Sommaire
Senior Actu

Article publié le 09/05/2018 à 03:38 | Lu 2118 fois

Chine : un octogénaire cherche à se faire adopter

Han Zicheng a 85 ans. Il vit en à Tianjin Chine et désormais, il n’a qu’une crainte… Celle de mourir seul. C’est la raison pour laquelle il a posté une petite annonce afin de rechercher -comme des millions d’autres personnes âgées dans le pays- une famille prête à l’accueillir et à l’accompagner jusqu’à son dernier souffle…


Pendant des centaines d’années, les Chinois -enfin, surtout les Chinoises d’ailleurs- se sont occupés de leurs parents et de leurs beaux-parents âgés. C’était dans les traditions et cela ne se discutait pas. On ne laissait pas les anciens seuls ; on s’en occupait.
 
Puis la Chine a commencé à se développer et pour se faire, elle a eu de plus en plus besoin de main d’œuvre. Une main d’œuvre souvent issue des campagnes mais aussi des grandes villes reculées aux fins fonds du pays, provoquant un exode rural, mais également urbain, qui a entrainé une explosion des cellules familiales et des traditions qui perduraient depuis des générations.  
 
La situation d’Han Zicheng, cet octogénaire de 85 ans, est une conséquence directe de cette évolution sociétale qui ne fait que s’amplifier d’années en années. Les jeunes sont partis dans les villes, ils travaillent d’arrache-pied pour se payer un appartement, une voiture, un téléphone et oublient les anciens restés dans leurs villages et villes natales.  
 
Aujourd’hui, Han Zicheng n’a qu’une peur : celle de mourir seul. Pourtant, il vit à Tianjin, une ville de quinze millions d’habitants… Mais souvent, trop, c’est personne ; c’est la raison pour laquelle il a décidé, il y a quelques mois, de rédiger une petite annonce visant à se faire adopter par une famille bienveillante…
 
Si Han Zicheng était le seul dans cette situation, ce ne serait qu’un triste fait divers… Mais dans la Chine contemporaine, malheureusement, des millions d’anciens souffrent de cette solitude tant redoutée. Le vieil homme a fini pour se lier d’amitié avec une étudiante en droit. Mais quand elle l’a appelé début avril, c’est l’un de ses fils qui a répondu. Han Zicheng était mort, il avait quand même été intégré dans un hôpital et n’était pas mort seul.
 
C’est pour répondre à ce phénomène de société que le gouvernement chinois a décidé il y a quelques mois, de créer une base de données répertoriant les personnes âgées vivant seules dans les campagnes. L’idée étant de mettre en place dans la foulée, « un système de visite régulière dans le but de veiller sur les seniors délaissés en milieu rural ».
 
Le gouvernement pousse aussi les familles -parfois avec des récompenses financières à la clé- à rendre visite à leurs anciens le plus souvent possible, tout en exhortant les comités de village, les organisations caritatives et les bénévoles à passer du temps pour les réconforter afin de briser leur solitude.
 
La Chine fait face depuis quelques années à un vieillissement sans précédent de sa population, résultat direct de la politique de l’enfant unique menée dans les années 70 et arrêtée officiellement depuis près de trois ans.
 
De fait, il faut savoir que depuis 1999 la Chine est considérée comme un « pays vieillissant ». Et ce n’est pas fini. Il est prévu que d'ici 2025, le nombre de personnes âgées dépassera les 300 millions et qu'il atteindra un pic de 487 millions de personnes en 2055 !






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Août 2018 - 01:00 Madonna : une autre image de la femme senior