Sommaire
Article publié le 24/01/2018 à 03:06 | Lu 1253 fois

Le viager : le point avec la société Viagimmo

Si la plupart des gens connaissent globalement le fonctionnement du viager, ses particularités et son intérêt pour les vendeurs et les acquéreurs restent encore souvent confus pour le grand public. Compte tenu de l’intérêt social d’un tel dispositif, il est primordial, aujourd’hui, de le démocratiser. Le point avec la société Viagimmo, réseau d’agences immobilières spécialistes du viager né aux Sables-d’Olonne en 2017*.


Le viager : le point avec la société Viagimmo
Vendeurs de biens immobiliers : pourquoi choisir le viager ?
Espérance de vie allongée, volonté de rester vivre dans son logement bien légitime, maintien autonome ou médicalisé à domicile, gel des pensions, nouvelles taxes, etc. : la retraite et surtout, les futures retraites sont sources de craintes et de véritables baisses de pouvoir d’achat chez les quinquas et plus. Autant de raisons d’anticiper au mieux cette étape et considérer le viager comme un véritable produit de retraite.
 
Rappelons que grâce au viager, il est possible de rester chez soi (l’une des « raisons de vivre » de nos compatriotes) et de conserver la qualité de vie à laquelle on est attaché, tout en disposant mensuellement de revenus complémentaires.
 
Il n’est ainsi plus nécessaire de vendre le logement familial pour disposer de revenus supplémentaires grâce au capital dégagé, pour se loger moins cher et peut être moins bien. Sans compter le risque que ce capital s’épuise et que l’on se retrouve sans ressources.
 
Quant à ceux qui souhaitent profiter du confort des résidences médicalisées (ou s’installer ailleurs dans un autre pays, grande tendance actuelle chez les retraités) la solution de la vente en viager libre (l’acheteur peut occuper ou louer le logement) s’avère tout aussi attractive. La rente versée à vie assure la sérénité du vendeur…
 
Acheteurs potentiels d’immobilier : quel est l’intérêt du viager ?
L’accession à la propriété s’avère de plus en plus ardue pour nos compatriotes en raison de l’évolution du prix de l’immobilier, de leur pouvoir d’achat et de l’insécurité de leur situation économique. Dans ce contexte, l’achat d’un bien immobilier en viager peut-être une solution pour se constituer son patrimoine et sécuriser son avenir.
 
Comment ça marche ?
Dans le cadre d’un achat en viager occupé (95% des cas), le prix de vente tient compte de l’occupation du logement par le vendeur. Cette décote d’occupation permet ainsi d’acheter à prix réduit tout en évitant le recours à un emprunt bancaire. L’acquéreur évite ainsi l’ensemble des coûts du crédit.
 
Pour l’investisseur acquéreur, le viager permet donc de se constituer un patrimoine immobilier progressivement dans le temps, sans tracas locatifs. En effet, un achat en viager évite à l’acquéreur une pression fiscale importante, d’éventuels impayés de loyer, vacances locatives, ou dégradations. Le vendeur crédirentier ayant un affect considérable pour son bien (à la différence d’un locataire) continuera à entretenir son logement (attention toutefois quand la personne devient trop âgée ou qu’elle n’a plus les moyens d’entretenir son bien elle-même).
 
De plus, l’acquéreur connait le support de son épargne. Celui-ci réside dans la pierre et non sur des supports financiers hasardeux.
 
L’achat d’un bien immobilier en viager libre, s’adresse notamment à l’accédant à la propriété disposant de faibles revenus, ou n’ayant pas le « profil emprunteur » type au vu de sa situation professionnelle précaire ou d’une ancienne maladie rendant l’emprunt compliqué et cher. Pour lui, acheter en viager libre est l’opportunité de devenir propriétaire occupant à moindre prix.
 
L’achat en viager présente donc plusieurs avantages :
Constituer son patrimoine et sécuriser son avenir
-A un prix réduit
-Progressivement dans le temps
-Sans mise de fonds initiale importante
-Sans recours au crédit bancaire
-Sans tracas locatif et sans pression fiscale
-Une gestion simplifiée

​Une fiscalité avantageuse

IFI (ex ISF)
-Côté acquéreur : dans le cadre d’un viager occupé, l’acquéreur débirentier n’a pas à déclarer la valeur de la pleine propriété dans sa base taxable à l’IFI mais uniquement la valeur correspondante à la nue-propriété du bien.
-Côté vendeur : seule la valeur de capitalisation de la rente et du DUH (droit d’usage et d’habitation), le cas échéant, doivent être prises en compte.
-Conséquence : l’achat et la vente en viager peuvent permettre d’éviter cette taxe.
 
*société ayant l’ambition d’offrir ses services sur tout le territoire, via un réseau de partenaires sous licence de marque.