Sommaire
Article publié le 16/05/2018 à 06:27 | Lu 4026 fois

Encefal : jouer c'est bon pour la santé du cerveau

... et c’est scientifiquement prouvé. Psycholinguiste et Docteur en psychologie cognitive, Elisabeth Grimaud a soutenu une thèse intitulée « Effets de programmes de stimulation cognitive par les activités de loisir sur les fonctions cognitives et la santé psychologique chez l’adulte âgé ».


Encefal : jouer c'est bon pour la santé du cerveau
Enfant, Elisabeth Grimaud accompagnait fréquemment sa mère aide-soignante en maison de retraite à l’entrée et à la sortie de son travail. Quelques années plus tard, après avoir été éducatrice sportive et diététicienne, Elisabeth entreprend des études en psychologie et en sciences du langage.
 
Alors qu’elle étudie les fonctions du cerveau qui déclinent avec l’âge, elle fait le lien avec ses connaissances d’éducateur sportif : la mémoire peut s’entraîner, les recherches le prouvent... Mais aussi avec ses souvenirs d’enfant.
 
Elle confie, « j’avais le souvenir de personnes âgées un peu tristes en maison de retraite, j’ai donc souhaité apporter à l’entraînement de la mémoire une dimension ludique et plaisir. Mon raisonnement a été d’utiliser le langage, qui est une fonction cérébrale plutôt préservée lors du vieillissement, pour entraîner les autres, plus fragiles. C’est ainsi que m’est venue l’idée d’entraîner le cerveau avec de la poésie, des jeux de mots. Puis, j’ai étendu le champ des activités de loisirs à l’art plastique, la musique et le chant ».
 
Lors de son Master recherche en cognition, puis de son Doctorat en psychologie cognitive, Elisabeth Grimaud décide de tester cette approche qu’elle formalise et nomme ENCEFAL (ENtraînement CErébral Fonctionnel par les Activités de Loisirs).
 
Durant plusieurs années, Elisabeth Grimaud étudie et évalue les effets de la pratique des activités de loisirs sur l’amélioration du fonctionnement cognitif (mémoire de travail, mémoire épisodique, vitesse de traitement, fonctions exécutives) et sur la santé psychologique (estime de soi, plainte mnésique, satisfaction de vie) lors du vieillissement.
 
Et la spécialiste de préciser : « nos études scientifiques ont démontré que chaque fois que les activités ludiques étaient utilisées, il y avait une amélioration significative de l’estime de soi, et qu’en faisant appel à d’autres approches sensorielles, on augmentait les résultats sur le plan cognitif. Les résultats obtenus ont par ailleurs mis en évidence que la pratique des activités de loisir durant toute la vie était associée à une meilleure santé psychologique, favorisait le bien-être subjectif et une meilleure qualité de l’adaptation au vieillissement ».
 
A tout âge de la vie, les activités de loisirs constituent donc de formidables outils de prévention santé. Pour les seniors, la pratique ludique permet de lutter contre le déclin des fonctions cognitives et d’améliorer l’estime de soi, même lorsqu’ils ont peu pratiqué durant leur vie. Elle intervient également sur différents facteurs de prévention reconnus, comme « le maintien des relations sociales » ou encore « la stimulation des fonctions cognitives ».
 
Elisabeth Grimaud présentera ses recherches au Congrès européen de psychologie positive à Budapest du 27 au 30 juin 2018 lors d'un symposium sur les ressources personnelles.





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Septembre 2018 - 01:00 Le golf : un sport bon pour les seniors