Sommaire
Article publié le 14/12/2018 à 04:00 | Lu 597 fois

A la découverte du Chateau Vieux Landat Haut-Médoc

En 2000, après une activité de dix ans dans la viticulture, Pierre Signolle se met à son compte et reprend le Château Vieux Landat. Un domaine situé à Cissac dans le Haut Médoc. Il se lance alors dans une vaste opération de modernisation du domaine. Un programme qui va se dérouler dans un ordre chronologique.


Les vignes, âgées et peu productives, sont replantées en commençant par celles du plateau de Vertheuil. Surélevé par rapport au reste de la propriété, ce terroir est le plus qualitatif du domaine.
 
Afin de produire des vins ronds, l’encépagement choisi est en majorité du merlot. Indispensable à l’élaboration de vins de qualité et de caractère, le cabernet sauvignon et le petit verdot sont également plantés sur le plateau.
 
En dix ans, la moitié des vignes de la propriété sera replantée. Après la vigne, le chai est, à son tour, réaménagé. Un grand chai de 1.200m2 est construit afin d’accueillir dans les meilleurs conditions la vendange. Des cuves thermo-régulées sont installées afin de vinifier la vendange à froid.
 
En 2015, c’est Sophie Signolle et ses enfants qui reprennent la direction du vignoble en poursuivant les investissements qu’il s’agisse du chai ou de la vigne.
 
Situé sur un terroir sablo-graveleux sur une couche d’argile, le domaine s’étend sur 15ha. Les deux-tiers des vignes ont été replantées en quinze ans avec l’introduction du petit verdot. Désormais, le merlot, le cabernet sauvignon et le petit verdot constituent les trois cépages cultivés dans le domaine.
 
Le choix d’une agriculture raisonnée en limitant l’utilisation des produits chimiques a été privilégié avec un enherbement naturel de l’inter-rang. La récolte du raisin est essentiellement mécanique, ce qui permet d’intervenir rapidement en cas d’intempéries, mais le raisin est trié manuellement au chai.
 
Les premiers jus sont séparés. La fermentation se fait en cuve inox et la macération dure de 15 à 20 jours. Le vin est ensuite élevé en fût entre 9 et 12 mois suivant le millésime.
 
Elégant et légèrement boisé, des notes de pain grillé avec de la fraîcheur, ce millésime s’appréciera pleinement dans un ou deux ans avec un potentiel de garde de plus de dix ans pour le Haut-Médoc 2012 qui est construit avec 60% merlot et 40% cabernet sauvignon. Il sera parfait, décanté, avec un gigot d’agneau, une poêlée de cèpes ou un fromage d’Epoisse.
 
Joel Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Décembre 2019 - 01:00 Vins : de beaux flacons pour Noël

Jeudi 5 Décembre 2019 - 04:00 Crémants, champagnes et autres vins pétillants