Comment financer son séjour en maison de retraite ?

Entrer en maison de retraite est une décision qui implique souvent un changement important dans la vie des personnes âgées et de leurs proches. Outre les aspects pratiques et affectifs, il faut également prendre en compte le coût de l'hébergement, qui peut représenter une charge financière importante.



Heureusement, il existe des aides financières pour les personnes âgées en maison de retraite, qui permettent de réduire le reste à charge et de faciliter l'accès à un établissement adapté à leurs besoins.

Quelles sont ces aides ? Comment les obtenir ? Quels sont les critères pour choisir une maison de retraite adaptée à son budget ? Quels sont les avantages fiscaux liés au séjour en Ehpad ? Voici quelques éléments de réponse pour vous aider à financer votre séjour en maison de retraite.

Quelles sont les aides pour réduire le coût de l'hébergement en Ehpad ?

Le coût de l'hébergement en Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) se compose de trois éléments : le tarif hébergement, qui couvre les frais liés au logement, à la restauration et aux animations ; le tarif dépendance, qui couvre les frais liés à la prise en charge de la perte d'autonomie ; et le tarif soins, qui couvre les frais liés aux soins médicaux et paramédicaux.
 
Le tarif hébergement est à la charge du résident ou de sa famille, tandis que le tarif soins est pris en charge par l'Assurance maladie. Le tarif dépendance peut être partiellement ou totalement pris en charge par l'APA (allocation personnalisée d'autonomie).
 
Pour réduire le coût de l'hébergement en Ehpad, il existe des aides financières qui peuvent être sollicitées auprès des différents organismes : le conseil départemental, la caisse de retraite, la mutuelle, la mairie ou le centre communal d'action sociale (CCAS).
 
Ces aides peuvent prendre différentes formes : des allocations, des subventions, des réductions ou des exonérations.

Parmi les principales aides financières pour les personnes âgées en maison de retraite, on peut citer : 
 
  • L'aide sociale à l'hébergement (ASH), qui est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées dont les ressources sont insuffisantes pour payer le tarif hébergement. L'ASH est accordée sous conditions de ressources et après étude du dossier. L'ASH est récupérable sur la succession du bénéficiaire, dans la limite du montant des biens transmis.
  • L'aide au logement (APL), qui est une aide versée par la Caisse d'allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) aux personnes âgées qui louent ou sous-louent une chambre en Ehpad. L'APL est accordée sous conditions de ressources et selon le montant du loyer. L'APL est cumulable avec l'APA et l'ASH.
  • Le fonds national d'aide au logement (FNAL), qui est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées qui ne peuvent pas bénéficier de l'APL ou de l'ALF. Le FNAL est accordé sous conditions de ressources et selon le montant du loyer. Le FNAL est cumulable avec l'APA et l'ASH.
  • La subvention d'aide à l'hébergement temporaire (SAHT), qui est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées qui sont accueillies temporairement en Ehpad, pour une durée maximale de trois mois. La SAHT est accordée sous conditions de ressources et selon le montant du tarif hébergement. La SAHT est cumulable avec l'APA et l'ASH.
  • L'aide au maintien à domicile (AMD), qui est une aide versée par la caisse de retraite aux personnes âgées qui sont hébergées en Ehpad mais qui souhaitent retourner à leur domicile. L'AMD est accordée sous conditions de ressources et selon le montant des frais liés au retour à domicile. L'AMD est cumulable avec l'APA et l'ASH.

Quels sont les critères pour choisir une maison de retraite adaptée à son budget ?

Le choix d'une maison de retraite adaptée à son budget dépend de plusieurs critères, tels que la localisation, le type d'établissement, le niveau de confort, les services proposés et le tarif pratiqué.

Il est important de comparer les différentes offres et de visiter les établissements avant de prendre sa décision.

Voici quelques conseils pour choisir une maison de retraite adaptée à son budget : 
 
  • Privilégier la proximité géographique, qui permet de réduire les frais de transport et de favoriser les visites des proches. Il faut savoir que le coût de l'hébergement en Ehpad varie selon les régions, les départements et les communes. En général, les tarifs sont plus élevés dans les grandes villes et les zones touristiques que dans les zones rurales ou périurbaines.
 
  • Choisir le type d'établissement qui correspond à ses besoins et à ses attentes. Il existe différents types d'établissements pour les personnes âgées, qui offrent des prestations et des niveaux de prise en charge différents. On peut distinguer les Ehpad, qui accueillent les personnes âgées dépendantes et qui proposent des soins médicaux et paramédicaux ; les résidences services, qui accueillent les personnes âgées autonomes ou semi-autonomes et qui proposent des services hôteliers et des animations. Ou encore, les résidences autonomie, qui accueillent les personnes âgées autonomes et qui proposent des logements individuels ou collectifs avec des espaces communs ; et les résidences seniors, qui accueillent les personnes âgées autonomes ou semi-autonomes et qui proposent des logements individuels ou collectifs avec des services à la carte. Le choix du type d'établissement dépend du niveau de dépendance, du mode de vie et du budget de la personne âgée.
 
