Sommaire
Article publié le 18/12/2018 à 01:00 | Lu 1054 fois

Australie : Irene O'Shea, à 102 ans, elle saute en parachute pour la recherche

L’Australienne Irene O’Shea n’est pas une centenaire comme les autres. Pour elle, pas question de rester cloitrée chez elle. Mi-décembre 2018, cette femme âgée de 102 ans, a confirmé son statut de doyenne du saut en parachute avec un saut de 4.000 mètres d’altitude dont les fonds serviront à venir en aide à la recherche sur les maladies neuromotrices.


De nos jours, les centenaires ne sont plus ce qu’ils étaient. Dans le bon sens du terme, entendons-nous bien ! Ils se marient, ils courent le cent mètres, ils font de la plongée, du cyclisme et d’autres, comme l’Australienne Irene O’Shea, 102 printemps au compteur, sautent en parachute.  
 
La vieille dame n’en n’est pas à son coup d’essai. Toutefois, alors que la plupart des sauts en parachute s’effectuent vers l’âge de vingt, trente ou quarante ans (souvent à l’occasion d’un anniversaire), elle, elle a commencé à sauter à l’âge de cent ans ! Comme quoi… tout peut arriver.
 
Même si de nos jours, le saut est parachute est une activité relativement sûre, il faut tout de même avoir le cœur bien accroché pour s’élancer dans les airs, surtout à l’âge de cent ans avec un corps qui n’est plus aussi vigoureux, ni aussi souple qu’avant.
 
Irene O’Shea en est donc à son troisième saut. Un par an depuis ses cent ans. Avec ce saut réalisé en Australie de 4.000 mètres d’altitude, la plus que centenaire est devenue officiellement la doyenne des parachutistes. En fait, elle l’était déjà l’année dernière, mais elle « renforce » son avance…
 
Mais ce n’est pas ce qui motive cette montée d’adrénaline « en descente ». Non, ce qui motive, Irene, c’est la disparation de sa fille d’une maladie neuromotrice, il y a dix ans. Si elle saute, c’est donc pour récolter des fonds pour la recherche. On espère la retrouver l’année prochaine.