Sommaire
Article publié le 15/10/2019 à 01:00 | Lu 1080 fois

Grippe : pourquoi les seniors de 65 ans et plus doivent-ils s'en prémunir

Il n’y a pas de petite grippe, surtout pour les personnes fragiles. En raison d’une baisse de leurs défenses immunitaires liée à l’âge, les personnes âgées de 65 ans et plus font partie des populations vulnérables face au virus de la grippe. A ce sujet, la vaccination reste la première protection contre la grippe.


Grippe : pourquoi les seniors de 65 ans et plus doivent-ils s'en prémunir
Les personnes âgées de 65 ans et plus –même en bonne santé !- sont vulnérables face au virus de la grippe. En raison de la réduction naturelle de leurs défenses immunitaires, les seniors deviennent plus sensibles au virus de la grippe, ce qui peut conduire à des hospitalisations, certaines en service de réanimation.
 
Et même si la grippe n’a pas toujours des conséquences aussi lourdes, elle est toujours harassante et peut avoir un retentissement sur la vie au quotidien. Surtout pour les jeunes seniors, qui ont une vie active et apprécient de profiter de leur récente retraite.
 
Pourtant, l’année dernière, le taux de couverture vaccinale contre la grippe n’était que de 51% chez les personnes de 65 ans et plus. Ce taux est en progression mais reste insuffisant !
 
Qui a déjà vécu la grippe sait à quel point ses symptômes peuvent être pénibles : forte fièvre, maux de tête, fatigue intense, courbatures… « Je me sentais mourir, j’étais faible, je grelotais, je ne tenais pas sur mes jambes et le soir je trempais le lit tellement je transpirais ! » indique Mireille*, 71 ans.
 
« Je suis resté couché pendant une dizaine de jours... j’étais vraiment amorphe, je transpirais, j’ai perdu 5/6 Kg : ça fait peur ! On se sent diminué, on ne peut rien faire contre la grippe » remarque quant à lui Pierre*, 69 ans.
 
La campagne de vaccination contre la grippe débute aujourd’hui, le 15 octobre 2019. L’Assurance Maladie prend en charge à 100 % le vaccin pour les personnes à risque de grippe grave. Cette année, le circuit de vaccination est simplifié.
 
Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination peuvent retirer directement leur vaccin en pharmacie sur simple présentation de leur bon de prise en charge et se faire vacciner par le professionnel de santé de leur choix : médecin, sage-femme, infirmier, pharmacien volontaire.
 
Recommandée par le Haut Conseil de Santé publique (HCSP), la vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir la maladie et de protéger les populations les plus fragiles face aux virus de la grippe. Les études disponibles montrent qu’avec la couverture actuelle, 2.000 décès sont évités en moyenne par la vaccination chez les seniors.
 
Oui mais voilà, 3.000 décès supplémentaires pourraient être évités chaque année si la couverture vaccinale atteignait l’objectif de 75% fixé par l’OMS. Dans tous les cas, la vaccination contre la grippe permet d’atténuer ses symptômes et de réduire les risques de complications.
 
Pour être efficace, la vaccination doit être faite avant la période d’épidémie, dès le début de la campagne de vaccination. Il faut en effet compter environ 15 jours entre le moment de la vaccination et le moment où l’on est protégé contre la grippe.
 
Mais, aujourd’hui encore, deux grandes idées représenteraient des freins à la vaccination au sein de la population française : selon 53% des Français, le vaccin antigrippal serait un danger pour la santé ; et 52% pensent que le vaccin peut donner… la grippe.
 
Fabriqué à partir de virus sous une forme inoffensive et visant à stimuler la réponse immunitaire de l’organisme, le vaccin ne peut en aucun cas donner la grippe. Toutes les données disponibles montrent qu’il est bien toléré par l’organisme.
 
Si certaines personnes ont le sentiment d’avoir brièvement les symptômes de la grippe à la suite de la vaccination, ce n’est pas le cas, mais seulement un signe que le vaccin opère son travail de stimulation immunitaire en fabriquant des anticorps contre la grippe.
 
Chez les personnes de 65 ans et plus qui se sont déjà fait vacciner, on constate d’ailleurs qu’elles sont prêtes à recommencer les années suivantes. Une donnée encourageante quand on sait que le geste vaccinal doit être renouvelé tous les ans en raison notamment de la variabilité des virus grippaux en cause d’une année à l’autre.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Novembre 2019 - 01:00 Nash : de l'intérêt des probiotiques