Sommaire
Article publié le 13/07/2020 à 02:53 | Lu 2646 fois

Le maintien à domicile des seniors face à la menace de la COVID-19




La pandémie mondiale qui a sévit depuis le dernier trimestre 2019 sur la planète a fait de nombreuses victimes. Lorsque l’on regarde les tranches d’âges touchées, sans que les spécialistes en épidémiologie ne puissent vraiment se l’expliquer, les seniors sont de loin les plus concernés. En France, les statistiques des personnes décédées sont édifiantes.


Les 75 ans et plus représentent en effet 71% des décès recensés, dont près de la moitié étaient résidents d’EHPAD. Si l’on ajoute à cette tranche d’âge les personnes âgées entre 65 et 74 ans, ce chiffre passe à 89%.
 
En comparaison, la tranche d’âge comprise entre 15 et 44 ans ne représente « que » 1% des décès recensés durant cette crise sanitaire majeure. Cette période sombre est derrière nous certes, mais les risques de contagion ne sont pas pour autant nuls, et de nombreux pays à travers la planète font face à une seconde vague à la hauteur des pics rencontrés entre mars et avril 2020.
 
Tant qu’un vaccin n’est pas mis sur le marché, le maintien à domicile de nos seniors est la seule réponse face à la menace du Coronavirus (COVID-19).
 
Prise en charge des personnes âgées à domicile
Aujourd’hui en France, plus de 60% des personnes âgées en perte d’autonomie résident à leur domicile, hors EHPAD. Ces personnes âgées et fragilisées, vivent au rythme de routines quotidiennes, qu’ils doivent adapter à la situation particulière du déconfinement et des gestes barrières à adopter face au danger de la COVID-19.
 
La réalité est que la plupart d’entre-eux s’est enfermée dans une forme d’isolement, au moment même ou, au contraire, ils auraient le plus besoin d’aide pour leur permettre une continuité de soins et de lien social.
 
Lorsqu’ils sont présents, les aidants proches -familles, voisins ou amis- doivent alerter les services sanitaires afin de permettre à ces personnes déjà fragilisées de recevoir tous les soins et l’attention nécessaires à leur état.
 
En fonction des scénarios, de la pathologie et du niveau de perte d’autonomie, il existe de nombreuses formules de maintien à domicile, chacune pouvant répondre aux besoins particuliers de ces personnes âgées dépendantes ou en perte d’autonomie.
 
Les établissements d’Hospitalisation à Domicile (HAD), les Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), ou encore les Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD) sont autant de service indispensables au maintien de cette population dans leur propre cadre de vie.
 
Le repli sur soi face à la COVID-19
La réaction la plus simple et la plus naturelle pour cette population à risque et déjà diminuée est le repli sur soi… Toutes les personnes âgées n’ont pas la chance d’avoir une famille aidante ou de bénéficier de soins de la part d’organismes spécialisés dans l’aide à domicile et cette période de plusieurs mois d’isolement a créé une réelle dégradation de leur état psychologique.
 
Cette dégradation psychologique a souvent été accompagnée d’un repli sur soi et d’une coupure totale de lien social. Durant cette période anxiogène, l’inactivité physique et intellectuelle a entrainé une baisse des capacités cognitives ainsi qu’une accélération de la perte d’autonomie.
 
C’est dans ce cadre que les plans d’alerte et d’urgence ont été déclenchés depuis le 22 mars dernier afin de recenser et de contacter toutes les personnes âgées ou handicapées isolées.
 
La continuité de soins malgré le Coronavirus (COVID-19)
De nombreuses mesures ont été prises afin de permettre aux personnes âgées de continuer leurs soins tout en évitant une exposition à la COVID-19. Pour exemple, les téléconsultations sont dorénavant prises en charge à 100% par l’assurance maladie obligatoire.
 
Grâce à un aidant proche ou à un service de soins à domicile, ces téléconsultations permettent en outre une continuité de soins dans le cadre de télé-soins pour des ergothérapeutes, des psychomotriciens ou encore des masseurs-kinésithérapeutes.
 
Depuis l’arrêté du 23 Mars 2020, il est également possible aux pharmaciens de renouveler une prescription médicale, dans les termes de la première ordonnance prescrite afin de permettre aux patients la poursuite de leur traitement.
 
Dans le même esprit et sous certaines conditions particulières, les soins infirmiers peuvent être reconduits, en particulier dans le cadre de soins infirmiers à domicile pour des patients, quel que soit leur âge, en situation de dépendance temporaire ou permanente. Toutes ces mesures ont pour but d’accompagner les personnes âgées durant cette crise sanitaire majeure tout en minimisant les risques de contamination.
 
À travers ses différents services d’aide à domicile à Paris, l’Adiam va faciliter la vie de votre aîné en réunissant tout un panel de professionnels de santé mais également d’intervenants pour l’aide au quotidien, que ce soit au niveau des tâches ménagères, de la prise de médicaments ou encore de tâches administratives, et la liste est loin d’être exhaustive.
 
Ces différentes activités permettront de garantir le maintien à domicile de votre aîné dans un cadre totalement contrôlé et sécurisé.