Sommaire
Article publié le 21/07/2017 à 01:00 | Lu 962 fois

La Fondation Partage et Vie et les aidants

Les aidants sont en première ligne du maintien au domicile des personnes en perte d’autonomie. Mais qui aide les aidants ? Le point sur les différentes actions de la Fondation Partage et Vie.


La Fondation Partage et Vie et les aidants
Un droit au répit
En France, 8,3 millions de personnes (membres de la famille, amis, conjoints…) soutiennent et accompagnent au quotidien un proche en perte d’autonomie. Le rôle des aidants est désormais reconnu dans la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur le 1er janvier 2016.
 
Afin de leur permettre de se reposer, la loi instaure notamment un « droit au répit ». Ce besoin d’aide et de soutien des aidants a été identifié par les établissements de la Fondation qui mettent en place depuis plusieurs années des dispositifs pour faciliter le quotidien des personnes prenant soin d’un proche.
 
Accueil de jour et hébergement temporaire
Plus de la moitié (51%) des établissements de la Fondation propose des places d’accueil de jour ou d’hébergement temporaire avec le double objectif d’apporter une prise en charge adaptée aux besoins des personnes en perte d’autonomie et d’offrir aux proches un temps de repos. Ces dispositifs sont souvent couplés avec la possibilité pour les aidants de bénéficier de temps d’écoute et de conseils dispensés par les professionnels de l’établissement.
 
Certaines résidences, comme Bon Rencontre à Notre-Dame-de-l’Osier, organisent également des « cafés des aidants ». Il s’agit d’offrir aux aidants un temps de rencontre convivial, animé par un professionnel, durant lequel ils peuvent échanger sur leurs situations et recevoir des informations complémentaires.
 
Se ressourcer
Ouverte depuis 2015, la plateforme d’accompagnement et de répit des aidants du Douaisis apporte son soutien à plus de 90 couples aidants-aidés. L’équipe est composée d’une infirmière coordinatrice, d’une psychologue et d’une assistante de soins en gérontologie. Elle accueille les couples du mardi au samedi : pendant qu’une des membres de l’équipe prend en charge les aidés, des activités de détente sont proposées aux aidants pour leur permettre de se ressourcer : peinture, travaux manuels, promenades, groupes de parole…
 
Des activités aidants-aidés sont aussi organisées pour que les couples profitent ensemble de moments de partage et de convivialité qui les changent des contraintes du quotidien. La plateforme a également vocation à soutenir les aidants en leur proposant des entretiens individuels avec la psychologue et à les orienter en fonction de l’évolution de leur situation.

​Témoignage : Christelle Leporcq, infirmière coordinatrice à la plateforme d’accompagnement et de répit

« Les aidants des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés voient leur qualité de vie profondément modifiée. En effet, leur investissement quotidien requiert une attention de chaque instant, nuit et jour. Trop souvent, nous nous rendons compte qu’ils ne prennent plus de temps pour eux, notamment pour se soucier de leur propre santé. La relation aidant-aidé est également complexe. L’un ne veut pas être une charge pour son entourage mais nie la maladie, l’autre n’a que sa bonne volonté et un stress affectif parfois difficile à gérer. Leur relation prend peu à peu une forme fusionnelle qui conduit à l’épuisement de l’aidant. En les accueillant dans des ateliers séparés, l’un des premiers atouts de la plateforme est de permettre à chacun de réapprendre à vivre séparément, sans anxiété pour l’aidé, sans culpabilité pour l’aidant. Notre rôle est d’épauler les aidants pour qu’ils puissent garder leurs proches à domicile le plus longtemps possible dans les meilleures conditions. »






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 10:06 Fin de vie : trois projets récompensés