  • Comparer le niveau de confort et les services proposés par les établissements. Le niveau de confort et les services proposés par les établissements influencent le coût de l'hébergement. Il faut donc comparer les prestations offertes par les différents établissements, telles que la superficie et l'équipement des chambres, la qualité et la variété des repas, la présence d'un jardin ou d'une terrasse, la possibilité d'apporter ses meubles ou ses animaux domestiques, la fréquence et le contenu des animations, la disponibilité et la qualification du personnel, etc. Il faut également vérifier si ces prestations sont incluses dans le tarif hébergement ou si elles font l'objet d'un supplément.
  • Comparer le tarif pratiqué par les établissements. Le tarif pratiqué par les établissements dépend du type d'établissement, du niveau de confort, des services proposés, mais aussi du statut juridique de l'établissement. On peut distinguer les établissements publics, qui sont gérés par une collectivité territoriale ou un établissement public ; les établissements privés à but non lucratif, qui sont gérés par une association ou une fondation ; et les établissements privés à but lucratif, qui sont gérés par une société commerciale. En général, les établissements publics sont moins chers que les établissements privés à but non lucratif, qui sont eux-mêmes moins chers que les établissements privés à but lucratif. Il faut donc comparer le tarif pratiqué par les différents types d'établissements, en tenant compte du rapport qualité prix.

Quelles sont les aides pour faire face à la perte d'autonomie en Ehpad ?

La perte d'autonomie est un phénomène qui touche de nombreuses personnes âgées en maison de retraite. Elle se traduit par une diminution des capacités physiques, mentales ou sociales, qui rend difficile la réalisation des actes de la vie quotidienne.
 
Pour faire face à la perte d'autonomie, il existe des aides financières qui permettent de financer une partie du tarif dépendance en Ehpad.
 
Le tarif dépendance correspond aux frais liés à l'accompagnement et à l'aide personnalisée dont bénéficie le résident en fonction de son degré de dépendance.

Le degré de dépendance est évalué selon la grille AGGIR (autonomie gérontologie groupes iso-ressources), qui classe les personnes âgées en six groupes, allant du GIR 1 (très dépendant) au GIR 6 (autonome). Parmi les principales aides financières pour faire face à la perte d'autonomie en Ehpad, on peut citer :
 
  • L'allocation personnalisée d'autonomie (APA), qui est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées dépendantes, classées en GIR 1 à 4. L'APA permet de financer une partie du tarif dépendance en Ehpad, selon le montant fixé par le conseil départemental. L'APA est accordée sous conditions de ressources et après évaluation des besoins du résident par une équipe médico-sociale.
  • Le forfait autonomie, qui est une aide versée par l'Assurance maladie aux Ehpad qui mettent en place des actions de prévention et d'accompagnement de la perte d'autonomie des résidents, classés en GIR 5 ou 6. Le forfait autonomie permet de financer des activités adaptées aux besoins des résidents, comme la stimulation cognitive, la gymnastique douce, l'art-thérapie, etc. Le forfait autonomie est versé directement à l'Ehpad, qui doit respecter un cahier des charges et rendre compte de l'utilisation des fonds.
  • L'aide personnalisée au transport (APT), qui est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées dépendantes, classées en GIR 1 à 4, qui doivent se rendre régulièrement à des consultations médicales ou paramédicales hors de l'Ehpad.
 

L'APT permet de financer une partie des frais de transport, selon le mode de transport choisi (taxi, ambulance, véhicule personnel, etc.). L'APT est accordée sous conditions de ressources et sur présentation d'un justificatif médical.

Qui peut bénéficier de l'APA et comment la demander ?

L'APA est une aide financière destinée aux personnes âgées dépendantes, qui ont besoin d'une aide pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne (se lever, se laver, s'habiller, se nourrir, etc.) ou pour assurer leur sécurité. Pour bénéficier de l'APA, il faut remplir les conditions suivantes :
 
  • Avoir au moins 60 ans ;
  • Résider en France de façon stable et régulière ;
  • Être classé en GIR 1 à 4 selon la grille AGGIR ;
  • Avoir des ressources inférieures à un plafond fixé par le conseil départemental.
 
Pour demander l'APA, il faut remplir un dossier comprenant :
 
  • Un formulaire de demande d'APA ;
  • Une copie d'une pièce d'identité ;
  • Une copie d'un justificatif de domicile ;
  • Une copie du dernier avis d'imposition ou de non-imposition ;
  • Une copie du contrat de séjour ou du règlement intérieur de l'Ehpad ;
  • Une attestation sur l'honneur indiquant si le demandeur perçoit ou non d'autres aides financières.
 

