Sommaire
Article publié le 25/01/2021 à 15:09 | Lu 1527 fois

La colchicine pour réduire les risques de complications liées à la Covid-19




Voici, semble-t-il, une bonne nouvelle concernant la lutte contre le coronavirus. Et elle nous vient directement de chez nous cousins québécois, de l’Institut de Cardiologie de Montréal qui a annoncé le 22 janvier dernier dans un communiqué que la colchicine (un puissant anti-inflammatoire) serait « le seul médicament oral efficace pour traiter les patients non-hospitalisés ». Explications.


Alors que la Covid-19 ne cesse de progresser à travers le monde, avec, régulièrement de nouveaux variants qui émergent, le lutte contre ces virus se poursuit inlassablement.
 
Nos cousins québécois semblent avoir bien avancé dans le cadre de cette lutte avec leur étude clinique Colcorona qui montre que la colchicine (un puissant anti-inflammatoire utilisé pour la goutte) serait efficace pour traiter la Covid-19 et pour traiter les patients non-hospitalisés.
 
En effet, les résultats de cette étude semblent démontrer que ce médicament réduirait de 21% le risque de décès ou d’hospitalisations chez les patients atteints de Covid-19 comparativement au placébo.
 
Cette étude a porté sur 4.159 patients* dont le diagnostic de Covid-19 avait été prouvé par un test PCR. Chez ces patients, la colchicine aurait entraîné un quart d’hospitalisations en moins et une réduction de la moitié du besoin de ventilation mécanique. Quant aux décès, ils auraient diminué de 44%.
 
« Cette découverte scientifique majeure fait de la colchicine le premier médicament oral au monde qui pourrait traiter les patients en phase pré-hospitalière » assure le communiqué de l’institut.
 
Traiter les patients à risque de complications avec cette médicament dès la confirmation du diagnostic permettrait donc de réduire leur risque de développer une forme grave de la maladie et donc, par conséquent, de limiter le nombre d’hospitalisations.
 
La prescription de la colchicine aux patients pourrait contribuer à atténuer les problèmes d’engorgement des hôpitaux et de réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements d’ici comme ailleurs.
 
« Notre étude a montré l’efficacité du traitement utilisant la colchicine pour prévenir le phénomène de « tempête inflammatoire majeure » et réduire les complications liées à la Covid-19 » a déclaré à cette occasion, le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’ICM, professeur de médecine à l’Université de Montréal et chercheur principal de l’étude Colcorona.
 
La colchicine comme son nom l’indique, provient de la plante « colchique d'automne ». Ce médicament est bon marché, il est plutôt bien toléré par les patients et aurait très peu d’effets secondaires selon les chercheurs canadiens.
 
*étude clinique «sans contact» qui se déroulait à la maison, randomisée, à double insu et contrôlée par placébo. Elle a été déployée au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud ainsi qu’en Afrique du Sud.