Sommaire
Article publié le 19/07/2017 à 07:28 | Lu 1773 fois

Délisucré : pour du sucre... moins sucré

D’une manière générale, nous mangeons trop de sucre… Oui mais pas toujours facile de s’en passer voire même de l’éviter. Le sucre est partout ! Blanc ou brun, mais aussi caché dans nos aliments… Dans ce contexte, ce nouveau produit baptisé Délisucré, se propose de « sucrer moins sucrer ».


Délisucré
Avant d’entrer plus dans le détail, rappelons que la consommation de sucres a augmenté de plus de 50% au cours des cinquante dernières années... Il convient donc d’apporter une réponse nationale et internationale forte pour endiguer les épidémies d’obésité et de diabète qui se profilent à l’horizon.
 
Voici peut-être un excellent moyen de réduire notre consommation de sucre. Ce sucre est né en France, de la rencontre entre un territoire, le Gard, et une problématique, le diabète. Samuel Marc, le Président de La Compagnie du Sucre qui produit le Délisucré, explique : « J’ai des personnes diabétiques dans mon entourage proche et je mesure au quotidien la difficulté qu’engendre cette maladie ».
 
Samuel Marc vit dans le département du Gard où la culture de la vigne est importante. Un jour, il s’est demandé ce qu’il advenait des raisins non utilisés… C’est alors que lui est venu une idée : extraire le sucre du raisin (et ensuite de la pomme) pour proposer un produit sans traitement chimique et donc meilleur pour la santé...
 
De recherches en développements et plusieurs essais ont permis de créer un procédé d’extraction « innovant et unique au monde » assure le fabricant, « qui permet d’obtenir un sucre à base de fruit avec l’indice glycémique parmi le plus bas du monde ».
 
Rappelons que l’indice glycémique est un critère de classement des aliments (contenant des glucides) mesurant leur impact sur la glycémie (le taux de sucre dans le sang). C’est-à-dire que l’IG indique le potentiel glycémiant d’un glucide et donc sa capacité à induire une sécrétion d’insuline en rapport.
 
Ce sucre s’annonce comme « le sucre le moins nocif actuellement ». Il se veut « le seul sucre liquide à être produit en France ». Il résiste à la cuisson et sa distribution vient de commencer principalement dans le sud-est dans des commerces de proximité, des magasins bio et dans certaines enseignes Carrefour.

L’OMS recommande de réduire à moins de 10% de l'apport énergétique quotidien la consommation de sucres libres. Rappelons que l’on entend par « sucres libres » les sucres ajoutés aux aliments et aux boissons, ainsi que les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les concentrés de jus de fruits. Bref, ceux que l’on ingère « indirectement ».
 
Plus concrètement, les chercheurs ont noté que la consommation de sucres libres contribuait en moyenne à 9,5% de l'apport énergétique des adultes, ce qui s’avère parfaitement en phase avec les recommandations de l’OMS qui sont de 10%. Pour autant, la consommation de ces sucres libres reste très variable à l’échelle individuelle ; on remarque ainsi que 41% des personnes consommeraient trop de sucres libres au regard de ces recommandations.