Sommaire
Senior Actu

Article publié le 17/05/2018 à 01:00 | Lu 490 fois

Greffe de cornée : le point avec la clinique Monticelli-Vélodrome de Marseille

Grâce à cette intervention chirurgicale, dans les meilleurs des cas et en absence de pathologies associées (diabète, glaucome, décollement de la rétine) les patients ayant subi une greffe de cornée peuvent espérer récupérer une acuité visuelle normale (10/10ème). Explications.


Les pathologies de la cornée traitées grâce à la greffe se manifestent par un flou visuel au lever qui va s’amplifier dans le temps jusqu’à devenir permanent, ou encore une baisse de l’acuité visuelle. En fonction de la gravité de l’atteinte il peut y avoir des cécités cornéennes.
 
La greffe de cornée est principalement indiquée dans les dystrophies cornéennes endothéliales ou « cornea guttata », représentant environ la moitié des indications réalisées à la Clinique Monticelli-Vélodrome de Marseille.
 
Caractérisées par la « mort » trop précoce des cellules de l’endothélium cornéen, se traduisant chez le patient par un œdème de la cornée et un flou visuel.
 
Les kératocones sont également concernés par cette technique pour 10% des cas. Il s’agit d’une fragilité de la cornée qui se déforme par manque de rigidité. Dans ce cas, d’autres alternatives permettent d’améliorer le quotidien des patients (lentilles de contact, anneaux intracornéens, crosslinking…) ou bloquer l’évolution de la pathologie avant d’arriver au stade de la greffe.
 
Moins de cinq mois après le lancement de son activité au sein de la clinique Monticelli-Vélodrome à Marseille, le Pr Louis Hoffart, chirurgien-ophtalmologue dans cet établissement du groupe Ramsay Générale de Santé, se félicite d’avoir déjà réalisé 70 greffes de cornée, atteignant largement ses objectifs.
 
« Notre objectif sur l’année est d’atteindre 180 à 200 greffes de cornée et d’être ainsi parmi les plus gros centres en termes de prise en charge », explique le Pr Louis Hoffart, ophtalmologue.
 
Pour ce faire, le service dispose d’un matériel médical à la pointe de la technologie, comme le microscope RESCAN, premier microscope intraopératoire avec OCT (tomographie en cohérence optique) intégrée, qui permet de visualiser les couches de la cornée pendant l’intervention, ou encore un microkératome de dernière génération, un outil de dissection qui permet de préparer des greffons de cornée ultrafins.