Sommaire
Article publié le 13/01/2021 à 09:14 | Lu 1016 fois

Près des deux-tiers des quinquas et plus croient encore au grand amour




Eh oui, même en vieillissant, on y croit toujours… Au grand Amour ; celui avec un grand « A ». C’est en tout cas ce que laisse entendre le site Internet Disons Demain, spécialisé dans les rencontres entre quinquas et plus qui indique que 63% des célibataires de 50 ans et plus croient encore au grand amour.


Selon ce site Internet spécialisé lancé en 2017, si près des deux-tiers des quinquas et plus croient au grand amour, un tiers mise sur la rencontre en ligne pour le trouver.
 
Pour Véronique (Val d’Oise) : « Je n'ai pas choisi moi-même de trouver l'amour sur un site. Cela me faisait même plutôt peur à 50 ans de revenir sur le marché. Problème d'estime, d’image... Mais des amis plus jeunes que moi m'ont convaincu ! Et après de nombreuses années seule, la solitude me pesait mais mon mode de vie ne me permettait pas de rencontrer d'autres personnes. J’étais perdue et j'appréhendais cette inscription car cela peut être compliqué de se retrouver face à tant de personnes inconnues. Un peu comme une ado qui fait face à ses premiers émois ».
 
Après 50 ans, toutes les études vont dans le même sens, il semblerait que les célibataires s’assument nettement mieux et qu’ils sont ouverts d’esprit et tournés vers l’avenir. Mais surtout, une large majorité (83%*) d’entre eux sait ce qu’elle veut, ou pas.
 
Plus libres de leurs choix pour plus de la moitié (53%*) et plus déterminés que jamais, il est temps de penser à soi et d’envisager de retrouver un partenaire de vie. D’ailleurs, une très large majorité (81%) considère que l’âge n’est pas un obstacle à une rencontre amoureuse.
 
Comme l’indique Viviane (Gironde) : « c'est un long cheminement avant de s'inscrire sur un site de rencontre... Je n'avais pas le temps de sortir (entre les enfants et le travail) et pas d'opportunité de
rencontre dans mon travail... Mes enfants sont grands et la solitude me pesait de plus en plus
alors je me suis lancée après une discussion avec ma fille de 15 ans !
».
 
Un point que l’on retrouve dans pratiquement toutes les études sur le sujet : loin de vouloir revivre
avec quelqu’un, 43% des célibataires de plus de 50 ans pensent qu’une relation parfaite c’est
celle où chacun vit chez soi. Et sans trop de surprise, pour 84%, partager des centres d’intérêt reste essentiel.
 
Pour Véronique et Jean (Val d’Oise) : « une chose nous réunit : le foot ! Bon, on supporte des équipes
bien différentes, d'où les chamailleries par moments mais ça peut pimenter les soirées croyez-moi ! Notre amour va durer. Quand on est aussi sceptique que moi et qu'en plein Covid on réussit à faire vivre une relation aussi forte, ça ne peut que marcher
 ».

*Source Love Connection novembre 2019 – Enquête conduire par Kantar TNS pour DisonsDemain auprès des célibataires âgés de plus de 50 ans en France