Sommaire
Article publié le 06/10/2021 à 01:00 | Lu 1409 fois

Le département de la Seine-Saint-Denis créé une Aide à la vie partagée




Alors que débute cette semaine la Semaine bleue, la semaine dédiée aux personnes âgées, le Département de la Seine-Saint-Denis (93) dévoile la création d'une Aide à la vie partagée qui sera versée sans condition de ressource et qui doit permettre de soutenir les personnes âgées souhaitant s'installer dans un logement ou un ensemble de logements regroupés autour d'un espace de vie commun.


On le sait, les personnes en perte d'autonomie expriment de façon de plus en plus prononcée (et c’est bien normal), le souhait de vivre le plus longtemps possible à leur domicile. Une grande tendance ces dernières années.
 
Mais si des prestations individuelles existent (APA ou PCH) et permettent l'intervention d'aides à domicile qui procèdent à l'accompagnement individuel des personnes pour les tâches de la vie quotidienne, elles ne peuvent pas être l'unique réponse à l'enjeu de l'isolement des personnes confrontées à une perte d'autonomie.
 
Dans ce contexte, le Département de la Seine-Saint-Denis souhaite accompagner les nouvelles formes d'habitat inclusif, telles qu'elles ont été décrites dans le rapport « Demain, je pourrai choisir d'habiter avec vous ». Dans la pratique, il s’agit de rapprocher, dans un même logement ou dans un ensemble de logements regroupés autour d'un espace de vie commun, des personnes qui décident de partager un projet de vie sociale.
 
Le financement des frais afférents à l'animation de ces projets d'habitat inclusif, longtemps inexistant, reste aujourd'hui encore limité. Afin d'aider à leur développement, le « 93 » a décidé de s'engager comme l'un des premiers départements à la mise en place d’une « Aide à la vie partagée », telle que prévue par le législateur dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021.
 
Cette aide individuelle doit permettre, notamment, de financer les fonctions d'animation, de régulation des liens entre résidents et avec l'extérieur, ou de coordination des interventions extérieures dans les habitats inclusifs.
 
Pourront en bénéficier, sans condition de ressource, les personnes majeures, soit bénéficiant d'une reconnaissance de handicap par la MDPH ou d'une pension d'invalidité de l'assurance maladie, soit âgées d'au moins 65 ans, dès lors qu'elles participent à un projet de vie partagé au sein de leur résidence principale.
 
Le montant de l'aide sera identique pour toutes les personnes éligibles participant à un projet donné, et pourra s'élever jusqu'à 10.000 euros par an et par bénéficiaire. Le Département sera appuyé par la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie pour le financement du dispositif, avec un objectif volontariste de 7 projets conventionnés avant la fin de l'année 2022, pour une cinquantaine de personnes concernées.