Sommaire
Article publié le 10/05/2019 à 01:00 | Lu 605 fois

Les rosés de l'été : les rosés de Provence

Provence et rosés, deux noms indissociables et synonymes de vacances et de soleil. Vins de plaisir et de joie, les rosés sont aussi devenus des vins de qualité. Les nouveaux consommateurs ne se contentent plus des vins de soif comme ce fut longtemps le cas.


Les rosés de Provence

Les producteurs jouent également sur la couleur ainsi que sur la forme et la décoration des bouteilles. La robe pâle d’un rosé peut laisser penser qu’il s’agit d’un vin léger tandis que l’aspect d’un contenant oriente l’acheteur vers le côté ludique d’un vin qui ne se prend pas au sérieux ou au contraire peut suggérer une certaine respectabilité.
 
La science du marketing a bien intégré les cultures ancestrales de la viticulture. Des orientations qui n’excluent pas d’offrir des produits de qualité. C’est ce dernier choix que le Château Sainte Roseline a privilégié pour les différents vins de sa gamme tout comme les vins du Château Romanin.
 
Chez Sainte Roseline, nous avons fait une courte sélection de la cuvée Lampe de Méduse et du Roseline Prestige aux cuvées parfaitement maîtrisées et qui se classent parmi les meilleures de Provence.
 
Comme nous le disions plus haut, l’un et l’autre bénéficient d’un flacon original et d’une robe très limpide. Le Roseline Prestige est un vin d’assemblage qui a été récompensé en 2018 lors du dernier Pink Rosé Festival (12,90 euros).
 
Dans un autre registre, le Lampe de Méduse présenté dans un élégant flacon est la cuvée signature du domaine issue d’un assemblage de Cinsault (40%), de Grenache (20%), de Mourvèdre (20%), de Rolle (10%) et de Tibouren (10%). Une robe très claire, juste teintée d’une légère touche de pêche rose. Des vins qui s’accorderont idéalement avec des poissons grillés et des salades de calamars (14,50 euros).

Restons dans la région de Provence avec l’excellent Romanin Alpilles. Un IGP qui est l’héritier du Mas de Romanin et bénéficie du label biodynamie.
 
Un vin de copains qui associe le grenache, le mourvèdre, le cabernet sauvignon et la counoise. En reprenant une bordelaise classique, le Romanin Alpilles reste très classique tout comme sa robe rosée cuivrée qui est dans la tendance du moment.
 
Un nez d’agrumes et de cassis annonce une bouche minérale qui retranscrit la géologie aride du petit territoire des Alpilles. Vin d’été et d’apéritif, il s’accorde avec des salades rafraîchissantes, des grillades de gambas ou de côtes d’agneau.

​Les rosés du Roussillon et de la vallée du Rhône

Du Roussillon, nous avons retenu deux rosés produits par Jean Claude Mas. Deux vins qui répondent à la nouvelle mode des vins d’été. Des jolis flacons mis en valeur par un étiquetage artistique pour apporter une touche originale aux tables de l’été.
 
Proposé à 10 euros, le Château Lauriga rosé est élaboré à partir de syrah et de grenache. Vin facile, il dégage des notes acidulées de bonbon anglais et de groseilles roses. Bien frais, il accompagne avec bonheur un barbecue de bord de mer où gambas, huîtres et langoustes seront les vedettes.
 
Toujours chez Jean Claude Mas, l’Astélia rosé joue la carte de l’édition limitée avec un flacon décoré d’un vol de flamant rose. Assemblage de grenache, cinsault, syrah et mourvèdre, l’Astélia est un vin élégant, fruité qui conviendra parfaitement avec des poissons grillés aux olives et aux herbes de Provence et des salades de fraises. Sa bouteille originale et élégante sera un cadeau apprécié.
 
Du nord de la vallée du Rhône, la Cave de Tain l’Hermitage propose deux jolis flacons pour cet été. Fondée en 1933, cette coopérative offre aux amateurs le meilleur des vins de la région. Dans cette série Première Note en mono cépage de syrah, la cave de Tain propose des flacons au rapport qualité/prix rarement atteint.
 
Qu’il s’agisse du rosé 2018 ou du rouge 2017, ils sont disponible aux environs de 5 euros. Le syrah rosé est un vin délicat au nez de fruits rouges idéal pour les soirées d’été tandis que le syrah rouge, élégant, mais plus tannique demandera des plats plus structurés comme de la charcuterie, des chipirons ou un joli plateau de fromage. Un vin du Rhône néanmoins méditerranéen.
 
Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Juillet 2019 - 01:00 La diversification ou l'avenir du cognac

Vendredi 5 Juillet 2019 - 01:00 Whiskies du monde : un découvreur de talents !