Sommaire
Article publié le 17/05/2021 à 08:48 | Lu 2545 fois

La foncière immobilière Enéal mise sur les médecines alternatives et complémentaires




La foncière immobilière médico-sociale du groupe Action logement, Enéal, a signé une convention avec l’Agence des médecines alternatives et complémentaires (A-MCA) afin de proposer aux gestionnaires de ses résidences autonomies et Ehpad, un accompagnement dans le déploiement des MCA. Un choix qui s’inscrit dans sa stratégie globale.


Photo by LOGAN WEAVER on Unsplash
Créée en juin 2020, Enéal s’est fixée pour objectif d’acquérir, d’ici les trois prochaines années, 150 résidences autonomies ou Ehpad pour procéder à des opérations de restructuration et rénovation du bâti, et ainsi proposer un parcours résidentiel adapté et de qualité aux retraités à revenus modestes.
 
« Aujourd’hui, de nombreux établissements pour personnes âgées sont en mauvais état faute de moyens pour les rénover ou les réhabiliter, rappelle Aurélia Leroux, secrétaire générale d’Enéal. Nous proposons donc aux gestionnaires en difficulté, de racheter les murs des structures afin qu’ils disposent de fonds leur permettant d’investir sur le soin ou encore la qualité de service. »
 
Le socle de la création de cette foncière détenant un fonds propre de 350 millions d’euros, consiste donc en l’accompagnement d’un secteur en souffrance en aidant les établissements en difficulté.
 
Proposer de nouveaux services
C’est dans ce cadre qu’Enéal propose aux gestionnaires intéressés un contrat partenarial d’objectifs partagés (POP) visant à (ré)inventer l’habitat des aînés via plusieurs types de prestations.
 
« Notre objectif n’est pas de mettre en place une relation propriétaire/locataire standard mais bien de les accompagner en comprenant leurs besoins », ajoute la secrétaire générale.
 
Outre l’intervention sur le bâtiment, Enéal entend promouvoir l’ouverture des bâtiments sur l’extérieur – Ehpad ouverts – et offrir des services innovants. La foncière immobilière a d’ailleurs décidé de miser sur les médecines alternatives et complémentaires, et a, de fait, signé une convention avec la nouvelle A-MCA le 26 février 2021, ce qui lui permet d’intégrer l’accompagnement par cette association dans le volet « offre optionnelle » du contrat POP.
 
Encadrer la réponse à un besoin
Cette convention prévoit plusieurs actions : la réalisation d’une enquête au sein des établissements de la foncière afin de connaître la sensibilité des gestionnaires et des salariés aux MCA, des sessions de sensibilisation aux MCA au sein des structures intéressées et le déploiement d’une ingénierie dédiée aux pratiques pertinentes.
 
Enéal a bien compris que les MCA suscitent un intérêt grandissant de la part des résidents et des soignants, de plus en plus nombreux à leur proposer de l’hypnose, de la sophrologie ou d’autres types d’approches.
 
« Le sujet des MCA étant encore nouveau et peu cadré, Enéal s’est donc rapprochée de l’A-MCA qui a pour finalité de mettre en place des garde-fous et d’encadrer les pratiques, rapporte Aurélia Leroux. C’est pour nous une garantie de sérieux dans notre démarche et dans cette appropriation des concepts car il est important de connaître les dérives existantes et d’être sensibilisé aux pratiques sérieuses. »
 
Ainsi, les gestionnaires intéressés pour une acculturation aux MCA peuvent contacter l’A-MCA et bénéficier d’un accompagnement sur l’encadrement des pratiques ou encore obtenir des renseignements sur les formations dans le domaine. Cette approche s’inscrit dans la démarche Qualité de vie au travail (QVT) menée par Enéal.
 
« Les métiers du secteur médico-social sont en tension et nous sommes soucieux de cette problématique, affirme Aurélia Leroux. Le travail que nous effectuons pour les résidents bénéficie aussi aux salariés des établissements, d’où notre volonté de mobiliser les pratiques pouvant favoriser la QVT. »