait en barriques pendant 12 mois environ.
 
Une jolie robe, un nez soutenu et complexe, une bouche légèrement boisée et tanique Les Pélerins est un vin léger dominé par les fruits noirs et les épices. 26€ chez les cavistes.
 
Tous ces vins bénéficient de l’expertise et des enseignements tirés du travail effectué sur les premiers vins tout en sachant qu’il s’agit de vins différents.
 

Joël Chassaing-Cuvillier
 

Publié le 17/04/2024 à 01:00 | Lu 984 fois