Sommaire
Article publié le 04/06/2021 à 01:00 | Lu 951 fois

Enchères du Coeur des femmes : pour sauver le coeur des femmes les plus précaires




Agir pour le Cœur des Femmes (ASDF) vous invite à participer à ses Enchères du Cœur, le 17 juin prochain chez Tajan à Paris. Pour l’occasion, les fonds récoltés grâce à cette action solidaire contribueront à financer la première tournée régionale du Bus du Cœur destinée à prendre soin de la santé cardio-vasculaire des femmes en situation de précarité.


DR
On s’en souvient, dès son lancement en 2020, le Fonds de dotation Agir pour le Cœur des Femmes alertait déjà sur la santé cardio-vasculaire des femmes en situation de précarité. Depuis plus d’un an de Covid, les cardiologues font face à une hausse inquiétante des maladies cardiovasculaires, notamment chez les femmes.
 
A ce titre, la crise aurait fait chuter les consultations de près de 70% chez les spécialistes (pas que chez les cardiologues d’ailleurs). Conséquence : nombreux sont ceux qui ont été victimes d’une dégradation de leur état de santé faute de soins reçus en temps et en heure !
 
On le sait, l’attente provoque un sur-risque, particulièrement marqué chez les femmes qui sous-estiment leurs symptômes. Ainsi, une majorité (86%) des femmes précaires rencontrées par l’ADSF présentent des besoins pour leur santé, et nécessitent l’organisation d’un accès à des soins et d’un parcours coordonné pour l’amélioration de leur santé.
 
L’isolement brutal en période de confinement, parfois accentué par des ruptures familiales et affectives, a pesé lourd sur leur santé, mentale et physique.
 
Épuisées, surmenées, avec une anxiété exacerbée, ces femmes sont particulièrement vulnérables aux principaux facteurs de risque environnementaux qui offrent un terrain propice au développement des maladies cardio-vasculaires : stress, tabac, alcool, sédentarité, alimentation déséquilibrée, surpoids, obésité…
 
« Les femmes, particulièrement celles en situation de précarité, ne s’écoutent pas, se déprécient, se négligent, manquent d’informations, n’ont pas accès à la médecine spécialisée… Sous dépistées, sous traitées, insuffisamment suivies voire pas du tout, elles sont à haut risque cardio-vasculaire. Elles ont aussi un sur risque de récidive et de mortalité après un premier accident cardio-vasculaire » précise le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue et médecin vasculaire au CHU de Lille, cofondatrice d’Agir pour le Cœur des Femmes.
 
Dans ce contexte, Thierry Drilhon, cofondateur d’Agir pour le Cœur des Femmes annonce la première tournée des Bus du Cœur. « Cette campagne démarrera dès le 29 septembre 2021 et se positionnera dans les quartiers défavorisés de 5 villes de France pour aller à la rencontre des femmes en situation de précarité sanitaire et sociale ».
 
Et de poursuivre : « des bus équipés permettront aux professionnels de santé de dépister les maladies cardio-gynécologiques ; de donner des conseils de prévention, de gestion du stress, d’alimentation, de sommeil, d’activité physique et aussi de remettre ces femmes dans un suivi coordonné, en partenariat avec les acteurs locaux ».
 
« Il est urgent de remettre ces femmes en situation de précarité dans un parcours de soins », ajoute Claire Mounier-Véhier. Car comme le martèle Thierry Drilhon, « dans 8 cas sur 10, l’accident cardio-vasculaire est évitable ! »
 
Sensible au projet des Enchères du Cœur, la maison Tajan a tenu à s’engager aux côtés d’ASDF, en faveur de l’accessibilité de la santé et des soins aux femmes les plus précaires. Le catalogue sera disponible début juin sur Tajan online www.tajan.com. Plus de 130 personnalités se sont engagées à donner un peu d’elles-mêmes pour ces enchères.
 
Les actions prioritaires pour sauver la vie de 10 000 femmes à 5 ans :
- l’expérimentation d’une consultation de dépistage des facteurs de risque cardio-vasculaire de la femme à 50 ans auprès de 1 000 femmes pendant 3 ans et en évaluer l’impact ;
- le développement de parcours de soins pour une prise en charge des femmes associant cardiologues, gynécologues, obstétriciens, médecins généralistes, pharmaciens et professionnels paramédicaux ;
- l’intégration de modules spécifiques aux maladies cardio-vasculaires des femmes dans les programmes de formation des professionnels de santé ;
- des campagnes de communication pour aider les femmes à acquérir des réflexes de prévention et à reconnaître les symptômes des maladies cardio-vasculaires ;
- des conférences d’information et de prévention destinées tant au grand public qu’aux professionnels de santé mais aussi aux dirigeants d’entreprises et décideurs publics ;
- des projets de recherche dédiés à la santé cardio-vasculaire des femmes.