Sommaire
Article publié le 29/08/2019 à 01:00 | Lu 848 fois

Drôme et Ardèche : partager son domicile, une autre idée de la solidarité

L’association Solidarité Habitats qui œuvre dans la Drôme et l’Ardèche recueille des hébergeurs volontaires et recherche des profils correspondants entre hébergeurs et hébergé tout en s’appuyant sur les besoins, les envies et les caractères de chacun. Des rencontres sont organisées entre les deux, au préalable et tout au long de la cohabitation. Pour formaliser cette expérience une convention est établie, une médiation est assurée si nécessaire.


Le principe est simple : d’un côté, une personne –souvent âgée- met une chambre au minimum à disposition et de l’autre côté une personne –souvent plus jeune- propose en échange une présence rassurante, le partage de repas, et des aides occasionnelles.  C’est surtout l’occasion de partager des temps de vie communs.
 
Développé depuis 2003 dans les grandes villes universitaires, l’association a adapté le concept du logement intergénérationnel aux territoires ruraux et périurbains (notamment dans la Drôme et l’Ardèche).
 
Qui sont les hébergeurs ? Des habitants qui ont envie d’accueillir -dans un esprit de solidarité et d’échange-, qui souhaitent vivre le plus longtemps possible à domicile (attention, cela ne convient pas forcément à tout le monde). Qui sont les hébergés ?  Des personnes qui ont un projet professionnel (études, apprentissage, formation, stage, CDD, période d’essai …) et qui s’engagent dans une solidarité réciproque
 
Ces cohabitations intergénérationnelles sont temporaires : d’une semaine à un an (renouvelable), selon les projets de chacun. Elles peuvent aussi être en alternance : par exemple, 3 jours/semaine, 1 semaine/mois, …
 
Les cohabitations sont aussi solidaires (et c’est l’un des points les plus importants) : il n’y a pas de loyer, mais parfois une participation aux charges peut être demandée. L’hébergé participe à la vie quotidienne, sans se substituer aux services à domicile. Les deux parties sont gagnantes (on dit win-win de nos jours) dans cet échange.
 
C’est une expérience originale –née à l’origine à Barcelone il y a pratiquement vingt ans maintenant- qui se développe de plus en plus. « L‘accompagnement des cohabitations garantit un cadre qui instaure une relation de confiance, et de fait, favorise une bonne ambiance, et une qualité d’échange.  Souvent, les liens créés entre les personnes se poursuivent après la fin des cohabitations » assure Solidarité Habitats.
 
La demande sur ce territoire est en constante augmentation, de ce fait l’association recherche de nouveaux hébergeurs solidaires. En effet, d’une manière générale, si les jeunes hébergés sont convaincus par le principe, il n’en va pas forcément de même avec les hébergeurs plus âgés, plus difficiles à convaincre.
 
Solidarité Habitats
06 31 74 48 88
04 75 55 34 42
contact@solhab.eu