Sommaire
Article publié le 23/01/2018 à 04:08 | Lu 1280 fois

Allemagne : un infirmier aurait tué une centaine de personnes âgées

Voici un procès qui fait grand bruit en Allemagne. En effet, Niels Högel, un infirmier aujourd’hui âgé de 41 ans, sera jugé cette année pour 97 meurtres de malades, souvent des personnes âgées, qu’il aurait tué au sein de deux hôpitaux du nord de l’Allemagne entre 1999 et 2005.


Cet infirmier fait probablement partie des plus grands tueurs en série de l’histoire récente de l’Allemagne…
 
En effet, déjà condamné à perpétuité pour le meurtre de six malades, il devra prochainement répondre de 97 autres assassinats qui auraient eu lieu entre 1999 et 2005, perpétrés au sein de deux hôpitaux du nord de l’Allemagne : 62 commis à l'hôpital de Delmenhorst et 35 dans celui d'Oldenburg ; sachant que ce nombre pourrait être plus important...
 
L’infirmier n’avait semble-t-il pas de préférence d’âge ni de sexe pour ses victimes, toutefois, il ciblait plutôt les personnes se trouvant dans un état critique et donc, forcément, parmi elles, de nombreuses personnes âgées.
 
L’homme mettait fin à la vie de ces personnes en leur injectant des doses létales de médicaments. Il les aurait tuées, non pas pour mettre fin à leurs souffrances mais par ennui ! Niels Högel n’est semble-t-il pas capable de souvenir précisément du nombre de patients qu’il aurait tué, mais il estime avoir commis une trentaine de meurtres et une soixantaine de tentatives de meurtres…
 
A noter que si l’homme est jugé responsable de ces assassinats, les deux hôpitaux sont également mis en cause, car ils n’ont pas été capables de détecter ces morts suspectes et de mettre en place des mesures pour les empêcher.

Le fait est que le nombre de décès aurait pratiquement doublé dans les services de soins intensifs de ces deux établissements pendant la présence de l’infirmier. La police estime donc que les responsables auraient du s’apercevoir de cette surmortalité et auraient du alerter les autorités.

Le procès devrait avoir lieu à Oldenburg avant la fin de l’année. Affaire à suivre.  Toutefois, l'homme étant déjà condamné à la réclusion à perpétuité, sa peine ne pourra donc pas être augmentée. 






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Décembre 2018 - 01:00 Mieux comprendre le suicide des personnes âgées