Sommaire
Article publié le 12/10/2020 à 09:14 | Lu 1681 fois

Agirc-Arrco : maintient du niveau des pensions de retraite complémentaire




Dans un récent communiqué, les partenaires sociaux, gestionnaires du régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco, indiquent qu’ils ont décidé de maintenir le niveau des pensions de retraite complémentaire lors de leur Conseil d’administration qui s’est tenu le 8 octobre dernier. Détails.


Du fait du contexte de crise sanitaire (Covid-19) et conformément à l’accord du 10 mai 2019, l’Agirc-Arrco a indiqué en fin de semaine dernière qu’elle avait décidé de maintenir le niveau des pensions
de retraite complémentaire en reconduisant la valeur actuelle de service du point ; cette dernière servant au calcul des retraites.
 
Rappelons que depuis le 1er novembre 2019, la valeur actuelle de service de point s’élève à 1,2714 euros.
 
Pour info, l’accord du 10 mai 2019 fixe les règles de revalorisation des pensions Agirc-Arrco jusqu’en 2022 avec le souci de garantir l’équilibre financier du régime tout en préservant le pouvoir d’achat des
retraités.
 
De fait, cet accord prévoit que les pensions évoluent au moins comme les prix à la consommation
hors tabac en moyenne annuelle, mais fixe deux limites :

▪ Si l’évolution des prix est supérieure à celle des salaires, comme c’est le cas cette année, l’accord prévoit que la valeur de service du point évolue comme le salaire moyen des ressortissants du régime.
▪ En aucun cas les pensions ne peuvent diminuer en valeur absolue.
 
L’évolution des salaires étant négative cette année, du fait du contexte économique exceptionnel
lié à la crise sanitaire, l’Agirc-Arrco s’est conformée à l’accord et a maintenu la valeur de service du point en vigueur depuis le 1er novembre 2019.
 
Parallèlement à la valeur de service du point, l’Agirc-Arrco fixe habituellement la valeur d’achat du point, au 1er janvier de l’année suivante.

Cela permet de calculer le nombre de points acquis grâce aux cotisations versées pour l’année. Le taux d’évolution du salaire moyen étant encore incertain, les partenaires sociaux ont souhaité reporter sa fixation.