Sommaire
Senior Actu

Article publié le 11/07/2018 à 01:00 | Lu 862 fois

Equilibre nutritionnel : la margarine partenaire santé de votre été

Alors que la margarine est souvent décriée, Hubert Bocquelet, porte-parole des Industries du Végétal fait le point en trois questions sur ce produit qui peut s’avérer intéressant pour les seniors grâce à ses apports en acides gras et aux stérols végétaux qu’il peut contenir.


La margarine, un partenaire santé ?
Tout à fait ! Par sa composition en huiles végétales, la margarine s’intègre parfaitement dans une alimentation équilibrée et diversifiée. La diversité des huiles végétales utilisées permet de faire varier les teneurs en acides gras (par exemple de colza pour les oméga 3, de tournesol pour les oméga 6, d’olive pour les oméga 9) et d’obtenir une richesse en vitamine E liposoluble, aux propriétés antioxydantes.
 
Les bénéfices nutritionnels des margarines commercialisées en France sont donc variés : apports en oméga3, oméga-6, stérols végétaux reconnus au niveau santé cardiovasculaire pour leurs effets sur le cholestérol et plus récemment en DHA issu d'huile de microalgue qui contribue au fonctionnement normal du cerveau ou de la vision.
 
La consommation de margarine contribue ainsi au rééquilibrage de l’apport journalier entre acides gras saturés/insaturés, souligné par le Programme National Nutrition Santé (PNNS), qui recommande d’augmenter la consommation d’huiles riches en oméga 3 ALA telles que par exemple l’huile de colza contenue dans la majorité des margarines.
 
Par ailleurs, depuis de nombreuses années, les industriels s’engagent à développer des produits en accord avec les attentes des consommateurs, par exemple en ce qui concerne la réduction de la teneur en lipides.
 
Aujourd’hui, la majorité des margarines commercialisées en France sont allégées et contiennent moins de 60% de matières grasses. On trouve même avec moins de 41% de matières grasses. La gamme existante permet ainsi de mieux contrôler les apports en matières grasses sur des tartines et en cuisine.
 
Et les acides gras TRANS dans tout ça ?
La margarine est souvent pointée du doigt dans le débat sur les acides gras trans. A tort ! Les margarines végétales commercialisées en grande surface en France ne contiennent pas d’acides gras trans. Les méthodes de fabrication ont été optimisées pour limiter l’apport de ces acides gras trans qui ont été reconnus pour augmenter le niveau de cholestérol et le risque cardiovasculaire.
 
Depuis de nombreuses années les huiles végétales contenues dans les margarines des marques nationales présentent dans nos rayons ne font plus appel à l’hydrogénation, responsable de la formation des acides gras trans. Pour les quelques produits utilisant l’hydrogénation, l’information reste obligatoire et le consommateur pourra retrouver l’information sur les paquets. Ces engagements pour la qualité nutritionnelle des margarines n’est pas nouveau.
 
Le consommateur, peut-il faire confiance aux allégations santé et nutritionnelles ?
Les allégations santé et nutritionnelles sont nombreuses sur les margarines : « riche en oméga 3 », « le remplacement de matières grasses riches en acides gras saturés par des AGPI réduit le taux de cholestérol sanguin », « contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif », etc.
 
En France, 83% des margarines ont une allégation nutritionnelle et 35% une allégation santé. Ce sont des allégations officielles dont l’usage est encadré par les pouvoirs publics. Elles sont règlementées par le règlement européen numéro 1924/2006 et contrôlées par un organisme indépendant, l’EFSA.
 
Ce dernier est chargé de vérifier le bien-fondé scientifique des demandes d’allégations. Ces analyses servent ensuite comme fondement scientifique à la Commission européenne et aux États membres pour décider s’ils autorisent ou non l’utilisation de ces allégations.
 
Pendant son contrôle l’EFSA prend en compte trois critères : une définition précise du produit et non d’une catégorie générale, une définition précise de l’allégation et l’existence de données scientifiques suffisantes pour prouver l’allégation.
 
Ces contrôles ont permis de reconnaitre différents bienfaits nutritionnels et santé des margarines. Par exemple, l’effet des omégas 3 et 6 sur le cholestérol sanguin a été reconnu par l’EFSA en 2009 et l’autorisation d’alléguer a été délivrée par la Commission Européenne au travers du règlement n°432/2012. Les bénéfices nutritionnels et santé sont nombreux et varient en fonction de la composition des margarines.