Sommaire
Article publié le 03/09/2019 à 04:34 | Lu 904 fois

2020 : l'année du cholestérol pour l'Alliance du coeur !

L’association l’Alliance du cœur va déployer l’année prochaine une vaste campagne de sensibilisation sur les risques cardiovasculaires provoqués par le cholestérol. De fait, rappelons que cette maladie silencieuse et encore mal diagnostiquée, concerne… un quart des Français !


2020 : l'année du cholestérol pour l'Alliance du coeur !
Le cholestérol est un lipide indispensable à notre organisme… Pourtant, revient toujours l’éternelle question : est-il bon ou mauvais ? Sans lui, notre équilibre serait compromis mais quand il y en a trop, plus de mauvais que de bon, il y a un vrai risque pour notre santé.
 
En cause : une alimentation trop riche en graisses saturées, le tabagisme, la sédentarité (encore elle), la prise de certains médicaments comme les corticoïdes, des troubles du métabolisme comme le diabète ou l’hyperthyroïdie, … Lorsque le taux de cholestérol est bon, il s’autorégule naturellement.
 
Aujourd’hui, la question est de savoir comment on peut gérer le mauvais cholestérol qui endommage les artères ? Parmi les formes de cholestérol, les hypercholestérolémies familiales : une maladie héréditaire d’ordre métabolique et non alimentaire.
 
Peu connue en France, elle se caractérise par une élévation du « mauvais cholestérol » dès la naissance. Une maladie invisible très mal diagnostiquée, selon l’Association Nationale des
Hypercholestérolémies Familiales (ANHET), qui constate que 90% des personnes atteintes en France ne seraient pas dépistées. Une absence de prévention qui augmente considérablement le risque d’accidents cardiovasculaires dès le plus jeune âge.
 
Selon la Fédération Française de Cardiologie 2018, le cholestérol serait à l’origine d’un infarctus sur deux et près de 20% de la population adulte présenterait une hypercholestérolémie. D’où cette campagne d’informations et de dépistage pour aider à comprendre ce qu’est réellement le cholestérol.
 
L’objectif de l’Alliance du cœur serra de mener des actions comme les journées du cœur, organiser des séances de dépistage et de participer à des évènements pour toucher le maximum de personnes sur ce problème de santé publique de plus en plus préoccupant.

On distingue 2 types de cholestérol : e bon et le mauvais, quelles différences ?
Le cholestérol, essentiel à l’organisme, compose et maintient la structure des membranes des cellules de notre corps et joue un rôle dans la synthèse de certaines hormones. La majeure partie du cholestérol nécessaire à l’organisme est fabriquée par le foie (70%) tandis que le reste du cholestérol est apporté par l’alimentation (30%).
 
Ainsi, le cholestérol a besoin de transporteurs pour se déplacer dans le sang, entre le foie et les cellules de l’organisme. Deux protéines sont responsables du transport du cholestérol dans l’organisme via le sang.
 
Le cholestérol a donc besoin de deux transporteurs pour se déplacer dans le sang, entre le foie et les cellules de l’organisme : le HDL-C pour Lipoprotéines de Haute Densité-Cholestérol qui correspond au « bon cholestérol » et le LDL-C pour Lipoprotéines de faible Densité-Cholestérol qualifié de « mauvais cholestérol »
 
Les HDL ou « bon cholestérol » ont pour mission de capter l’excès de cholestérol dans les tissus et de le transporter vers le foie chargé de l’éliminer. Ils stimulent aussi leur dégradation et « débouchent » les artères. Les LDL ou « mauvais cholestérol » qui circulent du foie vers les cellules de l’organisme et qui, en excès, se déposent sur les artères. En s’oxydant, ils forment les plaques d’athérome (dépôts successifs de graisse sur les parois des artères) qui finissent par les boucher provoquant des complications vasculaires graves.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Novembre 2019 - 01:00 Nash : de l'intérêt des probiotiques