Sommaire
Article publié le 07/07/2021 à 01:00 | Lu 2077 fois

Assurance retraite : des solutions pour favoriser le "vieillir chez soi"




Près de 2 millions de retraités auraient besoin d’une adaptation de leur logement. Par ailleurs, un tiers des occupants dans le parc social a désormais plus de 60 ans. Le récent rapport de Luc Broussy « Nous vieillirons ensemble… 80 propositions pour un nouveau Pacte entre générations » souligne la nécessité d’agir pour adapter les logements au vieillissement et proposer demain un « vieillir dans un chez-soi collectif » choisi et non subi.


L’Assurance retraite place au cœur de sa politique de prévention la question essentielle de l’habitat et du cadre de vie des retraités et propose une palette de solutions : accompagnements et financements de la réalisation de travaux d’adaptation des logements, conseils et solutions pour favoriser le vieillissement dans un domicile adapté, choisi et facilitant la vie sociale.
 
Un objectif ambitieux d’adapter plus de 80 000 logements de retraités
Entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020, près de 55.000 retraités ont été soutenus financièrement pour réaliser des travaux d’adaptation de leur logement (adaptation au vieillissement et autonomie, lutte contre la précarité énergétique) par leur caisse de retraite, représentant une dépense
d’intervention de plus de 50 millions d’euros par an.
 
Au-delà des aides financières accordées sous conditions de ressources, les retraités sont accompagnés tout au long du chantier par des opérateurs habitat, le cas échéant avec l’appui d’ergothérapeutes, dont l’intervention est entièrement prise en charge par l’Assurance retraite.
 
L’Assurance retraite agit par ailleurs au côté de l’Union sociale pour l’habitat et des bailleurs sociaux
pour adapter les logements du parc social à la transition démographique, prévenir et accompagner les
locataires fragilisés et soutenir l’émergence d’habitats alternatifs accessibles à tous.
 
Depuis 2020, l’attribution d’aides financières pour la réalisation de travaux d’adaptation des logements dans le parc social s’accompagne systématiquement de la signature d’une convention entre les Carsat et les bailleurs sociaux pour dépasser le seul soutien financier et déployer des dispositifs visant à renforcer le repérage et l’accompagnement des retraités fragiles, développer des actions de prévention et de lutte contre l’isolement et enrichir les pratiques professionnelles.
 
Un logement adapté et équipé pour bien vieillir chez soi
L’Assurance retraite sensibilise durant la vie à la retraite sur l’importance d’entretenir sa mobilité afin
de prévenir le risque de survenance de chutes, met à disposition un site web interactif et déploie une offre d’ateliers collectifs « bien chez soi » animés par des professionnels de l’habitat.
 
Pour adapter et équiper les logements des retraités à leur avancée en âge, les caisses régionales financent l’achat et pose d’aides techniques ou technologiques. Barre d’appui, main courante, balisage lumineux, planche de bain, téléassistance etc., l’Assurance retraite accompagne chaque année plus de 20 000 retraités dans le choix d’équipements adaptés.
 
S’agissant des aides techniques et technologiques dédiées à la « préservation de l’autonomie à domicile », l’Assurance retraite a lancé au mois de mai 2021 le site www.bien-chez-soi.lassuranceretraite.fr pour faciliter l’information et l’accessibilité aux équipements.
 
Développé avec l’expertise d’ergothérapeutes, ce site Internet s’adresse aux professionnels, aux retraités, aux aidants et permet en quelques clics d’accéder à plus de 200 aides techniques et technologiques adaptées aux envies et besoins de chacun, afin de simplifier le quotidien.
 
Un soutien actif pour construire l’offre de demain en matière de « chez-soi collectif »
Pour agir en faveur de parcours résidentiels choisis, l’Assurance retraite soutient de très nombreux
projets d’habitats et domiciles alternatifs portés par les bailleurs sociaux, les collectivités locales et
les associations.
 
Dans ce cadre, son action est centrée sur le soutien des offres socialement accessibles aux retraités fragilisés (résidences autonomie, habitat inclusif, habitats intermédiaires...). Les porteurs de projet peuvent bénéficier de prêts sans intérêt ou de subventions des caisses qui peuvent couvrir jusqu’à 50% du coût du projet.
 
La sélection des dossiers repose sur trois axes et critères stratégiques :
- Aider les structures permettant l’amélioration de la vie sociale et la prévention de la perte d’autonomie (animation culturelle et sociale, activités physiques...)
- Favoriser les modes d’accueil intermédiaires entre l’habitat individuel et l’hébergement collectif en institution (création de logements individuels regroupés tels que les béguinages, appartements d’accueil...)
- Soutenir le développement d’un cadre de vie de qualité au sein des établissements (rénovation
des résidences autonomie).
 
En 2020, les caisses régionales ont financé 84 projets au travers de prêts sans intérêt pour un montant
de plus de 46 millions d’euros et 357 projets ont été aidés grâce aux subventions des caisses régionales, représentant une enveloppe de plus de 28 millions d’euros.
 
Soutenir les gestionnaires de résidences autonomie représente un enjeu tout aussi prioritaire. A cette
fin, l’Assurance retraite a créé une boîte à outils en ligne, sur le site www.pourbienvieillir.fr, accessible à tous les professionnels des résidences autonomie.
 
Les outils mis à disposition facilitent la construction participative d’un projet de vie fondé sur le développement de la vie sociale, l’ouverture de la structure sur l’extérieur et la prévention de la perte
d’autonomie.
 
De nouvelles réponses à développer pour un « chez-soi » alliant vie sociale à domicile et solidarité intergénérationnelle
L’Assurance retraite soutient le développement de la cohabitation intergénérationnelle solidaire consacré par la loi Elan.

Engagée dans un partenariat avec le réseau associatif Cohabilis depuis 2019, l’Assurance retraite a réalisé une étude qui apporte un éclairage sur les leviers de développement de cette solution :
- mieux structurer l’offre de cohabitation autour de différentes formules et les faire connaître ;
- informer sur l’accompagnement que propose le réseau associatif ;
- préciser le modèle économique (soutien financier).
 
A partir des enseignements de cette étude, l’Assurance retraite a lancé à l’automne 2020 une expérimentation conduite dans dix départements. Ces territoires expérimentent l’attribution d’un forfait de cohabitation intergénérationnelle et solidaire. Il permet de couvrir, pour un retraité, l’essentiel des frais liés à l’accompagnement de l’association : mise en relation, suivi, conseils.
 
Cette expérimentation avec le réseau Cohabilis et ses associations locales se fait également en lien avec la Cnaf et les Caf locales des territoires concernés.
 
Lancée pour un an, cette expérimentation est en cours dans les territoires de la Loire-Atlantique, le  Rhône, l’Isère, la Loire, la Drôme, la Haute-Savoie, la Savoie, la Gironde, les Pyrénées-Atlantiques et les Landes. Depuis le démarrage de l’expérimentation, 200 binômes ont été constitués.