Sommaire
Article publié le 11/12/2018 à 02:48 | Lu 2003 fois

CSG : hausse annulée pour les pensions de moins de 2.000 euros par mois

L’allocution d’Emmanuel Macron était attendue. Le président de la République est enfin sorti de son silence hier soir et parmi ses annonces, la hausse de la CSG qui sera annulée pour les pensions inférieures à 2.000 euros par mois.


Depuis trois semaines, la France est en proie à l’une de ses plus graves crises sociales depuis le début du 21ème siècle avec d’une part le mouvement des gilets jaunes et d’autres part, des violences et des pillages sans nom, principalement à Paris.
 
Si les actions violences sont issues des extrêmes (gauche et droite) et des racailles venues piller et saccager les magasins, en revanche, globalement les gilets jaunes étaient plutôt en mode « revendicateur mais non violent ».
 
Et parmi ces gilets jaunes, on a pu voir tout au long de ces trois semaines, de nombreux seniors, de nombreux manifestants aux cheveux gris, de nombreux retraités, des hommes et des femmes que les CRS n’ont pas hésité à tabasser dans certains cas, notamment sur les Champs-Elysées à Paris il y a quinze jours.
 
Pour tenter de rétablir l’ordre, Emmanuel Macron vient donc de décider d’annuler la hausse de la CSG pour les pensions supérieures à 1.200 euros et inférieures à 2.000 euros par mois. Cela signifie que la moitié des retraités payant le taux plein de CSG vont bénéficier d'un taux intermédiaire à 6,6% ; il s’agit là d’une tranche comprise entre le taux réduit de 3,8% et le taux plein de 8,3%.
 
La hausse de la CSG de 1,7 point intervenue en janvier 2018 était très critiquée et pesait fortement sur le pouvoir d’achat des petites retraites. « Les retraités constituent une partie précieuse de notre nation. Pour ceux qui touchent moins de 2.000 euros par mois, nous annulerons en 2019, la hausse de CSG subie cette année. L'effort qui leur était demandé était trop important et il n'était pas juste », a conclu Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée lundi soir. Cette mesure va coûter 1,5 milliard d’euros en année pleine.
 
Par contre, l'autre revendication des retraités, à savoir la sous-indexation des pensions, qui vient juste d'être votée avec effet en janvier prochain, a été conservée. Ainsi, et comme bon nombre de prestations sociales, les retraites ne progresseront que de 0,3% l'année prochaine alors qu'elles auraient dû être revalorisées d'au moins 1,6%...