Sommaire
Article publié le 07/10/2021 à 07:53 | Lu 2483 fois

Code de la route : près des deux-tiers des seniors aimeraient une remise à niveau




Selon une intéressante étude Ifop réalisée pour le compte du géant de l’assurance Generali, présentée en marge du Salon des Seniors qui se tient actuellement à Paris, Porte de Versailles, près des deux-tiers (60%) des conducteurs seniors de 65 ans et plus auraient besoin d’une remise à niveau en matière de code de la route et de nouveaux panneaux.


Photo Maksym Kaharlytsky on Unsplash
On le sait, la conduite des seniors et plus précisément, celle des personnes âgées est un sujet délicat, voire même un peu tabou… En effet, avec le vieillissement des populations, de plus en plus d’ainés se retrouvent sur les routes derrière un volant.
 
Or, pour ces ainés, conduite rime souvent avec autonomie et liberté d’action. Notamment en province et à la campagne où les transports en commun sont moins développés que dans les grandes villes.
 
Mais dans ce contexte démographique sans précédent, une question revient régulièrement sur le devant de la scène : les seniors sont-ils plus dangereux sur la route ? Auraient-ils besoin de remises à niveau ? Doivent-ils être contrôlés pour vérifier leur aptitude à la conduire ?... De nombreuses questions et des réponses en suspens.
 
L’assureur Generali s’est penché sur une partie de ces questions dans sa nouvelle étude*. Il en ressort que 61% des seniors ont intentionnellement réduit leurs déplacements en voiture au cours des dernières années. Notamment, pour 18%, compte tenu d’une perte de confiance ou de la fatigue. Un petit pourcentage, 5% des sondés, affirment également qu’ils n’ont pas conduit depuis au moins un an.
 
A l’opposé et toujours selon cette enquête, la quasi-totalité (87%) des sondés indique conduire au moins une fois par semaine, dont un tiers (29%) une fois par jour contre plus de la moitié (54%) pour la population des 18-64 ans.
 
D’une manière générale, ces conducteurs seniors se disent confiants quant à leur niveau de conduite avec une note moyenne de 8,2 sur 10. Ce qui est plutôt pas mal. Pour autant, cette confiance s’avère très dépendante des situations de conduite.  
 
Par exemple, rouler à proximité de vélos et de trottinettes (qui ont tendance à faire « n’importe quoi » de surcroit) ou en cas de mauvais temps ou encore lorsqu’il fait nuit, sont des situations jugées les plus à risque pour les seniors. A tel point qu’elles font baisser la note de confiance de près de 2 points. Selon le sondage, pratiquement quatre seniors sur dix ne conduisent plus la nuit.
 
Autre point : la quasi-totalité des seniors (90%) conduisent pour réaliser un trajet habituel : faire des courses par exemple ou alors, sur des routes départementales ou nationales. Seul un gros tiers (38%) prend sa voiture pour aller en vacances ou rejoindre une résidence secondaire.
 
Toujours selon cette enquête, certaines situations sont jugées délicates par les conducteurs de 65 ans et plus comme garer sa voiture en créneau (heureusement de nos jours, certaines le font toute seule), comprendre les nouveaux panneaux de signalisation ou réaliser une marche arrière ! Soulignons d’ailleurs que six conducteurs sur dix de plus de 65 ans souhaiteraient être mieux informés des nouvelles règles du code de la route et des nouveaux panneaux et que près de la moitié serait intéressée par des formations de remise à niveau.
 
Précisons que Generali propose gratuitement une formation de perfectionnement en ligne spécifiquement destinée aux seniors, en collaboration avec Codes Rousseau. Cette session se veut ludique et interactive en se concentrant sur les situations complexes relevées dans l’étude.
 
*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 008 répondants de 65 à 74 ans titulaires du permis de conduire et disposant d’au moins une voiture assurée au sein de leur foyer. Une enquête « miroir » a également été réalisée auprès de 1 001 individus titulaires du permis de conduire âgés de 18 à 64 ans afin d’identifier d’éventuelles différences de comportement et de perception.