Sommaire
Article publié le 03/10/2018 à 07:23 | Lu 2414 fois

Le renouveau des Thermes de Saint Gervais Mont Blanc

L’écosystème de Saint-Gervais Mont Blanc en Haute-Savoie forme un tout : sa montagne mythique, l’eau qui y coule depuis des millénaires, ses thermes, les femmes et les hommes qui prodiguent leurs soins depuis deux siècles et les plantes qui colorent ses alpages malgré la rudesse du climat. Fin septembre 2018, les Thermes de Saint-Gervais Mont Blanc, sous la houlette de l’Oréal, ont réouvert leurs portes après un an de travaux. Présentation.


Une nouvelle page s’écrit donc pour cet établissement bicentenaire, devenu une destination bien-être unique en France. Avant de revenir sur les bienfaits dermatologiques de cette eau, rappelons que les bains de Saint-Gervais furent créés en 1807.
 
Ils permettaient alors de soigner diverses pathologies de la peau et des voies respiratoires et connaitront de fait, un essor considérable jusqu’à devenir à la fin du 19ème siècle, l’un des hauts-lieux du thermalisme en France. Dans les années 1950, les Thermes vont évoluer et se développer dans les soins pour les grands brûlés.
 
En rachetant les Thermes en 2016, le groupe l’Oréal s’est emparé d’une histoire de 200 ans jalonnée de découvertes et de traitements innovants. Aujourd’hui, son ambition est de doter ce lieu des moyens scientifiques et matériels pour développer sa patientèle au niveau international tout en continuant d’innover dans le traitement des dermatites et des cicatrices.
 
Pour les patients souffrant d’acouphènes (sifflement dans les oreilles) par exemple, des cures spécialisées sont mises en place de façon pionnière. Et pour tous, des courts séjours couplant sport de montagne et soins seront proposés pour se ressourcer à toutes les saisons.
 
Bien évidemment, au cœur du sujet, figure l’action thérapeutique de l’eau thermale du Mont Blanc, reconnue par l’Académie Nationale de Médecine depuis 1996. Grâce à un voyage de 6.500 ans dans les roches souterraines du massif alpin, cette eau acquiert un taux de minéraux jusqu’à trente fois supérieur à celui d’une eau minérale.
 
« Ses vertus cicatrisantes, anti-inflammatoires, réparatrices et apaisantes permettent de l’exploiter notamment en dermatologie pour soigner les cicatrices et les brûlures, avec des effets prouvés cliniquement » assure le communiqué de la marque. Ses taux élevés en sodium, sulfates et chlorure lui permettent de maintenir l’homéostasie cellulaire, c’est-à-dire l’équilibre de la peau.
 
Sa teneur en calcium et magnésium accélère la formation de la fonction barrière de la peau, tandis que le strontium inhibe les irritations et réduit les démangeaisons. Deux autres composants remarquables, le bore et le manganèse ont respectivement des effets bénéfiques sur la cicatrisation de la peau et sa défense vis-à-vis du stress oxydatif.
 
Rappelons que cette eau thermale est exploitée en dermatologie, pour traiter les dermatites chroniques comme le psoriasis, l’eczéma et l’atopie, y compris celles des nourrissons. Elle est également utilisée pour soigner les brûlures et tous les types de cicatrices notamment d’acné ou post-opératoires.
 
Aujourd’hui, les Thermes de Saint-Gervais sont reconnus comme étant le premier centre de cure de France pour soigner les brûlures et les cicatrices. Une série d’observations cliniques a été menée en 2017.
 
Une première étude a été réalisée par la recherche l’Oréal sur 51 femmes âgées de 23 à 65 ans à la peau réactive (pulvérisation d’eau thermale pendant 4 semaines, 2 fois par jour). Elle a démontré cliniquement les propriétés apaisantes et adoucissantes de l’eau : baisse significative des sensations de démangeaisons, rougeurs, sécheresse, tiraillement et d’échauffement.
 
Une seconde étude a été menée sur 106 patients de la cure thermale (traités par bains, douches, pulvérisations, massages) affectés de problèmes dermatologiques (cicatrices, eczéma, psoriasis). Une amélioration clinique hautement significative sur les trois types de pathologies a été observée dans 100% des cas.
 
La rénovation de l’établissement a débuté en octobre 2017 et duré près d’un an. Elle a couté 5,3 millions d’euros et a été réalisée avec l’appui de la commune de Saint Gervais. L’objet de ce projet était de repenser intégralement les installations et de créer de nouveaux espaces, dans un espace plus durable et une architecture ancrée dans la nature environnante.
 
À l’extérieur, l’ancien établissement thermal datant des années 1930 a été démantelé pour laisser place à trois bassins thermaux installés en pleine nature. A l’intérieur, les espaces médicaux offrent davantage d’espace et de confort. Par ailleurs, un nouveau parcours bien-être a été imaginé, mettant en scène le trajet naturel de l’eau thermale, des profondeurs terrestres à la lumière.
 
Chaque mètre carré a été conçu pour profiter de l’eau dans tous ses états : en glace et en brume de chaleur, dans des alcôves immersives, des bassins de flottaison, d’observation ou de stimulation…
Enfin, les cabines de soin ont été réinventées et un espace séminaire et conférences a été créé, de même qu’une boutique.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 01:00 Combattre la fatigue avec la chiropraxie