Sommaire
Article publié le 21/10/2019 à 02:00 | Lu 820 fois

La chiropraxie entre à l'hôpital pour lutter contre la douleur

Depuis le mois de septembre 2019, des chiropracteurs renforcent l’équipe pluridisciplinaire de la consultation d’évaluation et de traitement de la douleur de l’hôpital Bicêtre à Paris. Ce partenariat est né de la détermination de deux femmes, Caroline Lambert, chiropracteur et du Dr Isabelle Nègre, chef de service à l’AP-HP. Le point avec l’Association française de chiropraxie.


La chiropraxie entre à l'hôpital pour lutter contre la douleur
Le Dr Isabelle Nègre, médecin anesthésiste réanimateur, spécialiste de la douleur et chef de service du centre d’évaluation et de traitement de la douleur de l’hôpital Bicêtre, collabore depuis vingt ans avec Caroline Lambert.
 
« Notre collaboration s’est faite au cours des années, et après avoir assisté à nos consultations mutuelles pour que nos interventions soient synergiques. Nous faisons régulièrement un debriefing des patients communs afin d’adapter nos attitudes. Il est, par exemple, très fréquent que Caroline me demande de faire des infiltrations avant une séance afin de la rendre plus profitable. Elle peut également m’adresser des patients pour un avis médical. Ainsi, je considère, bien qu’elle exerce ailleurs, qu’elle fait partie intégrante de l’équipe » explique-t-elle.
 
Des chiropracteurs désormais pleinement intégrés à l’équipe pluridisciplinaire ! La convention signée cet été entre l’Institut francoeuropéen de chiropraxie (Ifec) et le service du Dr Nègre va plus loin. Les soins chiropratiques seront désormais dispensés à l’hôpital.
 
Deux stagiaires de l’Ifec-Paris assureront les prises en charge de patients souffrant de douleurs chroniques sur des périodes de deux mois et seront supervisés par un encadrant pédagogique confirmé. Ils exerceront aux côtés d’anesthésistes, de rhumatologues, d’hypnothérapeutes, de psychologues, d’infirmiers… tous engagés au bénéfice des patients douloureux chroniques.
 
« La douleur chronique peut être soulagée, mais rarement supprimée. Pour limiter les traitements médicamenteux qui sont à l’origine de nombreux effets secondaires, le recours aux médecines complémentaires est une évidence. Ces médecines complémentaires, dont la chiropraxie, ont également l’avantage de démédicaliser le patient et de lui permettre ainsi de profiter d’une réelle autonomie » précise le Dr Nègre.

​La chiropraxie au centre hospitalier universitaire

En 2017, la première consultation hospitalière française de chiropraxie ouvrait dans le service de médecine du sport du CHU de Toulouse. La consultation chiropratique de l’hôpital Bicêtre est la seconde en France. Caroline Lambert commente : « Je suis fière d’avoir contribué, au travers de ma collaboration avec le Dr Nègre, à l’acceptation de la chiropraxie par le monde médical. Je forme le vœu que ces collaborations au bénéfice des patients se développent ».





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Novembre 2019 - 01:00 Nash : de l'intérêt des probiotiques