Sommaire
Article publié le 17/08/2022 à 04:16 | Lu 2233 fois

Les centres communautaires chinois au services des ainés




Dans un récent article publié par China.org, organe de presse officiel chinois, on apprend que les centres communautaires lancés en 2017 et soutenus par le gouvernement, viennent en aide au quotidien des ainés. La ville de Beijing en compte actuellement un millier. Un tramage local indispensable dans un pays vieillissant.


Les centres communautaires chinois au services des ainés
Comme le rappelle cet article, la capitale chinoise a ouvert son premier centre communautaire de prise en charge des personnes âgées en 2017. Aujourd’hui, Beijing -Pékin- en compte plus d’un millier installés dans des zones résidentielles. Ces centres sont ouverts en semaine et visent à venir en aide aux résidents âgés de 60 ans et plus. 
 
Soutenus par le gouvernement, ces centres communautaires proposent toute une palette de services pour les anciens, et ce, au quotidien. Les personnes âgées peuvent y trouver des soins de jour, des loisirs, des repas, une aide à la toilette, une assistance psychologique ou encore, un accès à des équipements de conditionnement physique.
 
Par exemple, un centre communautaire permet d’être en contact avec le service médical le plus proche du domicile d’un ainé et peut lui envoyer une infirmière chez lui. Une partie des soins auparavant réalisés à l’hôpital peuvent désormais être réalisés chez lui. Une partie des frais est couverte par l’assurance maladie.
 
Mais ces centres ne concernent pas que la santé… Ils visent aussi à réduire l’isolement des ainés, notamment à cause de l’augmentation des nids vides (les jeunes sont partis faire leur vie ailleurs et malgré les traditions, n’ont plus la possibilité de s’occuper de leurs anciens). D’une manière générale, ces centres peuvent mettre en place n’importe quel service, d’une aide d’urgence à l’entretien ménager ou la livraison de courses.
 
Certaines communautés de Beijing ont également installé des compteurs d’eau intelligents, des serrures magnétiques intelligentes et d’autres appareils connectés pour les aînés vivant seuls. Grâce aux données collectées par les équipements intelligents, les travailleurs sociaux sont informés en temps réel de la situation des résidents et prennent les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité.
 
Ces services sont payants mais les tarifs sont très faibles dans la mesure où le gouvernement couvre une grande partie des couts.  
 
« Nous allons améliorer les soins aux personnes âgées dans les zones urbaines et rurales, aider les entités privées à fournir des services tels que des soins de jour, des soins aux malades, ainsi que l’assistance aux repas et à la toilette », a déclaré le Premier ministre chinois Li Keqiang lors de la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale de cette année.
 
En novembre 2021, pour réduire la pression exercée par le vieillissement démographique sur les maisons de retraite, le Bureau du Comité municipal sur le vieillissement de Beijing a publié un plan de développement en vertu duquel, d’ici 2025, la ville mettra en service 280 centres de santé et pas moins de 1 200 centres communautaires de prise en charge des personnes âgées. 
 
La Chine compte l’une des populations vieillissantes qui croît le plus rapidement dans le monde. La proportion de personnes âgées de 60 ans et plus en Chine devrait atteindre 28 % d’ici 2040, selon l’Organisation mondiale de la santé. 
 
À Beijing, environ 20% des 21,9 millions d’habitants de la ville avaient 60 ans ou plus fin 2020, selon un plan de développement publié conjointement par les services de la ville. L’espérance de vie moyenne des Pékinois a dépassé 82 ans et plus de 30% d’entre eux seront des personnes âgées d’ici 2035.

Il en résulte, bien évidemment, une énorme demande de services de soins à court et moyen terme...





ARTICLES LES +