Sommaire
Article publié le 31/01/2022 à 01:58 | Lu 2611 fois

Alimentation du cerveau : les bienfaits de l'huile de foie de morue




Notre cerveau est l’organe suprême de notre corps. Il constitue le haut commandement du fonctionnement des autres organes, il est aussi le lieu du développement et du maintien de nos fonctions cognitives (apprentissage, concentration, mémoire, performances intellectuelles), ainsi que le centre névralgique de notre humeur et de nos émotions. Mais c’est aussi un organe sous influence… Le point avec Möller’s, spécialiste norvégien de l’huile de foie de morue.


Notre cerveau ne représente que 2% du poids de notre corps, mais consomme environ 20% de l’énergie qu’il produit. Sa bonne santé nécessite aussi des apports réguliers et équilibrés en vitamines,
minéraux, oligo-éléments et antioxydants protecteurs.
 
Ses aliments préférés ? Le sucre et le gras ! Notre cerveau utilise en moyenne 40% de nos apports glucidiques. Il consomme du glucose tout au long de la journée. Le cerveau est composé de 50% de lipides, il est donc aussi très gourmand en graisses pour se développer, maintenir sa structure et sa bonne forme.
 
Mais c’est un gourmet exigeant, car il tire surtout profit d’un Acide Gras Polyinsaturé (AGPI) de la famille des Omega-3: l’acide docosahexaénoïque (DHA).
 
Le DHA a été découvert à la fin du XXème siècle et isolé pour la première fois dans le cerveau, raison pour laquelle il fût d’abord nommé acide cervonique. Constituant essentiel des membranes cellulaires, c’est l'omega-3 le plus abondant dans le cerveau et la rétine.
 
Il intervient dans pratiquement tous les organes, dont le cœur et les vaisseaux sanguins. Il facilite les connexions neuronales en protégeant les synapses et les échanges entre le cerveau et le reste de l’organisme.
 
En théorie, le DHA peut être synthétisé par l’organisme à partir de l’ALA, un Omega 3 essentiel apporté par l’alimentation d’origine végétale (huile de colza, de lin, fruits à coque…). Pratiquement, la très faible conversion de l’ALA en DHA est clairement démontrée, ce qui a conduit l’ANSES à fixer un besoin physiologique minimal en DHA qui doit être apporté par l’alimentation.
 
Cet ANC (Apport Nutritionnel Conseillé) de 250 mg par jour pour un adulte (valeur 2 fois plus élevée que celle préconisée en 2001) est loin d’être atteint en France.
 
Les sources alimentaires de DHA
Elles sont principalement d’origine animale et plus particulièrement d’origine marine. En effet, si les œufs par exemple, en contiennent, il faudrait en consommer 5 par jour sur toute l’année pour atteindre l’ANC !
;
La consommation de 2 à 3 portions de poisson par semaine (dont 1 ou 2 poissons gras) nous permettrait d’atteindre l’apport minimal. Malheureusement, les enquêtes sur l’alimentation des Français montrent que notre consommation moyenne en sources de DHA nous permet au maximum d’atteindre 150mg de DHA par jour contre les 250mg recommandés (OCL Vol 14N°12007).
 
En effet, qui d’entre nous consomme deux fois par semaine du maquereau et des sardines, ou
du saumon et du hareng ?
 
Lorsque notre alimentation est déficitaire en DHA, l’astuce consiste à privilégier les aliments
qui en sont les plus riches. A ce titre, l’huile de foie de morue est une aide précieuse pour compléter les apports quotidiens car elle est l’aliment le plus concentré en DHA.

L’ANSES indique que c’est à partir de 250mg par jour que le DHA a un effet protecteur sur le cerveau. 1 seule cuillère à café (5ml) d’huile de foie de morue, nous apporte 540mg de DHA, soit un peu plus que l’ANC* pour 2 jours.
 
Les données bibliographiques liées à la prévention des différents risques conduisent généralement à des valeurs de l’ordre de 500 mg/j, pour la somme EPA+DHA, du fait de la consommation et de l’utilisation de poissons et d’huile de poisson (sources qui regroupent EPA+DHA dans des proportions assez proches) dans les études épidémiologiques et cliniques.
 
En outre, cette même cuillère à café procure en même temps 360mg d’EPA, autre acide gras de la famille des oméga 3, qui combiné au DHA, contribue à maintenir une bonne santé cardio-vasculaire, essentielle à notre cerveau, celui-ci étant l’organe le plus vascularisé de notre corps.
 
Aujourd’hui, il n’est plus question d’absorber directement la fameuse cuillère à café quotidienne d’huile de foie de morue pure (sauf pour les nostalgiques d’une certaine époque !).
 
Dans ce contexte, Möller's a mis au point un procédé de filtration naturel qui préserve ses qualités nutritionnelles tout en neutralisant son goût et son odeur de poisson bien caractéristiques. Elle peut donc être utilisée comme huile alimentaire en assaisonnement de préparations culinaires.
 
Elle accompagne simplement des recettes de tous les jours, en remplacement ou en complément d'une autre huile (vinaigrette, mayonnaise, dips apéritifs, préparations sucrées et salées).
 
Les Bienfaits de l'EPA et du DHA
LE DHA :
À partir d'une consommation journalière de 250mg de DHA, celui-ci a un effet bénéfique sur
le fonctionnement du cerveau (maintien de la santé mentale, humeur, fonctions cognitives,
mémoire concentration...) et contribue au maintien d'une vision normale chez l'adulte et
l'enfant.
 
L'ASSOCIATION EPA/DHA
L’EPA et le DHA ont des effets sur le système cardio-vasculaire :
– A partir de 2 g par jour, L’EPA et le DHA contribuent à maintenir un taux normal de
triglycérides dans le sang.
– Puis à partir de 3 g par jour, ils contribuent à maintenir une tension artérielle normale.