Sommaire
Article publié le 26/06/2017 à 01:00 | Lu 1772 fois

Le buzz de l'or : analyse de Laurent Schwartz

Alors que selon une étude* réalisée par Opinion Way pour le compte du Comptoir National de l’Or, pratiquement les deux-tiers des Français considèrent encore l’or comme un placement sûr en période d’instabilité économique et politique, le buzz sur ce métal précieux devrait s’accroitre et prospérer… Analyse de Laurent Schwartz, PDG du Comptoir National de l’Or.


Dans une société française en pleine mutation progressiste, l’or n’est pas qu’un simple réflexe. Au vu des gains observés sur l’or ces cinq dernières années, le métal précieux peut être considéré comme un placement moderne et sûr comparé aux produits proposés aujourd’hui à l’épargnant.
 
L’or est une sorte de retour aux fameux « bas de laine » de grand-mères en version plus sophistiquée. Dans une société « sans cash » (grande tendance qui ne fera que s’accroitre dans les années à venir) où la grande majorité des paiements s’effectuent par le biais de cartes bancaires ou de virements et sous le contrôle des banques, placer ses économies dans l’or est la solution pour disposer soi-même de son patrimoine, sans regard extérieur.
 
Ainsi, selon ce sondage, pour 49% des Français, l’instabilité du système bancaire européen et en particulier les craintes de sortie de la France de la zone euro sont les principales menaces pour la stabilité économique. Cette inquiétude grandissant d’ailleurs avec l’âge et la maturité financière... D’où la résurgence de ces vieux réflexes de prudence comme l’achat d’or.
 
Le stress économique ou la géopolitique actuelle anxiogène relancent donc cet intérêt sur ce métal, ô combien précieux depuis la nuit des temps. L’or a toujours été une « valeur refuge » en cas de dévalorisation de l’argent et revient donc sur la scène des placements « tendance » avec le « Brexit », l’élection de Trump, les missiles américains sur la Syrie qui ont tous, subitement et inopinément augmenté le cours du métal.
 
Toujours selon ce sondage, l’or serait le deuxième placement le plus sûr après l’immobilier (62% des sondés). Presqu’aussi sûr que l’immobilier et surtout plus « liquide », c’est à dire plus rapidement transformable en « monnaie sonnante et trébuchante » en cas de problème. C’est ce qui contribue à sa forte attractivité en ce moment.
 
L’or présente par ailleurs une garantie en capital et un potentiel de plus-value, c’est ce qui le rend sûr dans un contexte d’opacité de certains produits financiers et de montages complexes qui dans la mémoire de nos compatriotes, ont abouti à la crise des « subprimes ».
 
L’or serait aussi une protection contre l’effondrement du système, une crise de l’épargne ou un cas « à la grecque » qui a durablement marqué les esprits. De plus, la loi d’août 2015 qui garantit jusqu’à 100. 000 euros seulement les dépôts bancaires des Français renforce cette « possibilité menaçante » de banqueroute du système et contribue à faire de l’or un recourt rassurant. 
 
L’or est aussi considéré par presqu’un tiers (31%) des français comme un des placements les plus rémunérateurs. En effet, depuis 2005 sa valeur en euro a quadruplé contrairement à des placements comme l’assurance-vie qui ne rapporte que 0, 5% ou les actions et obligations qui sont devenues dans l’esprit des Français, une sorte « d’attrape-nigaud », un jeu de dupes où l’on perdrait à tous les coups.
 
L’or incarne clairement un besoin de sécurité des Français ; il est à rapprocher notamment, aux ventes record de coffre-fort... Les Français ont pris conscience de la fragilité du système. In fine, l’or serait un bon moyen de rester incognito (pour vivre heureux vivons cachés dit l’adage) et se sentir libre et de disposer soi-même de son patrimoine comme on l’entend, sans regard extérieur.
 
« Nous ne voyons pas d'événement à court terme qui ferait évoluer le cours de l'or significativement. La perspective d'un impeachment de Trump ou d'une cohabitation n'aura que peu d'impact » sur le cours du métal précieux analyse Laurent Schwartz, PDG du Comptoir National de l’Or.

Et de poursuivre : « il faudra attendre d'obtenir les prochains indicateurs économiques sur l'évolution des économies américaine et européenne et de les mettre en perspective des politiques monétaires menées par les Banques Centrales et des taux d'inflation constatés. Notre principal indicateur d'analyse reste toujours le taux d'intérêt réel qui, s'il reste inférieur à 2%, est favorable à l'or ».
 
*échantillon de 1016 individus représentatifs de la population française.






Dans la même rubrique :
< >