La joueuse de tennis Pauline Déroulède, handicapée, réclame des tests pour les conducteurs seniors

Voici un sujet toujours délicat à aborder : celui de la conduite des personnes âgées… C’est pourtant ce que fait la jeune joueuse de tennis française Pauline Déroulède qui a perdu sa jambe en 2018 dans un accident de voiture causé par un ainé… Depuis, elle se bat pour l’instauration de tests pour les conducteurs seniors.





La conduite des seniors et plus précisément, celle des personnes âgées est un sujet toujours délicat à aborder… En effet, avec le vieillissement des populations, de plus en plus d’ainés se retrouvent sur les routes derrière un volant.
 
Or, pour ces ainés, conduite rime souvent avec autonomie et liberté d’action. Notamment en province et à la campagne où les transports en commun sont moins développés que dans les grandes villes.
 
Mais dans ce contexte démographique sans précédent, une question revient régulièrement sur le devant de la scène : les seniors doivent-ils être contrôlés pour vérifier leur aptitude à la conduire ? Sont-ils responsables de plus d’accidents de la circulation que les autres conducteurs plus jeunes ? Les ainés sont-ils plus dangereux sur la route ?
 
C’est en tout cas le combat de Pauline Déroulède, 32 ans. Sa vie a basculé en octobre 2018. Lorsqu’elle fut percutée violemment -ainsi que deux autres femmes- par le véhicule d'un monsieur de 92 ans ayant confondu la pédale de frein avec celle de l'accélérateur. La joueuse de tennis a perdu sa jambe gauche dans l'accident.
 
Depuis elle se bat pour l’instauration d’un test de conduite à destination des personnes âgées. « Je serai en paix quand ce projet sera passé » confie-t-elle. Pour ce faire, elle milite activement et a dévoilé des clips vidéo très bien réalisés qui illustrent parfaitement cette problématique. Ces derniers sont publiés sur les réseaux sociaux et financés par des partenaires privés.
 
Le premier clip montrait un homme âgé prenant sa voiture face à sa femme désarmée. Son deuxième volet est davantage symbolique : un septuagénaire pousse un caddie dans un supermarché en percutant des produits et écrasant le doudou d'un enfant, sous le regard d'un employé, paraplégique…
 
En France, pour obtenir ou conserver leur permis de conduire auto en raison de leur état de santé, certains conducteurs doivent se soumettre à un contrôle médical périodique ou occasionnel de l'aptitude à la conduite.
 
La périodicité de cet examen médical est désormais de cinq ans au plus quel que soit l'âge du conducteur, selon un décret publié au Journal officiel du 26 août 2022. Cette durée est fixée par un médecin agréé, qui ne peut pas être le médecin traitant du conducteur.
 
En Suisse ou en Italie, le permis est remis en question régulièrement par le biais de visites médicales. Chez nos amis Helvètes, l’Office fédéral des routes indiquait en 2017 que le nombre de retrait de permis pour « inaptitude à la conduite » avait augmenté de plus de 10% chez les personnes âgées. Chez nos voisins italiens, le permis de conduire doit être renouvelé tous les 5 ans après 50 ans.
 
 

Article publié le 03/01/2023 à 08:28 | Lu 2170 fois




Twitter
Facebook