Sommaire
Article publié le 17/04/2018 à 01:00 | Lu 2810 fois

Bras dessus, Bras dessous : prix coup de coeur du jury de la Fondation Korian pour le bien vieillir

La Fondation Korian pour le Bien-vieillir a remis le 12 avril dernier, ses premiers prix favorisant les relations intergénérationnelles. Pour l’occasion, le jury a choisi son « coup de cœur du Jury » : il s’agit de l’association bruxelloise Bras dessus, Bras dessous qui a mis en place un réseau de voisinage solidaire au profit des plus âgés.


L’association Bras dessus, Bras dessous, créée en 2015 à Bruxelles (Belgique), est un réseau de voisinage solidaire (une tendance dans les projets sociaux qui remettent le voisinage à l’honneur depuis quelques années) qui met en relation des voisins bénévoles (âge moyen de 35 ans) prêts à consacrer un peu de leur temps à des aînés isolés, pour leur rendre de menus services ou simplement visite. L’association intervient dans un quartier de la commune de Forrest.
 
« Très impliquée dans l’organisation d’activités de mon quartier, l’idée m’est venue alors que je constatais que les aînés n’y participaient pas et qu’ils étaient progressivement coupés du monde. Après avoir bien étudié le terrain, j’ai voulu concentrer mon aide sur ces moments informels de l’accompagnement, les petites choses pour lesquelles les professionnels n’ont pas le temps. Avec l’idée d’intégrer les aînés dans le quartier, non pas sur la base d’une demande mais d’échanges entre personnes de différentes générations » indique Céline Rémy, à l’origine de l’association.
 
Dans la pratique, l’association est souvent sollicitée par un tiers : il peut s’agir d’un enfant de la personne âgée ou du médecin traitant ou encore, d’une infirmière à domicile. Suite à cela, elle rencontre l’aînée, écoute ses centres d’intérêt, ses envies et ses besoins. Elle lui propose ensuite de la mettre en contact avec un bénévole dont le profil correspond, dans un périmètre géographique de proximité, pour établir un échange durable.
 
Ensemble, ils choisissent l’activité, ce qu’ils vont faire ensemble : se passer un coup de fil, prendre le thé, jouer au Scrabble, aider à faire les courses, accompagner dans une sortie. Certains peuvent également se proposer pour donner des coups de main ponctuels, comme accompagner à des rendez-vous médicaux.
 
Par ailleurs, une classe d’élèves de 15 ans (équivalent de la classe de 2nde) du quartier, entretient quant à elle une relation épistolaire avec des aînés. Les lettres sont attendues de part et d’autre, tous les 15 jours… Une excellente idée qui est facilement reproductible dans d’autres grandes villes…






Dans la même rubrique :
< >