Sommaire
Article publié le 15/06/2020 à 01:00 | Lu 3038 fois

De l'importance de la nutrition des ainés après le confinement par Paul Tronchon




Alors que les personnes âgées peuvent enfin respirer et profiter du déconfinement, Paul Tronchon, fondateur de la société Saveurs et Vie, qui œuvre à la nutrition des ainés depuis une vingtaine d’années, revient en détail sur l’importance de la nutrition chez les personnes âgées isolées et/ou fragilisées.


Au lendemain de cette crise sanitaire, quel rôle peut jouer la nutrition pour la santé des personnes âgées ?
Au lendemain de cette crise sanitaire, la population en générale souhaite revenir rapidement à une vie « normale ». Les personnes âgées qui ont particulièrement été touchées collectivement par la crise ont surtout besoin d’être rassurer.
 
La nourriture est un refuge important, nourrir son corps est une fonction essentielle de la vie très rassurante. Le premier rôle est finalement du ressort psychologique.
 
Le deuxième est du domaine de la prévention nutritionnelle qui sera très personnalisée en fonction de chaque situation. Pour la plupart des personnes âgées le plus grand risque est le phénomène de glissement vers une moindre consommation de nutriment, ce que l’on appelle la « spirale de la dénutrition ».
 
Il a été particulièrement fort pour les personnes atteintes de la COVID-19 et notamment pour les personnes hospitalisées qui n’ont pas pu avoir les apports nutritionnels suffisants et qui sont revenues à domicile dans des situations de dénutrition très importante.
 
Ces défauts d’apports entrainent la fonte musculaire, une diminution des fonctions immunitaires, une diminution de la qualité de vie, une aggravation du niveau de dépendance et même chez les personnes en surpoids ou obèses.
 
Il est important de rééquilibrer son alimentation en insistant sur la variété et recommencer doucement une activité physique à la mesure de sa situation.
 
Enfin, le rôle social de la nutrition me paraît essentiel. Le besoin d’échange est majeur, l’isolement a marqué la génération des ainés pendant la crise et l’alimentation est au centre de la vie sociale, c’est un moment d’échange, sur le choix des repas, la qualité, le cérémonial de la table, la douceur du dessert et les commentaires partagés sur le « plaisir » que procure une bonne alimentation.
 
Pour toutes ces raisons l’alimentation/nutrition a une fonction majeure en sortie de crise.
 
Quelles sont les erreurs à ne pas commettre en matière de nutrition seniors ?
La première est de considérer que les seniors ont des besoins nutritionnels moindre par rapport aux adultes plus jeunes.
 
C’est une idée reçue qu’il faut combattre vigoureusement et qui est très ancrée dans notre société.
Ensuite il faut être attentif aux signes de lassitude devant la préparation du repas, la monotonie des situations et les contraintes physiques qui réduisent drastiquement la variété des repas.
 
Les carences en certains nutriments en sont une conséquence fréquente notamment pour les protéines essentielles au maintien de la masse musculaire et le calcium pour la lutte contre l’ostéoporose.
 
Quelles solutions ?
Le rôle des aidants familiaux et professionnels est particulièrement important en sortie de crise. Il faut être attentif aux signes d’alerte et proposer des solutions d’accès à une alimentation variée qui va procurer du « plaisir » et convaincre de son utilité pour la personne âgée qui a souvent la volonté de se « débrouiller » et de ne pas « déranger » son entourage.
 
Les situations complexes sont à prendre en charge très vite. Sur ce, bon appétit et prenez soin de vous et de vos ainés !