Sommaire
Article publié le 04/07/2018 à 14:16 | Lu 11362 fois

Le sexe, c'est bon pour le coeur !

Avec l’arrivée de l’été, la Fédération Française de Cardiologie (FCC) fait le point sur les effets bénéfiques de l’activité sexuelle sur le cœur. Elle rappelle également que les pannes sexuelles sont de véritables signaux d’alerte d’accident cardio-vasculaire, à prendre très au sérieux.


Le sexe, c'est bon pour le coeur !
Selon l’OMS, l’activité sexuelle participe à la qualité de vie, car elle est bénéfique à la fois à la santé mentale et au physique ! Et contrairement aux idées reçues, son effet s’avère véritablement positif sur la santé cardio-vasculaire. Toujours bon à savoir, à condition de sortir « couvert » avec vos nouveaux partenaires.
 
Tout d’abord, il faut savoir que l’accident cardiaque lors d’un rapport sexuel reste rare. La plus vaste étude sur le sujet rapporte que 0,016% des décès par arrêt cardiaque seraient liés à un rapport sexuel pour les femmes contre 0,19% pour les hommes. La statistique est de notre côté.
 
En outre, comme nous le rappelle le Pr François Carré, cardiologue au CHU de Rennes et ambassadeur de la FFC, « les bénéfices d’une activité sexuelle régulière pour le cœur sont multiples : un rapport sexuel représente un effort physique modéré comparable à la montée de 20 marches à bonne allure. Comme toute activité physique, il contribue à muscler le myocarde, c’est-à-dire le muscle cardiaque, ce qui permet d’éliminer les toxines de l’organisme ». Dont acte.
 
Par ailleurs, on le sait, le rapport sexuel possède des vertus anti-stress et anti-déprime grâce à la libération d’une multitude d’hormones (sérotonine, dopamine et endorphine) durant l’orgasme. Comme le souligne le Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHU de Lille et présidente de la FFC : « l’activité sexuelle est un élément important de la qualité de vie, y compris chez le (ou la) patient(e) cardiaque ou vasculaire et sa (ou son) partenaire ! ».
 
Et de poursuivre : « le maintien ou la reprise de la vie sexuelle après un accident cardiaque est important pour le couple, agissant aussi bien sur le physique que le moral. Il est essentiel de s’y intéresser afin d’en discuter avec les patients et d’éviter les blocages. »
 
Attention aux pannes : éventuel signe d’alerte d’accident cardio-vasculaire
« Que l’on soit cardiaque ou non, les troubles sexuels ne doivent pas être pris à la légère, insiste le Pr Claire Mounier-Vehier. D’une part parce qu’ils peuvent bénéficier de traitements efficaces, y compris si l’on souffre d’une maladie cardio-vasculaire, mais aussi parce que ces dysfonctionnements se révèlent fréquemment être le premier signe discret d’une maladie cardio-vasculaire latente, qu’il faut impérativement dépister et prendre en charge ».
 
Chez l’homme
En France, environ 30 à 40% des hommes souffrent de dysfonction érectile (DE) avec un risque multiplié par 2 à 4, entre 40 et 70 ans. Or l’apparition d’une DE peut être considérée par les spécialistes comme un signal d’alerte et un marqueur silencieux d’une maladie cardio-vasculaire, notamment athéromateuse.
 
En effet, les artères du pénis et celles du cœur ont un fonctionnement identique. L’érection est un mécanisme vasculaire mettant en jeu la vasodilatation, qui en cas de trouble se fait mal, pouvant signaler une anomalie vasculaire. Dans les faits, il a été démontré que la perte d’érection précède fréquemment de 3 à 5 ans la survenue d’un accident cardio-vasculaire aigu. Par ailleurs, l’apparition d’un dysfonctionnement érectile augmenterait d’un quart les risques pour un homme de développer une maladie cardio-vasculaire.
 
Or à ce jour, plus de 30% des patients ayant une DE ne prennent pas ce signe au sérieux et ignorent qu’il peut être un signe avant-coureur d’une maladie cardio-vasculaire. Il est donc capital pour les hommes de ne pas ignorer ce phénomène et d’en parler à leur médecin, qui pourra effectuer un bilan complet et proposer des solutions adaptées.
 
Chez la femme
Peu d’études ont été réalisées chez les femmes, mais les troubles sexuels féminins augmentent avec l’âge, concernant bon nombre de femmes, en particulier à la ménopause. Ils peuvent apparaître sous différentes formes : baisse ou absence de désir, troubles de l’excitation ou de l’orgasme, insuffisance érectile clitoridienne, douleur et sécheresse vaginales. Il n’y a pas de corrélation avérée entre l’apparition de ces troubles et un risque cardio-vasculaire spécifique. Cependant, la période de la ménopause est une étape clé de la vie d’une femme durant laquelle la protection hormonale disparaît et les risques cardio-vasculaires augmentent. Un dépistage préventif cardio-vasculaire est donc fortement recommandé dès l’apparition des premiers signes de ménopause
 
Comment avoir une vie sexuelle épanouie après un accident cardio-vasculaire ?
Après un accident cardio-vasculaire, nombreux sont les patients qui redoutent la reprise d’une activité sexuelle. Plusieurs facteurs entrent en jeu : légère dépression, fatigue, la prise de certains médicaments qui ont une incidence sur la fonction sexuelle, la peur d’une rechute ou d’être jugé par l’autre, maternage par le conjoint, etc. Pourtant, le fait de renouer avec une vie sexuelle épanouie participe à la bonne réadaptation des patients et leur retour à une vie normale.
 
La communication est importante pour reprendre, dès que possible une vie sexuelle. Un témoignage de tendresse par des petits gestes simples au quotidien (se tenir la main, s’embrasser, enlacer son partenaire...), et l’attention portée à l’autre sont essentiels pour aider le couple.
 
Il est également important de suivre une réadaptation cardio-vasculaire, qui favorise, entre autres, le retour à une vie sexuelle après un accident cardio-vasculaire. Par ailleurs, si le couple continue d’être en souffrance, il peut être accompagné par un psychologue ou un sexologue.

​En résumé, quelques idées reçues

« Les problèmes érectiles sont liés à l’âge » FAUX !
Plusieurs causes peuvent expliquer un problème d’érection quel que soit l’âge : l’apnée du sommeil, certains médicaments, le diabète, les accidents cardiovasculaires, les facteurs de risque cardio-vasculaire.
 
« Ça ne marche plus, pas grave ça va revenir tout seul » FAUX !
Il faut prendre les troubles d’érection au sérieux car ils peuvent avoir des conséquences sur la vie de couple et le mental. Ils peuvent en outre être le signe annonciateur d’un problème cardio-vasculaire aigu latent. Il faut en parler à son médecin.
 
« Après un arrêt cardiaque, il est déconseillé de faire l’amour » FAUX !
Les personnes ayant eu un problème cardio-vasculaire n’ont pas plus de risque d’avoir un second accident durant l’activité sexuelle qu’une personne n’en ayant jamais eu. La reprise d’une activité sexuelle après un accident cardiaque est à discuter avec un médecin.
 
« Je dois faire attention lors de mes rapports si j’ai un pacemaker » FAUX !
Il n’y a aucune contre-indication particulière. On peut reprendre une activité sexuelle régulière une semaine après l’implantation d’un pacemaker ou d’un défibrillateur.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 01:00 Combattre la fatigue avec la chiropraxie