Sommaire
Article publié le 22/11/2017 à 18:54 | Lu 1366 fois

Le ginseng noir pour la mémoire !

Le ginseng noir, cultivé et fabriqué en Corée du sud, est un ginseng de très haute qualité. Pris régulièrement il permet d’entretenir et d’améliorer les performances cérébrales, ce qui concerne bien évidemment, les seniors. Le point avec le Dr Xavier Fruneau.


Toujours inquiétant le moment où l’on cherche le nom de quelqu’un perdu de vue, le titre d’un film vu récemment, celui d’un acteur ou le nom du petit village visité pendant les dernières vacances… C’est là qu’on commence à se demander : « et si je commençais à décliner ? ».  
 
Pour ces personnes, le ginseng noir peut aider à lutter de manière totalement naturelle, ceux qui souhaitent lutter contre les troubles débutants de la mémoire, le stress chronique, le surmenage ou encore la fatigue intellectuelle.
 
Avant d’entrer plus dans le détail des bienfaits du ginseng noir, rappelons que pour fonctionner correctement, notre cerveau a besoin de deux choses : tout d’abord, d’un système vasculaire en bon état (des vaisseaux souples) et ensuite, d’un bon carburant qui favorise la production des neuromédiateurs, des molécules qui transmettent l’information.
 
De fait, c’est de l’union de ce couple circulation-neuromédiateurs que nait la performance de notre cerveau qui nous permet de réagir vite. Or, avec l’avancée en âge, les vaisseaux sont moins souples et irriguent moins bien toutes les zones cérébrales. On constate également que la synthèse des neuromédiateurs se réalise moins vite et en plus, en moindre quantité.
 
Comment y remédier de façon saine et naturelle ? Le ginseng noir coréen peut nous aider à entretenir un système cérébral de qualité et améliorer les capacités intellectuelles. Des essais cliniques montrent que les extraits de racines de ginseng améliorent concentration, attention, vivacité intellectuelle.
 
Ces effets sont dus à la régulation par le ginseng de ces fameux neuromédiateurs cérébraux que l’on connait sous les noms de dopamine, noradrénaline et acétylcholine, impliqués dans le sommeil, l’humeur, l’attention, la concentration. On constate d’ailleurs un déficit d’acétylcholine dans la maladie d’Alzheimer.
 
Le ginseng noir a donc deux actions bénéfiques sur le cerveau : dans un premier temps il permet de protéger les fonctions cérébrales en empêchant la trop grande destruction de ces neuromédiateurs par les enzymes. Le cerveau a ainsi plus d’énergie, il fonctionne mieux et plus vite.
 
Ensuite le ginseng améliore la circulation. Cela permet de dilater les vaisseaux et de les rendre plus souples. Le sang circule mieux, les zones isolées sont mieux irriguées, l’esprit est alors plus vif et la mémoire plus performante.
 
« J’ai créé Ginseng-Premium pour répondre à ce besoin indique le Dr Xavier Fruneau, et parce qu’en tant que médecin de l’industrie pharmaceutique j’ai vu trop de produits de mauvaise qualité à base de ginseng ».
 
Récemment des recherches scientifiques ont montré que le Ginseng noir, nouvellement mis au point en Corée, était particulièrement bien adapté au fonctionnement cérébral. Il contient des actifs rares qui favorisent synthèse et protection des neuromédiateurs et il améliore la circulation dans les vaisseaux.

La culture du ginseng demande de l’attention et du temps. Pour obtenir un ginseng de qualité le plant doit pousser pendant six ans minimum. Il n’est récolté qu’à l’automne de la 6ème année ! Ensuite la terre doit reposer pendant deux ans.
 
En règle générale pendant ces deux années on fait pousser du riz sur la terre pour la reposer. Un champ de ginseng cultivé selon les bonnes règles ne fournit des racines exploitables qu’une fois tous les 8 ans ! Ceci explique que le coût de revient du ginseng de qualité est élevé.
 
Une fois récoltée la racine de ginseng est lavée, séchée, puis soumise à la vapeur : une fois pour le ginseng rouge (red ginseng) et neuf fois pour le ginseng noir (black ginseng).
 
Xavier Fruneau, médecin, est devenu expert santé par les plantes en travaillant pour les laboratoires pharmaceutiques en tant que directeur médical et marketing à l’international. Ses missions l’ont conduit en Asie et il s’est maintenant spécialisé dans les relations avec la Corée et l’importation du Ginseng. D’une manière générale, il s’intéresse aux plantes et les conseille pour la santé, à condition qu’elles aient suffisamment d’études cliniques et de résultats probants pour être reconnues efficaces.





Dans la même rubrique :
< >