Sommaire
Article publié le 30/12/2019 à 01:00 | Lu 1676 fois

La post-ménopause comme facteur clé du cancer de l'endomètre




Dans une étude publiée dans la revue Scientific Reports, des chercheurs de Mayo Clinic aux Etats-Unis ont identifié une signature de microbiome associée au cancer de l'endomètre, qui serait en partie favorisée par la post-ménopause. L'objectif de cette étude était de comprendre comment les facteurs de risque de cancer de l'endomètre modifiaient le microbiome de l'appareil reproducteur et le risque de cancer de l'endomètre.


« Si, en plus d’être un marqueur du cancer de l’endomètre, le microbiome joue un rôle dans son apparition, cela pourrait avoir des implications importantes pour la prévention du cancer de l'endomètre » a déclaré pour l’occasion Marina Walther-Antonio, auteur principale de l'étude Mayo Clinic.
 
Selon elle, le rôle avéré du microbiome vaginal en tant que facteur clé de la santé vaginale et obstétricale, ainsi que les différences de microbiome vaginal entre les différents groupes ethniques, corroborent l'importance d'une exploration du microbiome dans le cancer de l'endomètre.
 
L'équipe de chercheurs a découvert précédemment des différences de microbiome entre les patientes souffrant ou non d'un cancer de l'endomètre dans le cadre d’une étude sur le microbiome utérin, publiée en 2017, qui a conduit au développement d'une méthodologie de dépistage du cancer de l’endomètre par écouvillonnage vaginal. 
 
« La nouvelle étude nous a apporté la connaissance et les applications nécessaires pour perfectionner cet outil de dépistage du cancer de l'endomètre », affirme la Dr. Walther-Antonio. Avec ses collègues, elle étudie actuellement le rôle du microbiome dans le cancer de l'endomètre et, éventuellement, les possibilités de prévention de l'action des bactéries nocives sur l'hôte.
 
Dans l'ensemble, l'équipe a vérifié les principaux facteurs de risque connus de cancer de l'endomètre (état de post-ménopause et obésité) et a identifié un pH vaginal élevé comme facteur supplémentaire associé aux patientes atteintes de cancer de l'endomètre.
 
« Nous avons déterminé que tous ces facteurs avaient une incidence sur le microbiome de l'appareil reproducteur et que la post-ménopause était un facteur clé. Nous prévoyons de discuter des applications possibles de ces connaissances, ce qui pourrait apporter de nouvelles approches pour faire face aux disparités actuelles en matière de santé dans le cancer de l'endomètre », affirme la Dr. Walther-Antonio.