Sommaire
Article publié le 01/10/2018 à 03:03 | Lu 1417 fois

Retraite : les prestations mondiales progressent mais restent modestes (OIT)

Si 68% des personnes âgées dans le monde touchent une pension de vieillesse, le niveau des prestations demeure insuffisant, indique un récent rapport de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) basée à Genève. Les Etats Membres à appellent garantir des pensions convenables pour tous.


Photo Anne Petry
Selon ce rapport intitulé « La protection sociale pour les personnes âgées : principales tendances politiques et statistiques 2017-2019 », des progrès significatifs ont été réalisés en matière d’extension de la couverture des régimes de retraite dans les pays en développement.
 
La plupart de ces pays parvenant à une couverture universelle grâce à une combinaison d’assurance sociale (offrant des prestations plus élevées) et d’aide sociale de base. Voici les pays en développement qui sont parvenus à une couverture universelle : Afrique du Sud, Argentine, Bélarus, Bolivie, Botswana, Cap Vert, Chine, Géorgie, Kirghizistan, Lesotho, Maldives, Maurice, Moldovie, Namibie, Seychelles, Afrique du sud, Swaziland, Timor Leste, Trinité-et-Tobago, Ukraine, Ouzbékistan et Zanzibar (Tanzanie).
 
D’autres pays en développement, dont l’Azerbaïdjan, l’Arménie, le Brésil, le Chili, le Kazakhstan, la Thaïlande et l’Uruguay sont proches d’atteindre l’objectif de la couverture universelle.
 
Cependant, le droit à la protection sociale des personnes âgées n’est pas encore une réalité pour la plupart des habitants des pays à bas revenu. Dans beaucoup d’entre eux, moins de 20% des ainés qui ont atteint l’âge légal de départ à la retraite touchent une pension. Et dans ces pays, une proportion importante d’anciens dépend en grande partie de l’entraide familiale.
 
Rappelons que les normes de l’OIT et le Programme des Nations Unies pour 2030, en particulier l’Objectif de développement durable, plaident pour la mise en œuvre de systèmes nationaux de protection sociale pour toutes les personnes âgées, hommes et femmes. « Notre rapport est un appel à l’action pour atteindre cet important objectif » a déclare Isabel Ortiz, Directrice du Département de la protection sociale de l’OIT.
 
Des réformes des retraites inadaptées
Dans les pays à revenu élevé, dotés de systèmes de protection sociale matures et de populations vieillissantes, le principal défi est de maintenir un bon équilibre entre la pérennité financière des régimes de retraite et des pensions suffisantes pour les personnes âgées.
 
« Les récentes politiques d’austérité ou d’assainissement budgétaire ont également affecté l’adéquation des pensions de retraite. Dans plusieurs pays, ces réformes ont été engagées dans une optique budgétaire, sans prêter suffisamment attention à leur impact social négatif, mettant en péril le respect des normes minimales de sécurité sociale et érodant le contrat social. Par conséquent, la pauvreté des personnes âgées augmente dans plusieurs pays de l’OCDE », ajoute Mme Ortiz.
 
Le rapport exhorte les pays à concevoir des réformes équilibrées de la sécurité sociale.
 
« Les pays qui introduisent des réformes de leur système de retraite doivent trouver un équilibre optimal entre les objectifs de durabilité et les prestations de retraite afin d’accomplir la mission des systèmes de retraite », ajoute de son côté Fabio Duran-Valverde, responsable de l’unité de finance publique, actuariat et statistiques de l’OIT.
 
Revenir sur la privatisation des retraites
L’observation des systèmes de retraite à travers le monde montre que les dispositifs publics, basés sur la solidarité et le financement collectif, sont de loin la forme la plus courante de protection des personnes âgées à l’échelle mondiale.
 
Selon le rapport, les politiques de privatisation des retraites qui ont été entreprises dans une trentaine de pays par le passé n’ont pas obtenu les résultats escomptés, puisque la couverture et les prestations n’ont pas augmenté, les inégalités entre hommes et femmes se sont aggravées, tandis que les risques systémiques étaient transférés aux individus et que les situations budgétaires se détérioraient. De ce fait, la majorité des pays reviennent sur les mesures de privatisation et retournent vers des systèmes publics basés sur la solidarité.
 
« La privatisation des retraites était porteuse de nombreuses promesses, y compris des niveaux plus élevés de prestation, l’extension de la couverture et des coûts budgétaires inférieurs. Pourtant les dispositifs privés ont largement déçu, raison pour laquelle les pays reviennent à des systèmes publics », conclut Mme Ortiz.
 
L’OIT vient de lancer n guide des pensions en ligne qui fournit des outils concernant l’élaboration des systèmes de retraite, les options politiques, l’adéquation des prestations, des statistiques, des tutoriels vidéo, des études par pays, etc. Un calculateur des coûts des socles de protection sociale permet quant à lui d’estimer les coûts des pensions sociales non contributives.

Source