Dormir mieux favoriserait le bien-vieillir

​Entre guerre en Ukraine, Covid-19, baisse du pouvoir d’achat, passage à l’heure d’été, etc. Les Français dorment mal. Très mal même. Ainsi, selon des données récentes, plus des deux-tiers de nos compatriotes (70%) indiquent avoir connu des problèmes de sommeil au cours des huit derniers jours. Pourtant, on le sait, bien dormir favorise également le bien vieillir…





De nombreux Français, notamment seniors, sont bien conscients que le sommeil, au même titre que l’alimentation et le style de vie d’ailleurs, peuvent favoriser le bien vieillir. Ou pas.
 
A ce titre, rappelons que contrairement à ce que l’on peut croire, il n’est pas normal de peu dormir après 60 ans. Les seniors et les personnes âgées ont eux-aussi, besoin d’une bonne nuit de sommeil pour repartir du bon pied !
 
A ce titre, de nombreuses études scientifiques récentes se sont intéressées au sommeil des seniors et des personnes âgées. Citons par exemple une enquête de l’Inserm en collaboration avec l’University College London (UCL) qui indique qu’un sommeil de six heures ou moins par nuit entre l’âge de 50 à 70 ans serait associé à un risque accru de démence ! 
 
Pour rappel, un être humain (quel que soit son âge) devrait dormir en moyenne 6h48. Pour autant, les spécialistes recommandent entre 7h30 et 9h de sommeil pour une nuit véritablement réparatrice (source Institut national du sommeil et de la vigilance).
 
Inutile de dire que « dormir » est un besoin vital ; de fait, le sommeil est indispensable pour récupérer sur le plan physique bien sûr, mais aussi psychologique et psychique ! A ce titre, les phases de sommeil lent profond permettent au corps de récupérer ; quant à la phase de sommeil paradoxal, elle joue sur le plan psychique. L’organisme profite également de ces moments de repos pour réguler ses hormones.
 
On considère qu’il existe deux grandes pathologies du sommeil : tout d’abord, la plus connue : l’insomnie, très courante chez les « overthinkers », ceux qui « pensent trop ». Et ensuite, la fameuse apnée du sommeil (qui se traduit notamment par les ronflements). Mais il faut savoir que le mal de dos -qui touche 15% des Français de manière permanente- peut également écourter vos nuits !
 
Dans ce contexte, on comprend l’importance de bien choisir sa literie. D'ailleurs, pratiquement les deux-tiers (64%) de nos compatriotes estiment que le choix du lit et du matelas sont des critères fondamentaux pour favoriser le bien dormir. Les quinquas et plus apprécient aussi les matelas qui permettent de ne pas sentir son voisin bouger (50%) ; qui ne retiennent pas la chaleur (41%) et fermes pour plus du tiers (34%).
 
Taille, épaisseur, dureté, souplesse, matériaux, etc. Il existe bien évidemment de nombreux critères pour choisir votre matelas. Des marques de matelas comme Emma offrent différents choix, qu’il s’agisse des versions « original » ou « hybride ». Les modèles hybrides, moins connus, associant de la mousse Airgocell® à une technologie de ressorts ensachés assurent un bon sommeil et une bonne indépendance de couchage par exemple.
 
 Au-delà de la literie, rappelons que pour bien dormir, pour favoriser un sommeil de qualité il convient de se réveiller à heure fixe, de se coucher quand on se sent somnolent (il ne faut pas louper le « train du sommeil »), d’éviter les écrans avant de dormir (on laisse téléphone et tablette au salon), d’éviter le café, de dormir dans une chambre avec une température aux alentours de 18°C et de dormir dans le noir !

Article publié le 13/04/2022 à 03:49 | Lu 2616 fois