CDI Senior, emploi des seniors : qu'est-ce qui coince ?

Le 21 novembre 2023 marquait l'ouverture par le gouvernement des négociations sur l'emploi des Seniors impliquant les entités patronales et syndicales. La mise en place du Compte Épargne Temps Universel (CETU), l'augmentation du taux d'emploi des travailleurs seniors, la promotion de l'évolution des parcours professionnels ainsi que l'intensification de la lutte contre la pénibilité au travail constituent les axes prioritaires de ces pourparlers. Une conclusion consensuelle est espérée pour la fin du mois de mars mais des dissensions profondes subsistent.


L'emploi des seniors reste un sujet qui suscite toujours de vifs débats entre syndicats et patronat. Les discussions actuelles, menées dans le cadre d'une négociation pour un nouveau « pacte de la vie au travail », visent à permettre aux salariés de rester plus longtemps en poste. Cependant, cette ambition se heurte à une réalité complexe, marquée par des préoccupations liées à l'usure professionnelle et à la nécessité de reconversions adaptées aux parcours de chacun.

En substance, les syndicats de salariés plaident pour une approche globale, qui prendrait en compte l'ensemble du parcours professionnel et non seulement la fin de carrière. Ils réclament des dispositifs contraignants pour les entreprises afin de garantir un maintien effectif des seniors en emploi. De leur côté, les représentants du patronat soulignent les défis liés à l'amélioration des conditions d'emploi sans augmentation des coûts, une équation délicate à résoudre dans un contexte économique tendu.

Le gouvernement, quant à lui, conditionne l'agrément de l'accord sur l'assurance chômage à l'aboutissement de ces négociations. Il fixe comme objectif un taux d'emploi pour les 60-64 ans de 65 % à l'horizon 2030, un bond significatif par rapport aux 36,2 % enregistrés en 2022.

La situation est d'autant plus complexe que les entreprises de 20 salariés et plus sont déjà soumises à l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH), fixée à 6 % de l'effectif total. Cette mesure, qui vise à favoriser l'intégration des travailleurs handicapés dans le milieu ordinaire du travail, ajoute une couche supplémentaire de responsabilité sociale aux employeurs. En cas de non-respect de l'OETH, les entreprises concernées doivent s'acquitter d'une contribution financière annuelle, une mesure qui pourrait bien inspirer les négociations en cours.

Le débat sur l'emploi des seniors est donc à la croisée des chemins, entre des impératifs économiques, sociaux et législatifs. Les partenaires sociaux, le gouvernement et le patronat doivent trouver un terrain d'entente pour élaborer des solutions viables et durables d'ici un mois. La réussite de cette entreprise dépendra donc de la capacité de tous les acteurs à concilier des intérêts divergents et à innover, pour adapter le monde du travail aux réalités démographiques et économiques actuelles.
 

Publié le 21/02/2024 à 09:21 | Lu 3045 fois