Sommaire
Article publié le 28/01/2022 à 01:24 | Lu 5094 fois

Chirurgie de la cataracte : de nouveaux implants pour améliorer le quotidien des patients




À partir de 60 ans, de premiers signes de cataracte peuvent apparaître -baisse progressive de la vue, sensation de brouillard devant les yeux, éblouissement à la lumière vive, trouble de la vision des couleurs, etc. À l’heure où les seniors sont de plus en plus actifs, il est primordial de leur proposer des équipements adaptés à cette baisse progressive et irréversible de la vision. Le point avec le docteur Nicolau, chirurgien ophtalmologue, spécialisé dans le traitement chirurgical.


Quelle est la différence entre les implants EDOF et les implants multifocaux classiques ?
Implant EDOF est un cristallin artificiel (implant ou lentille intraoculaire) le plus souvent monofocal avec un élément asphérique central permettant une bonne vision intermédiaire. Il s’agit de biomatériaux qui sont, soit des dérivés acryliques, soit des copolymères de silicone.
 
Grâce à ce système, il n’y a pas de perte d’énergie du rayonnement lumineux, ce qui veut dire que les zones de transition entre la vision de loin et la vision intermédiaire sont parfaitement continu et n’engendre pas de perte de qualité de l’image.
 
Le patient conservera toujours sa bonne acuité de manière continue entre sa vision de loin et sa vision intermédiaire. Il sera ainsi indépendant aux lunettes dans la vie quotidienne, sauf pour la vue de près qui nécessitera une paire de lunettes pour une meilleur vision.
 
Le passage d’une vision au loin à une vision à 50 cm sera de très bonne qualité. Les implants EDOF ne procurent pas de halos lumineux en vision nocturne. Ils ne nécessitent pas non plus de neuro-adaptation.
 
L’Implant Multifocale est un cristallin artificiel (implant ou lentille intraoculaire) : il est constitué en « marche d’escalier circulaire et concentrique ». Il s’agit aussi de biomatériaux. Il peut être bifocal permettant une bonne vision de loin et une bonne vision de près, la vision intermédiaire est en revanche moins bonne. Ou, il peut être trifocal permettant une bonne vision de loin, intermédiaire et de près.
 
Il n’y a pas de continuité du spectre lumineux par rapport aux EDOF mais concernent la VL + VI + VP. En conséquence, les zones de transition entre les VL / VI et VI / VP ne conserveront pas la qualité visuelle optimale.
 
Cependant, les implants multifocaux permettent une excellente vision de loin, en intermédiaire et de près (pas de lunette pour voir de près). Pour une efficacité optimale de l’implant multifocal en vision de près, il faut absolument un bon éclairage, car il y a une perte de contraste en lumière tamisée.
 
La nuit, les patients peuvent voir des halos la nuit notamment les premières semaines, cela s’estompe avec le temps. Ces halos sont liés aux mires circulaires et concentriques de l’implants. Le résultat optimal d’un implant multifocal s’évalue à 6 mois.
 
Les implants EDOF et Multifocaux peuvent exister en blanc ou jaune et en version torique ou non torique, c’est-à-dire corrigeant l’astigmatisme. Le but de ces implants est de corriger l’ensemble des troubles de la vue pour améliorer le quotidien des personnes.
 
Quels sont les bénéfices de ces nouveaux implants ? Y a-t-il des risques à y avoir recours ?
Les implants EDOF sont des « implants de vie sociale », ils permettent de conserver une très bonne vision de loin en ajoutant une vision intermédiaire (40 à 50cm) tout en évitant les effets indésirables des implants multifocaux (baisse des contrastes en pénombre, halos nocturnes pouvant entraîner une gêne à la conduite nocturne).
 
Ils permettent aux patients utilisant cette vision intermédiaire de continuer à réaliser leur activité sur tablettes, regarder la télé, faire le ménage, cuisiner, travailler sur ordinateur, conduire, faire ses courses, aller au restaurant… Tout en acceptant de conserver une paire de lunette d’appoint pour la vision de près notamment lors de la lecture prolongée.
 
Il n’y a pas de risque de devenir aveugle ou de perdre la vue avec ses implants. Il est important de bien informer et d’échanger avec le patient pour définir ses objectifs de vue et ce qu’il souhaite réellement en terme de résultat visuel. En conséquence, le risque est essentiellement que l’implant ne corresponde pas aux besoins du patient
 
Quels patients peuvent bénéficier d’une pose d’implants EDOF ? Y a-t-il des contre-indications ?
A ce jour comme le marché est assez nouveau, le chirurgien que vous consultez doit bien sélectionner le patient.

Bien entendu, le patient doit avoir une cataracte sans pathologie associée du segment antérieur et postérieur (dystrophie de la cornée, kératite, syndrome sec sévère glaucome sévère astigmatisme irrégulier, DMLA, rétinopathie diabétique ou autres pathologies rétiniennes…) afin que la technologie de l’implant soit parfaitement utile et efficace.
 
Un examen ophtalmologique complet est primordial afin de poser la bonne indication comprenant un fond d’œil, un OCT maculaire et du nerf optique, une topographie de la cornée et un examen à la lampe à fente.
 
Quels sont les tarifs pratiqués en général ?
A ce jour, la tarification est très variable d’un laboratoire à un autre. En effet, s’agissant d’implant dit premium. Le laboratoire fixe ses prix. Ces derniers varient de 0 à 400 euros TTC. Les implants multifocaux bifocaux sont au même prix que les implants EDOF.
 
En revanche les implants multifocaux trifocaux sont les plus chers du marché avec certains implants à plus de 600 euros TTC. Pour les implants EDOF, il faut compter en moyenne 100 euros, cependant par rapport à une paire de lunettes progressives, le patient reste financièrement gagnant.
 
Le chirurgien ophtalmologue avec son expérience et son professionnalisme vous guidera dans le choix de l’implant et vous informera de ce qui est le mieux entre entre un EDOF et un Multifocal selon de nombreux critères : médicaux, environnementaux, activités et loisirs, souhait du patient, finances…

Dans tous les cas, il ne s’agit éventuellement, que d’une paire de lunettes en plus. Quelque soit la technique envisagée, le patient verra mieux qu’avant l’intervention !





Dans la même rubrique
< >