Sommaire
Article publié le 13/02/2018 à 08:53 | Lu 1029 fois

Cancer et sexualité : un site web pour retrouver une vie plus épanouie

L’institut de Cancérologie Clairval à Marseille, en partenariat avec l’association Onco-Partage, a mis en place un projet original alliant sophrologie et accompagnement socio-esthétique visant à aider les couples à préserver leur sexualité malgré le cancer, via le site Internet canceretsexualite.com. En ligne le 14 février prochain.


Cancer et sexualité : un site web pour retrouver une vie plus épanouie
Plus concrètement, ce site met en ligne les explications d’un sexologue, d’une onco-esthéticienne et des séances de sophrologie online. Inutile de rappeler que la sexualité étant un sujet intime, il est donc  souvent difficile d’aborder cette question avec les soignants.
 
Dans la pratique ce nouvel outil vise à permettre aux couples de se retrouver et d’obtenir des réponses à leurs questions de façon intime, simplement, tranquillement et confortablement depuis leur ordinateur.
 
Le sexologue Brigitte Rémy présente ce site par une question percutante : « Et si l’amour était le plus puissant des médicaments ? ».
 
« Lorsque l’on évoque la santé on parle souvent des quatre piliers fondamentaux : bonne alimentation, activité physique, gestion du stress et protection contre les poisons. Bien sûr, en suivant ces quatre règles, vous diminuez les risques. Mais des chercheurs ont mis en évidence un cinquième pilier ».
 
Et de poursuivre : « découvert en étudiant les habitants de certaines régions du monde où les centenaires sont plus nombreux, il en est ressorti un point commun : la profusion des bonnes relations sociales et le maintien des relations sexuelles dans le couple. Avoir de bonnes relations demande des efforts, le premier est de s’occuper de soi et quand on n’a pas le mode d’emploi, il faut se faire aider. Cette aide peut être des séances de sophrologie ou de sexologies ou le début d’une psychothérapie ».
 
D’où la création de cette plateforme, dont le but est d’apprendre au patient et à son/sa conjoint(e) à reprendre contact par le toucher du visage et du corps et à lâcher prise pour retrouver des sensations de désir.
 
Le projet a pu se concrétiser également grâce à l'implication de Flavie Delaunay, patiente devenue sophrologue au décours de sa maladie. Celle-ci a réalisé 5 séances de sophrologie pour le site Internet dédiée à la réappropriation du corps, de l’intimité et des moments heureux de la vie de couple. De son côté Laure Youinou, onco-esthéticienne de l’association Onco-Partage, a travaillé des techniques de toucher-douceur en couple. Une autre manière de communiquer avec l’autre.
 
Rappelons que la maladie et les traitements provoquent souvent une rupture avec son corps et l’image de soi. Elle engendre souvent un dégoût et un rejet du corps malade. Ce qui peut aboutir à un refus d’être touché, regardé… par l’être aimé, mais aussi par le patient lui-même. Cela peut mettre le couple en difficulté.
 
Le toucher prend alors une place importante dans la prise en charge du patient et de son entourage. Il favorise l’échange, l’écoute, permet de créer un espace de retrouvailles, de plaisir. « L’acceptation du toucher veut dire « je sens, donc je suis », j’existe à nouveau et reprend ma place d’homme ou de femme. Je peux alors plus facilement réinvestir mon corps. Le patient passe du corps que « j’ai » au corps que « je suis ». Le visage devient le premier support du toucher qui lui, met en scène la relation à l’autre. L’accompagnant est souvent passif, écarté face à la maladie, aux thérapeutiques et à la souffrance qu’elle engendre. Le but est d’arriver par le biais du modelage, qui se traduit par un toucher en douceur, à ce qu’il devienne partie prenante : à deux on est toujours plus fort pour mener cette recherche de sensualité et d’intimité retrouvées », explique Laure Younou.
 
Allier la sophrologie et la relaxation à ce soin accompagne l’accueil favorable de ce toucher et l’expérimentation d’une nouvelle intimité. Offrir  au couple une nouvelle manière de se retrouver qui n’est pas censée reproduire le schéma antérieur, au risque de frustration si l’objectif ne peut être atteint.
 
« Le patient accepte à nouveau d’être touché, en a envie. C’est essentiel pour cheminer dans l’épreuve qui est la sienne. Notre mission en cela est d’autoriser ce dialogue pour permettre le passage du « corps malade » à « une personne » désirante… désirable… désirée ! », conclut Flavie Delaunay, sophrologue
 
Illustré par « Melle Baudruche », le site sera en ligne le 14 février et proposera des dessins pleins de poésie et de tendresse pour un sujet difficile à aborder.
 





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Septembre 2018 - 01:00 Le golf : un sport bon pour les seniors

Lundi 24 Septembre 2018 - 10:29 Les deux marmottes : des infusions à l'état pur