Le dossier doit être envoyé au conseil départemental du lieu de résidence du demandeur. Le conseil départemental dispose d'un délai de deux mois pour instruire le dossier et notifier sa décision.

Si la demande est acceptée, le versement de l'APA commence à partir du premier jour du mois suivant la date du dépôt du dossier.

Comment est calculé le montant de l'APA en maison de retraite ?

Le montant de l'APA en maison de retraite dépend du niveau de dépendance du résident, du tarif dépendance pratiqué par l'Ehpad et des ressources du résident.

Le montant de l'APA est calculé selon la formule suivante : APA = tarif dépendance - participation du résident
 

Le tarif dépendance est le montant fixé par le conseil départemental pour chaque groupe de dépendance (GIR 1 à 4). Il varie selon les départements et les établissements. Il est généralement compris entre 5 et 25 euros par jour.
 
La participation du résident est la somme que le résident doit payer pour sa prise en charge. Elle dépend de ses ressources et d'un taux de participation fixé par le conseil départemental. Le taux de participation varie selon les départements et les groupes de dépendance. Il est généralement compris entre 0 et 90%.
 
Le montant de l'APA ne peut pas être inférieur à un minimum fixé par le conseil départemental, ni supérieur au tarif dépendance. Le montant de l'APA est révisable en cas de changement de situation du résident (niveau de dépendance, ressources, tarif dépendance).

Quelles sont les démarches pour obtenir l'APA ?

Pour obtenir l'APA, il faut suivre les étapes suivantes :
 
  • Remplir et envoyer le dossier de demande d'APA au conseil départemental ;
  • Recevoir la visite d'une équipe médico-sociale, qui évalue le niveau de dépendance du résident selon la grille AGGIR et établit un plan d'aide personnalisé ;
  • Recevoir la notification de décision du conseil départemental, qui indique le montant de l'APA accordé, le montant de la participation du résident, la date de début et de fin du versement, les modalités de révision et les voies de recours ;
  • Percevoir l'APA chaque mois, directement sur son compte bancaire ou sur celui de l'Ehpad.

Quelles sont les autres aides financières pour les personnes âgées en maison de retraite ?

En plus de l'APA, il existe d'autres aides financières pour les personnes âgées en maison de retraite, qui peuvent être sollicitées auprès des différents organismes : la caisse de retraite, la mutuelle, la mairie ou le centre communal d'action sociale (CCAS), etc.
 
Ces aides peuvent prendre différentes formes : des allocations, des subventions, des réductions ou des exonérations.

Parmi les autres aides financières pour les personnes âgées en maison de retraite, on peut citer : 
 
  • L'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), qui est une aide versée par la caisse de retraite aux personnes âgées invalides qui ont une faible pension de retraite. L'ASI permet de compléter les ressources du bénéficiaire jusqu'à un montant minimum garanti. L'ASI est accordée sous conditions de ressources et d'invalidité. L'ASI est récupérable sur la succession du bénéficiaire, dans la limite du montant des biens transmis.
  • L'allocation veuvage (AV), qui est une aide versée par la caisse de retraite aux personnes âgées veuves qui n'ont pas encore atteint l'âge légal de la retraite. L'AV permet d'assurer un revenu minimal au conjoint survivant. L'AV est accordée sous conditions de ressources et de durée du mariage. L'AV est versée pendant deux ans maximum.
  • La pension alimentaire versée par les enfants ou les petits-enfants aux parents ou grands-parents hébergés en Ehpad. Il s'agit d'une obligation légale qui découle du principe de solidarité familiale. La pension alimentaire est fixée par un juge aux affaires familiales, qui tient compte des besoins du parent ou grand-parent hébergé en Ehpad et des ressources des enfants ou petits-enfants tenus à l'obligation alimentaire. La pension alimentaire est déductible des impôts pour celui qui la verse.
  • La réduction ou l'exonération des taxes locales (taxe foncière) pour les personnes âgées hébergées en Ehpad. Il s'agit d'un avantage fiscal qui permet de diminuer ou de supprimer le montant des impôts locaux à payer par les personnes âgées hébergées en Ehpad. La réduction ou l'exonération des taxes locales est accordée sous conditions de ressources et de situation familiale. Il faut en faire la demande auprès du centre des finances publiques.

Quels sont les avantages fiscaux liés au séjour en Ehpad ?

Le séjour en Ehpad peut également ouvrir droit à des avantages fiscaux, qui permettent de réduire le montant de l'impôt sur le revenu à payer par les personnes âgées hébergées en Ehpad ou par leurs proches.
 
Parmi les avantages fiscaux liés au séjour en Ehpad, on peut citer :
 
  • La déduction des frais d'hébergement et de dépendance pour les personnes âgées hébergées en Ehpad. Il s'agit d'un avantage fiscal qui permet de déduire de ses revenus imposables le montant des frais d'hébergement et de dépendance payés par la personne âgée hébergée en Ehpad, dans la limite d'un plafond fixé par la loi. La déduction des frais d'hébergement et de dépendance est possible si la personne âgée hébergée en Ehpad est imposable ou si elle est rattachée au foyer fiscal d'un proche.
  • La réduction d'impôt pour les personnes qui versent une pension alimentaire à un parent ou grand-parent hébergé en Ehpad. Il s'agit d'un avantage fiscal qui permet de bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 25% du montant de la pension alimentaire versée, dans la limite d'un plafond fixé par la loi. La réduction d'impôt pour les personnes qui versent une pension alimentaire est possible si le parent ou grand-parent hébergé en Ehpad est imposable ou s'il est rattaché au foyer fiscal du donateur.
  • Le crédit d'impôt pour les personnes qui emploient un salarié à domicile pour aider un proche hébergé en Ehpad. Il s'agit d'un avantage fiscal qui permet de bénéficier d'un crédit d'impôt égal à 50% du montant des dépenses engagées pour l'emploi d'un salarié à domicile, dans la limite d'un plafond fixé par la loi. Le crédit d'impôt pour les personnes qui emploient un salarié à domicile est possible si le proche hébergé en Ehpad est classé en GIR 1 ou 2 et s'il bénéficie de l'APA.

Comment arriver à toucher les aides pour les seniors en Ehpad ?

Pour solliciter les aides pour les seniors en Ehpad, il faut suivre quelques conseils, qui permettent de faciliter les démarches et d'optimiser les chances d'obtenir les aides :
 
  • Se renseigner sur les différentes aides existantes, leurs conditions d'attribution, leurs modalités de versement et leurs cumuls possibles. Il existe de nombreuses sources d'information, comme les sites internet des organismes concernés, les guides pratiques, les associations spécialisées, etc.
  • Constituer un dossier complet et à jour, avec tous les documents nécessaires pour justifier sa situation personnelle, familiale, financière et médicale. Il faut également conserver une copie de tous les documents envoyés et demander un accusé de réception.
  • Respecter les délais et les procédures, en envoyant son dossier dans les temps et aux bons interlocuteurs. Il faut également suivre l'avancement de son dossier et relancer si besoin les organismes concernés.
  • Faire valoir ses droits et contester si besoin les décisions prises par les organismes concernés. Il existe des voies de recours, comme le recours gracieux, le recours hiérarchique ou le recours contentieux, qui permettent de faire réviser ou annuler une décision jugée injuste ou erronée.
 

Comment la mutuelle peut-elle prendre en charge une partie des frais d'Ehpad ?

La mutuelle peut prendre en charge une partie des frais d'Ehpad, selon le contrat souscrit par la personne âgée hébergée en Ehpad ou par son proche.

La mutuelle peut rembourser tout ou partie du ticket modérateur, c'est-à-dire la part des dépenses de santé qui reste à la charge du résident après le remboursement de l'Assurance maladie.
 
La mutuelle peut également rembourser tout ou partie du forfait journalier, c'est-à-dire la participation aux frais d'hébergement et d'entretien. Il faut donc comparer les offres des différentes mutuelles et choisir celle qui propose les garanties les plus adaptées aux besoins et au budget de la personne âgée hébergée en Ehpad.
 
En conclusion, Le séjour en maison de retraite est un choix qui implique souvent un changement important dans la vie des personnes âgées et de leurs proches. Il faut donc considérer tous les critères importants ainsi que vos critères personnels le lieu, prix etc.

Comment la mutuelle peut-elle prendre en charge une partie des frais d'Ehpad ?

La mutuelle peut prendre en charge une partie des frais d'Ehpad, selon le contrat souscrit par la personne âgée hébergée en Ehpad ou par son proche.

La mutuelle peut rembourser tout ou partie du ticket modérateur, c'est-à-dire la part des dépenses de santé qui reste à la charge du résident après le remboursement de l'Assurance maladie.
 
La mutuelle peut également rembourser tout ou partie du forfait journalier, c'est-à-dire la participation aux frais d'hébergement et d'entretien. Il faut donc comparer les offres des différentes mutuelles et choisir celle qui propose les garanties les plus adaptées aux besoins et au budget de la personne âgée hébergée en Ehpad.
 
En conclusion, Le séjour en maison de retraite est un choix qui implique souvent un changement important dans la vie des personnes âgées et de leurs proches. Il faut donc considérer tous les critères importants ainsi que vos critères personnels le lieu, prix etc.

Publié le 25/09/2023 à 01:00 | Lu 13825 fois